Pocahontas (Disney)

, , No Comments
Comment, personne ou presque n’apprécie Pocahontas ?!
Pas possible ! Qu’est-ce qui ne va pas ??



On a un gentil message de paix, franchement moins gnan-gnan que dans la plupart des Disney (dont je suis une fan inconditionnelle, cela dit) du fait qu’il se base sur des faits réels. Bien sûr, c’est à la sauce Disney donc avec beaucoup de raccourcis et de romance, mais bon sang, on n’est pas là pour mater un documentaire sur les Indiens, hein.

On a LA nana forte mais attachante. Oui, j’y tiens, il ne suffit pas d’être téméraire et acrobatique, il faut aussi relever l’exploit de ne pas donner l’impression d’aller en guerre à chaque seconde, ce que réussit Pocahontas. Elle est jolie, elle est intelligente, elle a des cheveux soyeux qui volent dans le ciel. Plus sérieusement, c’est quand même rare, des princesses qui ne font pas que dormir 100 ans. OK, avant, il y a eu Esmeralda et Ariel, après, il y a eu Mulan et Raiponce. Mais Pocahontas prône un message de paix et court dans les champs, elle est audacieuse et tolérante, sans compter qu’elle chante bien.

On a des chansons réussies et celles-ci n’ont pas été boudées par la critique ! Toutes les nominations étaient pour les chansons, aussi réussies en VO qu’en VF. Passons sur Annie Cordy qui interprète Grand-Mère Feuillage, soyons indulgents, sa voix me donne des frissons (pas dans le bon sens du terme) mais franchement, elle s’en sort super bien. Bon, les paroles des chansons de Pocahontas peuvent faire rire à l’âge adulte mais à 10 ans*, j’y croyais très fort, à l’amitié entre les peuples. Question mélodie, on a de superbes chansons pas trop pop, variées, et pas envahissantes.

On a des scènes de folie : la descente en pirogue (c’est quoi, ce bateau qu’elle utilise, Pocahontas ? Comme je l’ai dit, c’est pas un documentaire et j’ai zéro connaissance), les tournesols sous le soleil, la course de Pocahontas pour sauver son beau… Le suspens et les émotions sont LA !! D’accord, ce n’est pas parce que je le mets en majuscule qu’ils le sont mais le film est bien dosé du début à la fin. La narration est complète, on a de tout, des scènes tendres aux gros combats, sans temps mort, sans pirouette scénaristique, sans dérives… Le dernier Disney aussi bien raconté, c’était pour moi La Belle et la Bête. Alors que La Princesse et la Grenouille manquait un peu de substance, comblé avec des chansons à tout va. Pocahontas, c’est le dernier grand film de l’âge d’or de Disney et donc, hum, son apogée. Je sors les grands mots d’autant que je trouve ce superbe film que l’on trouve injustement tiède alors qu’il est hyper rythmé et pas forcément prévisible. On n’a pas de thèse-antithèse-synthèse (ou amitié-dispute-réconciliation), juste une histoire qui défile.

On a un héros plein de caractère. Non, je plaisante, c’est vrai que John Smith est à l’image de son nom (pardon aux John Smiths), mais il prend quelques décisions de son propre gré, empêche un gros massacre et il a des cheveux soyeux qui volent dans le ciel. Il est attachant, le Smith, malgré tout. Qui peut en dire autant du Prince de Blanche-Neige ? Il n’a même pas de nom, celui-là, mais un sourire Colgate anormal.

On a de charmantes bestioles et on a l’histoire des bestioles. Un raton-laveur, un colibri, un… sale chien dont je ne connais pas la race. Ils ne parlent pas, ils sont réalistes mais restent aussi attachants que les autres, lorsqu’ils se battent pour un vieux biscuit ou pour protéger Pocahontas. Voir Percy prendre un bain en consommant des cerises, c’est tout simplement jouissif.

Surtout, surtout, on a une fin exceptionnelle de beauté !! Une histoire qui se finit mi-figue mi-raisin, avec un baiser final mais sans miracle, juste la triste réalité et une magnifique scène de fin où notre héroïne pique un dernier sprint pour dire au revoir à son amour. Comment ça peut ne pas faire picoter les yeux, ça ? Comment ça peut ne pas émouvoir, ça ? Comment ça peut laisser de marbre, ça ? **
Pocahontas est un Disney sublime, plein de prouesses techniques, porteur d’un message (de paix, je sais, ça fait 15 fois que je la sors, cette fameuse paix), avec la pointe de réalisme qu’il faut pour apprécier le film à 10 ans comme à 25* !!

Jusqu’aujourd’hui, ça reste mon Disney préféré, très loin devant Aladdin (ouille) et Le Roi Lion (ouille ouille).
 
* Ce film date de 1995 et pas de 2000 comme je l’ai toujours cru O_o Coup de vieux dans la gueule.
** Pour le bien de ma propre santé mentale, je n’évoquerais pas l’infâme suite que Disney a osé pondre, une daube qui reste sans nom dans ma tête.

0 commentaire(s):

Enregistrer un commentaire