Thé Box : Poilâne et Saint-Pétersbourg

, , No Comments
Poilâne, ce n’est pas une marque que je connais depuis longtemps. En effet, je voyais le nom se balader de temps en temps, mais je n’y prêtais pas plus d’attention que ça… mais tout ça, c’était jusqu’à ce que la Thé Box de novembre 2012 arrive avec ses 6 cuillères-biscuits Poilâne à tremper dans le thé. Et autant tremper son croissant dans son café est une abomination pour moi, autant des biscuits sucrés-salés au beurre dans du thé me paraissent tout naturel.

Du coup, après cette expérience gustative divine, le nom est évidemment resté ancré dans ma tête. Et lorsque la Thé Box a annoncé une collaboration avec Poilâne, j’ai sauté à pieds joints dedans… avant de repartir à reculons en voyant le prix : 40 €. La box est de qualité, je le confirme aujourd’hui et n’avais que peu de doute à ce sujet à l’époque, mais même si je suis capable de sortir d’une boutique armée de l’équivalent de cette somme en thés, j’avais des scrupules à sauter le pas pour une box alors que je pouvais très bien aller acheter directement les thés qui m’intéressent.

J’ai donc relégué cette histoire dans un coin de mon cerveau (rempli à 30 % de traduction, à 30 % de livres et à 30 % de bouffe et de thé) (les 10 % restants sont composés de vide et d’autres trucs moins avouables) jusqu’à ce qu’arrive un truc magique : la wishlist de Noël ! Je me suis pas fait prier pour demander à ma belle-famille une box et là, j’ai découvert qu’il y avait une offre intéressante : la Duo Thé Box, qui propose pour 60 € (frais de port inclus) la Poilâne et la Saint-Pétersbourg. Certes, pour cette dernière, j’avais déjà craqué pour Tourbillon et Saint-Pétersbourg de chez Dammann, en vrac, mais à l’époque, j’avais des soucis de bouilloire qui faisait que j’avais du mal à bien préparer mon thé et que c’était moins risqué de faire infuser des sachets que des feuilles et que… bref, j’avais le prétexte idéal ! Je remercie donc chaleureusement ma famille pour ce beau cadeau.



Comme toujours, j’ai attendu d’avoir goûté une bonne partie des boxes avant d’en faire la chronique, mais je vois que ce jour est arrivé plutôt vite et que la box ne va pas du tout me faire tenir 3 mois comme l’a prédit ma famille ^^ Je commence par la Poilâne, car c’est celle qui m’intéressait le plus.
Thé Box x Poilâne









Rendons à César ce qui est à César : cette Thé Box aurait surtout dû se nommer « Box Palais des Thés ». Elle contenait en effet :
★ 6 sachets en mousseline de Blue of London : ce thé me semblait être un Earl Grey classique, ce qui était déjà bien. Comme d’hab’, j’en embarque un sachet au travail, l’infuse d’un air blasé, le plonge dans ma nouvelle Thermos trop géniale et en moins de deux, je sens une odeur à tomber par terre. Je retourne ma Thermos trop géniale dans tous les sens : mais oui, c’est bien mon Blue of London qui diffuse cette douce odeur de bergamote ! C’est l’une de mes plus belles découvertes : on sent très très bien la bergamote, mais comme l’arôme est subtil, aucun risque d’être écœuré. Au contraire : ce thé du Yunnan est parfaitement équilibré et parfumé. Le thé parfait pour le matin, l’après-midi, le soir, la nuit… De toute façon, je ne classe pas mes thés selon le moment de la journée. Ceci dit, le Blue of London est merveilleux et parfait pour bien démarrer la journée.

★ 6 sachets en mousseline de Long Jing : bon là… comment dire, la concurrence est rude dans mon tiroir à thés. Sans du tout vouloir me la jouer, ma famille m’a donné du thé chinois de compétition : Long Jing ou « Puits du Dragon », Tieguanyin ou « Déesse de la miséricorde de fer », Dahongpao ou « Grande robe rouge » (ouais, les Chinois sont des gens qui ont le sens de l’hyperbole)… Tout est d’une qualité telle que j’ose à peine y toucher. Tout ça pour dire que ce Long Jing ne pouvait pas trop rivaliser avec mes trésors familiaux. Malgré tout, je dois absolument souligner la qualité de ce thé signé Palais des Thés, très agréable en bouche, avec un léger goût végétal comme il faut. Objectivement, il est bon sans être divin. Et c’est déjà pas mal.

★ 6 sachets en mousseline de Grand Yunnan : je possède déjà ce thé très doux et léger, du coup, je n’ai pas encore utilisé mes sachets. Mon avis reste donc le même : un bon thé, surtout pour ceux qui ne veulent pas quelque chose de très théiné. Autrement, il est plutôt « nuageux » et discret. Idéal quand on veut quelque chose d’aérien et de naturel.

Milky Oolong en vrac : quelque chose m’a échappé parce que je n’ai pas retrouvé le laiteux que promet ce thé. Pour autant, on a effectivement une sensation d’onctuosité sur la langue mais elle ne persiste pas. Cet aspect mis à part, ce thé est un bon oolong, parfaitement équilibré, sans amertume, pas fort comme pourrait l’être un thé noir mais plus corsé qu’un thé vert. À mon sens, il lui manque une certaine richesse, mais je n’y connais pas grand-chose et j’en ai peut-être entendu trop de bien, car je le consomme sans déplaisir.

Rooïbos Windhuk en vrac : n’étant pas une inconditionnelle du thé rouge, j’ai mis un petit moment à m’intéresser à cette création... et j’ai eu tort ! Fini le rooïbos âpre ou trop riche, le Windhuk balance très bien l’odeur caractéristique de la plante sud-africaine et la vanille. Résultat : beaucoup de douceur et de caractère. Je suis conquise !

Punitions : un sachet de sablés au beurre. Classique ? Oui, mais diablement efficace. Engloutis en quelques secondes. Je n’ai pas retrouvé le niveau des cuillères, qui en plus étaient légèrement salées, mais c’est malgré tout d’excellents sablés.

À part le Palais des Thés, il y a eu :
Soba-cha de la Maison Toraya : au vu de la petite quantité de graines de sarrasin, je me doutais que ce n’était pas donné. Et ma visite sur le site me l’a confirmé. Verdict : ce soba-cha est absolument délicieux ! L’arôme est riche, présent sans être insistant, un vrai bonheur, surtout en fin de repas. Contrairement à d’autres soba de qualité moindre, on peut infuser et ré-infuser ces graines plusieurs fois sans qu’elle perde de leur saveur. Une belle surprise, donc, que j’utilise avec parcimonie ^^ Par contre, pour l’anecdote, la carte – salée comme sucrée – de Toraya m’a fait baver, mais je me suis fait jeter comme une malpropre lorsque je m’y suis rendue, au prétexte que j’étais... seule. On va mettre ça sur le compte du stress du rush… du dimanche. S’ils avaient su que je mangeais pour 2, ils auraient peut-être été moins réticents. Ou peut-être que si je portais la fourrure et le sac Vuitton locaux, les choses auraient été différentes ? Je retenterai, accompagnée mais toujours avec mes habits habituels, on verra bien si mon masochisme sera récompensé :)

2 pots de miel Mieli Mielo : du miel français, de Noyen-sur-Sarthe pour être précise. J’ai déjà fini le « miel de fleurs », vraiment délicieux. Le parfum est puissant mais pas du tout envahissant et pour finir le fond, j’ai versé de l’eau chaude dans le petit pot de 50 g, ce qui m’a fait une très chouette eau miellée. Miam. L’autre pot contient du miel d’acacia et rien qu’en le sentant, je tombe. Pourtant, je ne suis pas une adoratrice du miel, et n’en prends que de temps en temps sur mes tartines. En l’occurrence, je ne l’utilise pas pour parfumer mes thés (et surtout pas les thés peu/non aromatisés du Palais des Thés), mais pour tartiner de petits toasts. Re-miam.

Mielette Mieli Mielo : il s’agit d’une sucette à tremper dans le thé pour le sucrer. Je ne sucre mon thé que lorsqu’il est infect (du Lipton, par exemple !) ^^;; Mais ce serait gâcher cette sucette, que je me vois pourtant mal manger telle quelle. J’attends donc un thé un peu trop âpre pour moi, voire du thé fumé, pour tester l’association. [Finalement, c’est pareil, je l’ai laissée fondre dans de l’eau chaude, délicieux]

Bougie parfumée au pain d’épices Quintessence : hmm, je n’aime pas trop la cannelle et donc, pas trop le pain d’épices. Du coup, je ne pense pas allumer cette bougie à l’odeur déjà puissante quoiqu’agréable, éteinte. Je trouve l’idée très bonne, malgré tout.

Boule à thé feuille : très jolie, et la feuille sert aussi de pose-boule. Je n’utilise pas beaucoup les boules à thé car je suis un peu flemmarde, mais je suis quand même ravie d’avoir cet accessoire avec son beau vert clair.

Verdict : une belle box cohérente de bout en bout qui propose des thés assez naturels et doux, toujours bienvenus. À 40 €, j’aurais trouvé le contenu un peu léger mais avec l’offre, ça passe mieux. Il y a quand même pas mal de sachets, que ce soit du vrac ou de la mousseline, et le tout est de qualité. Je remarque en plus que le niveau du texte que l’on retrouve dans les livrets et autres cahiers a bien progressé depuis que ma dernière box avant désabonnement, et j’en suis ravie. Une jolie box cadeau, à offrir ou s’offrir pour découvrir le Palais des Thés et la maison Toraya.


Thé Box Saint-Pétersbourg


Cette box me faisait de l’œil aussi mais comme tout ne m’intéressait pas, j’ai préféré acheter en vrac les 2 Dammann qui me rendaient folle. Finalement, je ne suis pas mécontente d’avoir découvert les autres créations. Le thème, Saint-Pétersbourg, se réfère bien évidemment aux thés dits russes, qui sont en réalité des thés noirs de Chine parfumés aux agrumes. À part l’orange qui m’écœure un peu, que ce soit en thé ou avec du chocolat, je suis plutôt une fan de saveurs acidulées. C’était donc parfait.

Baïkal de George Cannon :  cette maison est une valeur sûre ! J’y suis donc allée les yeux fermés et ce thé noir et oolong aux agrumes est effectivement hyper agréable. Les parfums acide et sucré sont très discrets et bien équilibrés. Aucune amertume à signaler. Ce n’est pas forcément le plus beau mélange de Cannon mais il est très appréciable et conseillé aux gens qui ont peur des agrumes dans leur thé. Je regrette juste que le détail des agrumes ne soit pas indiqué, mais j’imagine qu’il y a de l’orange et du citron.

Noël à Moscou de L’Autre Thé : encore une maison que j’apprécie, avec un thé vert qui part bien : agrumes, pomme, amande, vanille, rose… mais qui contient en plus cannelle et clous de girofle ! C’étaient les ingrédients de trop pour moi. Au final, j’ai eu un goût assez indescriptible, je n’ai plus trop senti le thé vert, camouflé par tout un tas de senteurs, sans aucune d’identifiable. Ce n’est donc pas un coup de cœur, peut-être est-ce une boisson trop forte pour moi.

Thé vert bio fraise-rhubarbe de Terre d’Oc : j’ai trouvé le sachet doré décoré d’une grande rosace très joli et mon compagnon est devenu tout fou en m’entendant « fraise » et surtout « RHUBARBE », mais l’enthousiasme général est retombé comme un soufflé. Je savais que ce thé était fade, mais pas à ce point ! Même en mettant la dose de feuille et en augmentant la température de l’eau et le temps d’infusion, on s’est retrouvés avec de l’eau vaguement aromatisée. Point notable : on distingue la fraise et la rhubarbe, donc la promesse est tenue, mais ce n’est pas un grand thé. On sent trop peu le thé et si on ne le consomme pas assez vite, on se retrouve avec quelque chose d’imbuvable, d’inintéressant dans sa tasse. Dommage.

Mélange Angelina d’Angelina : bah Angelina, elle assure ! Je ne connaissais pas du tout cette marque (à moins qu’elle n’ait un rapport avec le café) et je suis ravie de découvrir. Ce mélange promet ananas, carthame et souci et il est presque parfait dans son genre. Je dis ça parce que l’arôme ananas, j’aime à petites doses seulement. Mais cet oolong est subtil, plutôt raffiné, et surtout très original. Le thé se fait très peu sentir, ce qui pourrait faire passer ce mélange pour une infusion, mais les fruits et fleurs sont bien mis en valeur et équilibrés. Encore !

Thé n° 226 au chocolat d’Angelina : je ne suis pas une grande fan des thés chocolatés, comme je le disais ici avec le thé Salus au chocolat et aux épices. Du coup, j’ai repoussé le jour de la dégustation de ce thé noir au cacao, aux amandes et aux pétales de rose, craignant d’avoir une boisson trop riche et forte. Pourtant, j’aime ces 3 ingrédients… séparément. J’ai plutôt confiance ceci dit, donc je testerai sous peu ce mélange de Noël.

Tourbillon de Dammann Frères : du thé noir au marron glacé, au biscuit, au caramel, à la fleur d’oranger et à l’abricot confit ! C’est comme si on avait mis tout ce que j’aimais dans un même thé ! Je connaissais déjà ce thé, puisque ne pensant pas acquérir la box Saint-Pétersbourg, j’avais déjà acheté une boîte de cette création en vrac. Une boîte de 180 g car il n’existait pas d’autre conditionnement ! Résultat : je suis très, très légèrement déçue car je ne sens pas tous ces parfums, mais ce n’est peut-être pas un mal, puisque ça aurait fait un thé très lourd. En revanche, je sens bien le marron (pas forcément glacé), et c’est très bien comme ça. Ce thé est riche, et a tendance à tourner à l’amertume si on oublie de retirer sa boule à thé, mais sinon, il est très très bien, très original.

Noël à Saint-Pétersbourg de Dammann Frères : tout à fait par hasard, c’est l’autre thé que j’ai acheté en même temps que Tourbillon. La description m’avait bien tentée : pomme, poire, mirabelle et pêche, ce qu’on ne voit pas tous les jours. Et en fin de compte, il surpasse le fameux mélange au marron glacé ! On sent parfaitement tous ces fruits, surtout la mirabelle et la poire, que j’aime encore plus boire que manger. De même, c’est un thé riche mais très bien équilibré. J’en bois comme du petit-lait.

Thé noir goût russe de Dammann Frères : à part le nom que je trouve assez vide de sens, je n’ai rien à redire sur ce thé bon, sans être mémorable. Il s’agit bien sûr d’un thé noir aux agrumes, bien équilibré sans être follement original. On sent bien le thé noir, on sent bien ces fameux agrumes (pamplemousse ?), c’est tout ce qu’on lui demande ^^

Thé noir à l’amande de Coffea : je craignais un thé avec un fort goût artificiel d’amande, et finalement le résultat a surpassé mes attentes. Ce n’est pas le thé du siècle mais l’amande ne se fait pas timide, on la sent donc plutôt bien et l’odeur se mêle bien à celle du thé. Un petit thé sympa en somme.

Thé à la vanille de Coffea : un thé un peu banal qui se laisse boire.

Mélange Coffea : chaque maison y va de son thé russe et Coffea n’a pas échappé à la règle. J’ai peu de souvenirs de celui-ci, si ce n’est que le mélange n’est pas désagréable mais tire vraiment sur le sucré.

Carrés de chocolat Coffea : j’ai l’impression que cette marque – qui possède des boutiques très sympathiques – est spécialisée en produits-cadeaux : paniers de thé/café avec confitures, chocolats, petits sablés… Les carrés sont pas mal du tout : celui au lait saveur marshmallow est excellent (chimique mais excellent) et le noir à la cannelle ne m’a pas traumatisée. D’ailleurs, ils n’apparaissent même pas sur ma photo, c’est dire ^^

Sticks à tremper Goulibeur : un de ces 4, je vais craquer pour tous les gâteaux et sablés découverts grâce aux boxes de thés ! Goulibeur n’échappe pas à la règle, j’adore ces petits sticks sucrés-salés à tremper dans le thé : on sent bien le beurre et le thé, c’est génial. Par contre, je ne me vois pas trop commander plein de Goulibeur pour ma consommation quotidienne, donc ce sera à l’occasion, quand je voudrai sortir le grand jeu.
Boule à thé avec une matriochka : c’est mignon comme tout, même si je préfère les boules de thé requin ou robot ^^ Pareil, ça servira quand j’aurai 10 invités chez moi qui voudront tous consommer du thé, ce qui n’est pas près d’arriver. Mes théières et filtres à thé me suffisent pour l’heure.

Verdict : je ne suis pas sûre que j’aurais été extatique si je n’avais eu que cette box, en raison de la présence de « doublon ». Cependant, comme j’avais les thés sobres du Palais des Thés pour contrebalancer, j’étais plutôt contente d’avoir des thés plus corsés et/ou plus artificiels les soirs où je voulais avoir ma dose de sucre. Le vrai point noir, c’est malheureusement le thé bio de Terre d’Oc, qui était pourtant très intéressant sur le papier. Malgré tout, je suis contente d’avoir pu découvrir un autre George Cannon et les mélanges d’Angelina. Une box un peu inégale mais pas inintéressante.

0 commentaire(s):

Enregistrer un commentaire