My Little Box : bilan

, , No Comments
[Article publié pour la première fois le 1er mars 2013]

Ça y est, je me suis désabonnée de la Little Box peu avant de recevoir celle de février — dont je me serais également passée. Depuis un mois ou deux, je me tâtais puis me suis fixé une deadline : deux boxes un peu décevantes de suite et c’est l’éjection.
Ceci dit, MLB, c’est tout de même un très chouette concept et beaucoup d’originalité à la base : de beauty box, elle est passée à lifestyle box avec, à chaque mois, de petites pépites et des goodies en tout genre. Pour moi, le problème, ce n’est pas le côté loterie — je me suis abonnée en connaissant les risques que cela comportait, quand même — mais c’est plutôt que le concept s’essouffle et ne propose plus rien de nouveau. Les goodies des premiers mois, fort utiles, sont clairement au-dessus du niveau de ceux des derniers, qui traînent dans un coin de ma buanderie. Et le nombre de produits de beauté se réduit comme peau de chagrin, tandis que le côté découverte disparaît carrément.
Cette longue intro décousue fait office de mea culpa, parce que je vais quand même la regretter, la Petite Boîte... En attendant de trouver mieux et sûrement de m’abonner à l’Envouthé, je tenais à faire un petit récapitulatif mois par mois...


 My Little Detox Box (janvier 2012)


© L’Autruche Nantaise
Je ne l’ai jamais eue, inscrite un poil trop tard. C’est celle qui a motivé mon plongeon parce que l’intégralité du contenu me parlait : du thé Détox Kusmi, un sac de yoga (j’sais pas ce que c’est, mais ça aurait été fort bien pour faire les courses et transporter des BD), un petit carnet car je n’en ai que 32, des étiquettes à coller je ne sais trop où (le placard, apparemment), un livre de recettes, une crème pour les pieds Sénèv, deux crèmes Biotherm et une crème et un baume Elizabeth Arden. Le contenu semblait généreux, les petits détails plaisants. Y avait que les dessins de Kanako dont je ne suis pas spécialement fan, mais c’est loin d’être vilain, et puis bon, j’imagine mal Guillaume Long ou Vincent Caut illustrer les Little Boxes.


My Little Flirt Box (février 2012)
Ça n’a pas démarré sur les chapeaux de roues...
- Goodies : petits bons à donner à son amant (et j’insiste sur le masculin, car avec, MLB, on ne peut rien donner à sa femme), recette de pâte sensuelle à tartiner sur le corps (la carte me sert de marque-page, comme toutes les cartes du genre).
- Oh ! : pas grand-chose, justement. Par défaut, la crème pour le corps Carita, efficace et très douce.
- Hmm... : tout le reste m’a laissée de marbre. À commencer par le sérum jeunesse Yves-Saint-Laurent, que j’ai utilisé histoire de ne pas gâcher. Puis le rouge à lèvres Color Riche de l’Oréal vraiment trop rouge et pas assez couvrant pour moi (de toute façon, du début à la fin, MLB m’a ciblée comme une fana de rouge). Enfin, le mascara Make up for Ever, qui est encore dans mon sac à main, au cas où j’aurais besoin de me refaire les cils. Ça n’est jamais arrivé encore, mais le produit est pas mal.


My Little New York Box (mars 2012)




 

© L’Autruche Nantaise
- Goodies : ils font partie de mes préférés, entre les cartes postales comparant NYC et Paris, le tatouage à la con, le guide de bonnes adresses, et le mini-livre MLB, j’ai trouvé le tout original et bien dans le thème. Et ne parlons pas des Oreo, je n’en achète jamais, donc c’était parfait d’avoir un petit sachet de biscuits, comme ça.
- Oh ! : la miniature de parfum et de lait corporel Narciso Rodriguez, que j’ai rationnée parce que vu le prix, je n’en achèterai probablement jamais. C’est une fragrance hyper discrète et délicate mais qu’on n’oublie pas. J’étais sous le charme.
- Hum... : le shampooing Redken, parce que pour mon hygiène, tout vient du supermarché. J’ai vraiment pas de problème existentiel avec mes cheveux donc leur faire un autre soin ou pas, peu importe.
- Enfin : le vernis Essie était très beau. J’ai eu un violet pastel très chouette et c’est vrai que c’est facile à appliquer et tout, mais je ne porte pas de vernis sauf quand j’ai 3 heures à tuer devant moi (rare).


My Little Spring Box (avril 2012)



© L’Autruche Nantaise
- Goodies : râââh, je ne suis pas adepte de tout ce qui est unboxing, mais les goodies de ce mois-là m’ont fait craquer. Le petit bracelet en tissu Les Filles du Sud n’a pas tenu longtemps puisque je n’enlève pas mes bijoux sous la douche, mais il était quand même très joli et passe-partout. Les cartes m’ont fait sourire mais je devais être d’humeur niaise. La petite bouteille de soupe Pocket Garden Blendie m’a dépannée à l’occasion d’un repas un peu léger (et elle coûte cher, évidemment), le petit pot à planter m’a également conquise. À l’époque, elle trônait sur le frigo d’une cuisine peu exposée au soleil donc les feuilles étaient toutes penchées d’un côté et le temps que je pivote le pot, elles ont succombé au peu de lumière, mais bon, aujourd’hui, le pot sert de porte-clés USB. Enfin, le petit bouchon Delo à clipser sur une bouteille d’eau est heu... original, je ne suis pas sûre que la dose de je-ne-sais-quoi qu’il contenait a été bien libérée mais ça a tout de même donné un peu de goût à mon eau.
- Oh ! : l’eau de raisin à pschitter de Caudalie, que je ne connaissais que de nom. Ne vivant pas dans une ville où la canicule sévit tout le temps, j’étais un peu perplexe, et puis je me suis pschitté le visage un matin, histoire de tester. Bizarrement, en plus de sentir bon, ma peau était hydratée et prête à accueillir le fond de teint. Je n’ai pas racheté ce spray, mais une crème pour les mains et un baume pour les lèvres pour 5 € dans une pharmacie. Ah, le marketing de MLB :). L’autre produit ex aequo, c’est le shampooing Phytokératine, qui a remplacé mon shampooing supermarché quelques semaines. J’ai été assez conquise, j’avais une crinière souple et légère, je... bon ok, mes cheveux étaient plus doux, c’est tout, mais je comprends un peu plus les soucis capillaires que peuvent avoir certains maintenant. Mes cheveux pourraient être mieux, mais bah, c’est le cadet de mes soucis
- Hmm... : le... vernis Color Riche L’Oréal. 1/ Encore du vernis. 2/ L’Oréal, ce n’est pas une marque inconnue, même de moi. 3/ Le rouge, même « Opulent », j’aime moyen. Le pire, c’est que c’est celui que j’ai gardé de tous mes vernis car je me suis dit qu’on a toujours besoin d’un rouge passe-partout.
- Enfin : un lait Clarins et peut-être un duo de poudre (blush ? un truc du genre) si ma mémoire ne me fait pas défaut. RAS, un lait corporel, sauf s’il sent la banane, c’est toujours bon à prendre.


My Little Red Carpet Box (mai 2012)

 

© L’Autruche Nantaise
Deux pas en avant, un en arrière, je n’ai pas du tout aimé cette Box.
- Goodies : que des trucs en relation avec Cannes, vue de la lorgnette glamour et paillettes. Les acteurs beaux gosses et les discours de remerciement, même sur le ton de l’humour, passent moyennement. Je ne parle même pas de la coque pour iPhone 4. Je n’en avais pas à l’époque, j’en ai un maintenant, elle ne me sert toujours pas.
- Oh ! : les parfums Elie Saab, parce que j’étais justement en rade de parfum alternatif au Sexy Graffiti d’Escada acheté au duty free d’Hambourg mais un peu fort dans certaines circonstances.
- Hmm... : la laque Elnett. Là, je peux dire comme beaucoup de blogueuses mode, « je l’ai refilé à ma mère ». Parce que j’ai rien à laquer.
- Effet Kiss Cool : la crème jeunesse de L’Oréal (encore) marche bien : boutons et peau abîmée garantie, c’est l’adolescence retrouvée ! Non sérieusement, j’ai eu vraiment peur car comme mon ventre avec la bouffe, ma peau accepte normalement de tout (d’où mon inscription à MLB !) et je peux changer de crème à mon gré. Pas là. J’ai fini par utiliser une partie sur mes talons tout crevassés mais comme ça ne faisait pas le moindre effet, à part un risque de glissade assuré, j’ai lâché l’affaire et... ai jeté le pot pour ne pas nuire à autrui (notamment à mon compagnon qui a tendance à taper dans mes crèmes pour le visage).


My Little Happy Box (juin 2012)

 

© L’Autruche Nantaise
Elle porte bien son nom, c’est ma préférée.
- Goodies : un magazine que j’ai à peine lu, des Carambars-pourquoi-pas, des confettis, des tampons cœur, étoile, happy, etc., une pince à épiler. Tout ne me sert pas, mais tout pourrait avoir une utilité et est hétérogène. J’ai été sous le charme.
- Oh ! : les produits Kibio (lait démaquillant et lait hydratant), qui sont efficaces, qui sentent bon la citronnelle, qui sont bios. Le pschitt vinaigre et fleur de coton pour les cheveux Le Petit Marseillais, trouvable en supermarché, mais très pratique à l’époque où je me coiffais encore vaguement. Et le lait frais Diptyque... super cher aussi et super bien. Sûrement moins que le parfum Juliette has a Gun full size qu’ont reçu des privilégiées, mais les parfums, c’est plutôt risqué, les laits moins.
- Hmm... : le crayon liner Star Liner (eh mais, je connais quelques mots de beauté, à force), parce que j’ai de petits yeux et de petites paupières totalement incompatibles avec le port du liner, sans parler des lentilles. Et je refuse de me maquiller en plus de 8 minutes chrono, donc hors de question d’inclure un saut périlleux dans la routine matinale.


My Little Travel Box (juillet 2012)

 

© L’Autruche Nantaise
Où le nouveau concept nous est annoncé...
- Goodies : un coussin gonflable Princesse Tam Tam :} Je ne vais jamais à la plage, par contre, dans ma baignoire, si. Ce qui m’a valu un superbe commentaire de mon père quand il a visité ma salle de bains : « ça va, c’est tranquille, chez toi...". Un protège-passeport en plastique bien pratique, dont je me suis empressée de couvrir mon passeport. Des cartes diverses et variées, un cahier de vacances et tout ce qui est cahiers ne peut que me plaire.
- Oh ! : l’eau de Cologne du Couvent des Minimes ^^ Enfin une fragrance qui me convient. D’ailleurs, j’en ai racheté, ce doit être l’un des rares achats que j’ai renouvelés. En tout cas, je ne connaissais pas du tout les clichés associés à l’eau de Cologne — puisque je croyais que c’était exclusivement masculin, naïveté — du coup, je m’en suis aspergée, de cette eau à l’odeur citronnée. Ah oui, si je l’ai épuisée si vite, c’est parce que je suis totalement monolithique et que je n’ai pas de maquillage spécial jour/nuit, petites/grandes occasions, ou autre : je prends ce qui me plaît, j’ai la même routine du fond de teint jusqu’au parfum tous les jours jusqu’à lassitude/épuisement du produit.
- Hmm... : tout le reste, encore une fois. Le spray solaire, refilé à une collègue, puisque je ne vais jamais sous le soleil.
- Coup de gueule : l’attirail Agnès b., la petite pochette, l’embellisseur abricot et les petits rouges à lèvres, que la marque offre de toute façon pour 3 fois rien. Là, je me suis demandé si MLB raclait pas ses fonds de tiroir. Et puis, le changement de concept. Je me suis quand même décidée à poursuivre l’expérience, au cas où.


My Little Couture Box (septembre 2012)


© L’Autruche Nantaise
Le thème m’a fait un peu peur et je me suis demandé ce que signifiaient réellement goodies. En bonne fan de japanim, j’imaginais des figurines mais bon, ça devait pas être ça...
- Goodies : la nouveauté, un petit bouquin assez luxueux sur le thème de la (haute) couture. À ma grande surprise, j’ai lu des choses intéressantes et bien rédigées. C’est pas aussi collector qu’on voudrait nous le faire croire mais très bien foutu malgré tout. Y a ensuite plein de papiers de toutes formes (cocottes, cartes, etc.) plus ou moins utiles et un petit carnet Liberty (motif floral, je connaissais absolument pas du tout le terme) que je n’aime pas spécialement. Un col Claudine, très mignon, mais avec mes épaules, j’aurais juste eu l’air d’un gorille en tutu avec, donc cadeau collègue quelques mois plus tard. Puis une petite canette de Coca signée Jean-Paul Gautier, pourquoi pas, ce sera pas gâché. Un badge que je trouve franchement laid. Enfin, un tote bag :))) Il me sert encore aujourd’hui, même si les passages à la machine à laver ont fait du mal au dessin.
- Oh ! : côté produits de beauté, ça se réduit à deux, et pas des plus emballants. Ça ne doit pas être pour rien que le site officiel de MLB ne propose pas de revue de presse pour la Couture Box.
- Hmm... : Un crayon Vera Valenti qui repose sagement avec les liners et autres produits sans utilité pour moi. Un gloss Anatomicals qui fait un peu cheap, un peu « pour petites filles », et surtout, je ne mets presque jamais de gloss car ça tient pas et si je devais m’en remettre après chaque gorgée de thé...


My Little Color Box (octobre 2012)


© L’Autruche Nantaise
C’était une autre box décisive et elle a remporté le pari haut la main. Ma préférée parmi les boxes lifestyle.
- Goodies : que de l’utile, tout en étant vraiment coloré ! Les 3 petits rouleaux de masking tape ci-dessus, qui ont refermé pas mal de paquets cadeaux. Deux autres petits carnets charmants mais trop petits pour qu’on puisse réellement noter quoi que ce soit d’élaboré. Un foulard léger rouge à pois bleus, que je porterai... un jour. Une bouteille Vitamin Water, ultra chimique, mais je bouffe tout. Le petit livre est encore une fois intéressant, même si l’impression d’avoir un blog imprimé commence à être évidente.
- Oh ! : le baume à lèvres Carmex, cerise/menthe. Très très efficace, ça a réparé mes lèvres depuis :) Plus de peaux mortes tiraillées.
- Hmm... : un vernis Sally Hansen bien rouge. Je ne refais pas mon pitch sur les vernis.
- Enfin : un 3e produit car 2, c’est effectivement léger. Un rouge à lèvres Calvin Klein ! Quel dommage qu’il soit... aussi rouge que le vernis -_- Je porte des teintes discrètes et n’ai jamais réussi/osé sortir avec ce rouge pétant, sauf une fois après l’avoir estompé 50 fois avec de l’essuie-tout. Intérêt de la chose : zéro, je suis juste contente d’avoir un produit de cette marque. Je ne sais pas combien coûte un bâton Calvin Klein, mais sûrement plus que mon Nivéa.
- Bonus : une base pour ombre à paupières Laura Mercier. Soi-disant pour récompenser les 5000 premières abonnées. Je n’y crois pas trop mais pourquoi pas. Il paraît qu’une base, c’est toujours utile, mais j’ai toujours pas compris comment ça marche : j’ai eu une grosse tartine beige sur mes paupières et après, impossible d’appliquer quoi que ce soit dessus. ^^;;;


My Little Cocoon Box (novembre 2012)

© L’Autruche Nantaise
Je comprends pas trop ce besoin de « cocooner » avec des accessoires, m’enfin...
- Goodies : de l’utile ! Une mini-bouilloire certes un peu gadget, mais je m’en sers de temps en temps (quand je suis malade, à vrai dire) et elle est bien mignonne. Un bandeau en laine pour... je sais pas ; j’ai cru que c’était pour quand on se fait des masques ou des trucs comme ça, mais apparemment, ce serait pour « affronter l’hiver avec style ». Il ne me convient pas parce qu’il remonte totalement ma frange et donne à ma coupe un effet palmier. Le petit livre pour cocooner donc, toujours aussi sympa mais pas indispensable. Et un CD de méditation. Heu... un CD ? Chercher un lecteur de CD pour méditer ? Non merci. Jamais écouté.
- Oh ! : combo gagnant en novembre avec le lait corporel Sultane de Saba (qui sent bon malgré la présence de gingembre !) et le masque exfoliant Nuxe aux fruits rouges, d’une taille généreuse.


My Little Santa Box (décembre 2012)


© L’Autruche Nantaise
- Goodies : grosse déception, entre l’espèce d’élastique doré pour s’attacher les cheveux d’une manière trop exotique pour moi (et toujours avec cet effet palmier), la carte « cadeau » pour le cours de cuisine Cook & Go dont j’ai déjà parlé (non, c’est pas « cadeau », j’ai payé !), le petit livre avec essentiellement des recettes (c’est cool mais c’est pas un roman, ça se relit pas), et heureusement, des mitaines !! J’ai eu de la chance car je voulais justement en racheter. Là, au bout de 2 mois, je peux dire que la qualité est correcte sans plus : quelques bouloches se sont formées peu après les quelques jours de neige en janvier.
- Hmm... : eh bien, les 2 petites crèmes pailletées Topicrème pour le corps. Je les ai utilisées hein, j’ai juste ressemblé à une boule de Noël pendant un mois ^^ Le mascara Nivéa, qui marche pas du tout, et est compliqué pour rien (dose de mascara à prélever avec deux brosses différentes selon l’effet qu’on recherche, ça ne me parle pas). C’est marrant, je crois que j’ai eu bien plus de mascaras (miniatures) que ça, notamment un Lancôme je ne sais plus quel mois. Avec mes cils riquiqui, si ces machins-là ne séchaient pas, j’aurais 5 ans de stock.
- Oh ! : le masque purifiant de la marque Absolution est génial. J’ai le visage tout doux après usage ^^ Je n’en rachèterais pas, par contre : à 28 € les 50 mL et vu la superficie de mon visage, j’aurais tôt fait de me ruiner.


My Little New Life Box (janvier 2013)


© L’Autruche Nantaise
- Goodies : pas de petit livre, un agenda à la place. Il fait un peu trop girly, surtout quand on a déjà un agenda Star Wars (comme si j’attendais janvier pour acheter un agenda !), des crayons de couleur qui ne marquent pas bien. Du coup, pour ne pas laisser le tout traîner dans mes tiroirs, je m’en sers comme livre de comptes. Heureusement que je ne suis pas free-lance et ne fais pas ma compta pro sur ça... D’ailleurs, j’ai été surprise de voir que dans la liste des 50 romans pour filles, il y ait des œuvres moins connues comme Franny et Zooey de Salinger... Il y a également eu un extrait de roman, L’Agenda, de Caroline Duffaud. J’ai lu par principe, ça semblait bien écrit et maîtrisé mais ça ne m’a pas conquise. Autrement, une barrette pour cheveux avec un nœud papillon gris en plastique, je n’ai et n’ai jamais eu les cheveux assez longs pour ça. En ce moment, mes cheveux sont à leur longueur maximum, ce qui me permet de faire une timide queue de cheval. Enfin, un bracelet ou collier avec un cordon et une petite médaille qui dit « Dream Big », que je porterai jusqu’à réception du bracelet Bonbi Forest (celui-ci en bleu), ce qui correspondra peu ou prou au moment où le cordon tombera en miettes. Je ne suis pas transcendée par la beauté ou qualité des goodies, mais c’est le jeu.
- Oh ! : en soi, la crème pour mains My Little Beauty est bien. Mais le côté découverte disparaît totalement, on sait qu’il y aura tous les mois un produit de MLB. La gamme a l’air bien pensée et de qualité hein, mais on perd de vue l’objectif de la Box.
- Hmm... : de l’huile d’argan pour visage, cheveux et jambes. L’idée de me mettre de l’huile sur le visage me laisse perplexe, j’en vaporise donc mes cheveux... et je suis arrivée au travail avec les cheveux crades ^^;; Comme je me regarde rarement dans le miroir, je ne m’en étais pas du tout rendu compte chez moi et dans les transports. Ça craint un peu. Du coup, j’en utilise de temps en temps sur les jambes et le torse — je ne vois pas pourquoi cette partie du corps devrait être bannie. Mais bon, je suis loin d’être ravie, on m’aurait proposé de l’huile d’olive pour la cuisine que j’aurais été plus satisfaite.


My Little Coquine Box (bah alors, plus d’anglais ?) (février 2012)


© Mademoizel Ludivine
Bon, ce que j’en pense du « coquin » de nos jours hein... Un canard dans un bain, c’est coquin. Tout est coquin.
- Goodies : est-ce qu’une culotte est un goodie ? Zou, direction machine à laver, ça m’en fera une de plus, toujours ça de pris. Pourquoi je suis contente d’avoir un foulard et pas une culotte ? Parce que tout le monde n’a pas les mêmes goûts (même si celle-ci semble à peu près universelle) ni n’a la même taille (aussi ajustable soit-elle). Plus de petit livre : à la place, un mini-magazine composé d’articles de blogs, certains traduits. Sûrement y a-t-il des posts de blogs très populaires dans la blogosphère, je n’en sais rien. En tout cas, l’une des raisons qui m’ont fait me précipiter sur le bouton « Résilier l’abonnement », c’est l’énorme faute d’orthographe sur la couverture : « ballade en Angleterre » (je crois). Non, non, non et non !! Balade, avec un « l ». « Ballade » existe, c’est un genre de poème. Il y a aussi « ballad », mais c’est de l’anglais. Z'ont pas lu Eden, les traducteurs. Les étiquettes à thermocoller « sur les chemises de son homme » vont être d’une inutilité formidable dans notre foyer : 1. On ne sort jamais le fer à repasser, même si on a 2 planches — 2. Mon « homme » n’a pas beaucoup de chemises et les jours où il doit en sortir une, j’ai pas intérêt à lui coller des machins fantaisistes sur le dos — 3. Je ne suis pas adepte de l’humour employé (« Cet homme appartient à... », « Pas touche », « Homme de ma vie ». En revanche, je trouverais très drôle d’utiliser l’étiquette « Restons amis ». Bwef). Quelques pages du début d’Histoire d’O, de Pauline Réage, que l’on voit dans tous les rayons depuis le succès de 50 nuances de Gray, visiblement. Je suis moyennement intéressée — même si plus curieuse d’en savoir plus depuis que j’ai vu que le livre est paru au début des années 50 — mais je lirai l’extrait, pour le principe. [Extrait lu entre-temps : me suis terriblement ennuyée. En fait, j’avais l’image de DSK dans ma tête tout le long, ça ne met pas à l’aise.]
- Oh ! : le gommage au miel de MLB est très très bien. Terriblement efficace, je ne sais pas. Terriblement bon, oui. C’est bête de ma part de me braquer sur le fait que le côté découverte est amoindri mais bon.
- Brrr... : eh bien, le beurre corporel The Body Shop, c’est pas une révélation, hein ! Même moi je connais cette marque. J’ai espéré ne pas recevoir celui à la fraise que je pense très chimique, et j’ai eu celui au chocolat. Eh bien, il n’est pas à la banane mais est quand même assez écœurant.


Bilan : une culotte de plus dans mes sous-vêtements, des étiquettes pour les filles qui sortent avec des garçons, un chouette gommage et un beurre corporel qui me coupe l’appétit le matin. C’est une box très légère et rien ne m’a autant réjouie qu’un lait Kibio ou même un baume Carmex (et si je cite toutes les marques, c’est pour m’en rappeler moi-même, si j’ai envie de craquer un jour). J’ai eu l’impression de payer la même somme pour 2 fois moins de contenu. Un 3e produit de beauté ou le livre en entier, ça n’aurait pas été du luxe.
J’ai attendu et attendu des fards à paupières mais n’ai eu que des mascaras. J’aurais voulu avoir un autre tote bag mais ai eu un pochon « pour découcher » (chez mes parents, peut-être ?! ^^). J’aurais aimé découvrir encore d’autres marques, à l’instar de Sénèv ou de Taaj, mais lorsque j’aurai moins la flemme, je ferai les découvertes moi-même au lieu d’espérer qu’on me les apporte sur un plateau. Malgré tout, je ne suis pas amère — la résiliation serait venue bien plus vite — et me réjouis d’avoir pu tester le concept pendant un an. J’ai découvert des produits que je n’aurais jamais achetés, dans des quantités trop grandes, et j’ai pu trouver de nouveaux propriétaires à la plupart des choses dont je n’ai pas besoin.
Voilà, c’est la fin d’un article un peu indigeste et totalement personnel, qui n’intéressera sûrement que moi, mais qui n’a pas de raison particulière d’être publié en privé.

0 commentaire(s):

Enregistrer un commentaire