EnvouThéodor

, , No Comments

© Envouthé

Rôh, oui, je sais, je crache plein de jeux de mots pourris ces temps-ci, et encore, vous vivez pas avec moi !)
En janvier, alors que l’équipe de la Thé Box rencontrait quelques soucis — je pense — pour démêler mon nouveau de mon ancien compte et ma nouvelle de mon ancienne carte bancaire et que je tentais moi-même de savoir où j’en étais bancairement parlant, je me suis mise à consulter des blogs sur le thé. Celui qui a réellement retenu mon attention*, Une histoire de thé, a parlé de la box collector Théodor d’Envouthé qui, jusque là, ne me tentait pas vraiment.
* Comprendre : il parlait vraiment de thé et de saveurs, pas de rubans et d’unboxing.

En effet, j’étais au courant qu’Envouthé, c’était pour « ceux qui s’y connaissent vraiment en thé » et propose surtout du thé en vrac et non de vulgaires sachets prédosés. Du coup, je ne me sentais pas trop la cible de cette marque, puisque je n’y connais finalement pas grand-chose et suis plutôt la bois-tout vorace. Puis, je me suis rendu compte qu’en fait, au bureau, je prépare amoureusement tous les matins mon thé dans un filtre à thé. D’ailleurs, le jour où je finirai ma boîte de 100 filtres à thé, je me ferai encore plus peur. Et au cours d’une journée, je vide entre une thermos (hyper concentrée ou pas trop le temps de boire ou de parler) et heu... quatre (hyper stressée, hyper froid ou hyper endormie). C’est au terme de cette réflexion à la Coué que je me suis empressée de commander la boîte.

Premier constat : ouch, c’est pas 16 € comme je le croyais mais 26. En fait, si j’ai bien compris, les abonnés ont reçu leur boîte Théodor avec leur abonnement classique à 15,90 € mais les gens qui commandent la seconde moitié du mois et hors abonnement payent plus cher pour une boîte légèrement différente, peut-être légèrement plus garnie. J’ai donc fait un rapide calcul en consultant les prix des thés sur le site officiel et me suis lancée. Je ne sais malgré tout pas que penser de cette différence considérable de prix.
Deuxième constat : heu, waouh, j’avais l’impression d’avoir encore le curseur sur « Payer » lorsque ma boîte est arrivée. Pendant ce temps, ma Thé Box n’était même pas encore née (c’est pas tout à fait de la faute de l’équipe hein, je précise).

Rapidement sur la présentation : très chouette cube que l’on ouvre avec un petit nœud de ruban et puis à l’intérieur, les thés sont tassés comme des sardines. Je préfère donc la Thé Box et son côté livre assez prestigieux. Mais qu’on ne s’y trompe pas, l’Envouthé est très classe, toute noire avec des inscriptions argentées. À l’intérieur, le carnet de dégustation est vraiment bien fait, c’est carrément un livret plein de texte, un plaisir à lire. J’apprécie aussi beaucoup la petite carte récapitulant la température de l’eau et le temps d’infusion, même si tout cela ne veut plus dire grand-chose depuis que ma bouilloire est en pleine convalescence chez mes parents. Ensuite, le catalogue de la Maison Theodor (arrivée abîmée, m’enfin, c’est pas très grave, même si je préfère le feuilleter plutôt que d’aller sur leur site super lourd et peu ergonomique). Enfin, des bons de réduction assez appréciables puisque d’une, ils sont valables sur le net aussi bien qu’en boutique, et de deux, il faut pas acheter pour 150 € de thé pour y avoir droit : — 5 € pour 30 € d’achat et — 10 € pour 50 € je crois.
Globalement, je suis assez sous le charme, même si les thèmes parisiens (insolence, charme, etc.) me tapent sur les nerfs et me renvoient au début du siècle dernier, façon « Place de Paris » — _ — Enfin, il faut bien un fil rouge.

Passons au contenu :
— 1 boîte de 100 g de thé vert Voulez-vous ?
— 2 sachets en papier de 20 g de thé, le thé noir Je suis désolé(e) et le mélange du Jardin d’Alix
— 2 sachets « suremballés » (gné ?) de rooïbos Carpe Diem, 2 de Strong Breakfast et 2 de thé vert Péché Mignon
— 3 petits pots de confitur... pardon kundalini/mesquineries au thé, à base des thés Je t’aime, Carpe Diem et Voulez-vous ?

J’ai dû commencer par le Péché Mignon, parce que le mélange me faisait baver, littéralement : pêche de vigne, melon, fraise et fruit de la passion. À la première tasse, j’ai été hyper déçue, je ne sentais absolument aucun de ces goûts. Aux suivantes non plus, à vrai dire, à moins que ce ne soit la pêche de vigne qui écrase tout, mais j’ai reconnu la qualité et la subtilité de l’infusion. Plein de notes différentes qui se mêlent dans un thé vraiment original. L’un des plus originaux que j’ai goûtés. Pour une fois, je ne mangerais pas n’importe quoi avec parce que le goût persiste en bouche. Je n’achèterais donc pas ce thé en boîte parce que je manquerais d’occasions pour l’apprécier, mais il a le mérite d’être extraordinaire.

Ensuite, vu comme j’ai apprécié le rooïbos de La Grange (Thé Box de décembre), je me suis attaquée à Carpe Diem, qui offre une réelle parenthèse. Il est tout léger et pas fort. Les fruits rouges ne s’imposent pas, l’amande est présente. Quant aux « dragées grillées », je ne sais pas ce que c’est, mais j’imagine que c’est ce qui rehausse la saveur générale. Je suis assez sous le charme et me prends pour la reine du rooïbos.

Un soir, alors que c’était bientôt l’heure de dormir, j’ai tenté l’infusion du Jardin d’Alix, à base de cynorhodon, d’hibiscus, d’abricots, de pêche et de morceaux de pomme, redoutant l’attrape-nigaud avec plein de fleurs et fruits annoncés et aucun goût à l’arrivée. Je ne me suis jamais autant trompée, dès l’ouverture du sachet, c’est... waouw. J’ai tout de suite senti l’odeur d’abricots secs mais pas chimique, puis tout plein de senteurs fleuries qui prennent au nez sans l’envahir. J’ai presque hésité avant de verser ce mélange dans la théière... Le résultat est top moumoute : plein de saveurs, l’abricot dominant, la pêche et les pommes bien présentes, les fleurs embaumant le tout. Bon, quand on laisse le sachet ou la boule à thé faire trempette toute la journée, la boisson tourne à l’acide et est moins buvable, mais je parle de 8 ou 9 heures ^^;; Mon coup de cœur Théodor est donc une infusion absolument sans théine et je pense racheter de cette merveille, d’autant qu’il n’est pas nécessaire d’en mettre 10 g pour bien sentir le goût.

Puis c’était au tour de Voulez-vous ?, intitulé et ingrédients bien attirants aussi : rhubarbe, KIWI et cerise. J’ai eu un peu peur lorsque j’ai senti l’odeur plutôt spéciale, vraiment trop fruitée et écœurante. Hélas, mes craintes se sont concrétisées à la dégustation : c’est âcre, hyper sucré, trop extravagant pour moi. Je n’exclus pas la possibilité d’avoir mal dosé — j’ai la main lourde et maladroite — mais je doute que l’odeur me plaise d’une manière générale. Oh, on sent tous les parfums annoncés, mais on les sent trop. A posteriori, rhubarbe et cerise, je sais pas... je suis perplexe. Et quand je vois que c’est ma boîte de 100 g, je pleure. 20 € d’un thé que je ressortirai assez rarement. Heureusement que ça se conserve. En attendant, le niveau du mélange Alix baisse se rapproche dangereusement de zéro, et je vois sur le site d’Envouthé que les abonnés ont 2 opalines et 3 sachets de vrac tandis que la box collector contenait au choix une boîte de 100 g du thé coréen Daehsan Nokcha qui me faisait trooooooop envie puisque même l’équivalent coréen des Lipton me plait, le fameux Jardin d’Alix (hiiii !), Je suis désolé(e) ou Voulez-vous ?. Dégoûtée je suis. Non, je n’en veux pas.

Boudant ce thé vert que je qualifie de pachydermique, je me tourne vers Je suis désolé(e), assez asiatique, entre les fruits du dragon et les baies de goji. J’ai eu un peu peur vu qu’on trouve du goji un peu dans toutes les boissons branchouille et me suis demandée s’il ne valait pas plutôt mieux que j’aille en acheter séchées pour faire une bonne soupe. Bien sûr, je suis mauvaise langue, et ce thé noir passe hyper bien, le sucré et le doux du fruit étant relevés par des baies un peu acidulées et très caractéristiques. Ça ne vaut pas la soupe au goji et au coquelet de ma maman mais je divague et m’égare. Sérieusement, ce thé est bon, il faut une ou deux tasses pour l’apprécier mais encore une fois, c’est original, je suis certaine de ne pas trouver pareille création chez d’autres maisons/fabricants. Un mini-coup de cœur donc.


Une semaine après la Chandeleur, je me motive à faire des crêpes et pour cacher le fait qu’elles sont ratées, j’ai sorti les Kundalini ^^;;
Je t’aime remporte la compétition avec son goût de pistaches et heu... macarons. Whatever. C’est hyper bon, j’aurais pu ne pas m’arrêter mais le pot est assez... disons mignon. Comme pour l’infusion, je serais prête à en racheter, le prix de 9 € pour 260 g ne me paraît pas excessif, même s’il est clair que je ne le sortirais pas tous les matins au petit-déj. Ensuite, Carpe Diem que je connais déjà, enchante toujours autant en confiture. L’odeur est plus âcre mais dans le bon sens du terme. Avec des crêpes moyennement sucrées, c’est parfait. Enfin, Péché Mignon, que je me suis gardé pour la fin, pour retenter, est toujours aussi provocant et spécial. Il est assez amer, donc je me demande avec quoi il se marierait, mais pas mal du tout. Faudrait que j’en aie un peu plus pour m’habituer, en fait.
Bref, côté confiture, c’est un trio gagnant.

Enfin, j’avais laissé de côté le Strong Breakfast, un mélange de trois thés noirs, pour le travail. J’étais moyennement suremballée car je préfère largement les thés blancs, verts, bleu-verts voire même rouges maintenant, et craignais d’avoir une boisson hyper amère. Et puis, le moment opportun est arrivé : un jeudi après-midi, digestion difficile, traduction difficile, mes forces me quittent. Je rassemble tout mon courage pour aller vider ma thermos et me faire du Strong. J’ai réussi à en boire avant que mon front n’entre en contact avec ma table et sans exagérer, 5 minutes plus tard, ma traduction était toujours aussi difficile mais j’avais retrouvé la pêche. Même le café ne fait pas ça. Il y a sûrement un effet de persuasion ou alors mon corps avait fini de travailler la digestion, mais je reste impressionnée. Côté goût, c’est amer, c’est sûr, mais pas du genre « gros bourrin ». C’est même un peu parfumé, du coup, je vide ma thermos. Le soir, je suis légèrement malade comme quand je fais une réaction au café, mais je retiens : pour me réveiller, Strong Breakfast.

Conclusion : ce n’est pas un carton plein pour l’Envouthé Théodor, mais la qualité est présente partout. Je ne sais pas comment cette Maison se situe dans l’échelle des Maisons De Thé, mais je suis conquise. Faut juste choisir son thé avec soin. Je suis d’habitude une aventurière et tente tout et n’importe quoi mais Voulez-vous m’a franchement calmée. C’est bien l’une des premières fois que je n’ai envie que de commander mes valeurs sûres, c’est dire. Je suis donc un peu déçue de ne pas avoir reçu une autre boîte de 100 g ou simplement, les opalines qu’ont eues les abonnés, qui ont en plus reçu un infuseur à thé super beau. Néanmoins, le Jardin d’Alix m’a tellement convaincue que je mets la marque dans mes favoris et en commanderai quand mes stocks seront un peu menacés.
Et au passage, je me suis abonnée à Envouthé, ne recevrai pas celle de février mais celle de mars, avec différentes marques de thé et pas juste une seule.

0 commentaire(s):

Enregistrer un commentaire