Restaurant Azabu (Paris VI)

, , No Comments

Azabu, c’est un restaurant japonais gastronomique qu’on m’a fait découvrir il y a bien 2 ans, et où je cherchais depuis à emmener mes parents. Un soir, nous sommes passés en voiture dans le très chic quartier de Saint-Germain-des-Prés où il est situé, et je suis descendue demander s’il était possible de dîner. La patronne, extrêmement raffinée et polie, m’a répondu que malheureusement, il n’y avait que deux services, tous deux complets. Tant mieux pour elle, me suis-je dit, je réserverai la prochaine fois.

Et « la prochaine fois », finalement, ce n’était pas avec mes parents, mais samedi dernier avec mon compagnon, pour nos s..., sep..., bref sept ans de relation (nous ne sommes pas vieux). Cette fois, j’ai bien pensé à réserver pour le premier service, celui de 19h15. Toute la semaine, j’ai visité le très beau site Internet en Flash, bavant sur la carte, mais craignant malgré tout d’être déçue. En effet, j’ai globalement constaté une hausse des prix dans les restaurants japonais, accompagnée d’une baisse de la qualité. En outre, avec le temps, je deviens un peu moins aspirateur à bouffe et plus difficile...
Le verdict ?


Côté prix, il me semble qu’Azabu est resté stable. J’avais le souvenir d’un déjeuner aux alentours de 45 € la première fois, cette fois, pour un dîner, on a le choix entre :
— Menu Azabu : Entrée + Plat + Dessert à 43 €
— Menu Chef : 2 Plats + Dessert à 52 €
— Menu Osashimi : Sashimi + Entrée + Plat + Dessert à 56 €
— Menu Gourmand : Entrée + 2 Plats + Dessert à 62 €.
Ce qui me paraît correct pour un gastronomique. Personnellement, j’ai hésité entre me composer mon repas à la carte, avec deux entrées et un plat, le menu Chef et le menu Azabu. Finalement, après évaluation des entrées et plats compris dans les menus sans supplément, mon compagnon et moi avons opté chacun pour un menu Azabu et du thé grillé.

En amuse-bouches, on a eu chacun 2 carrés d’adegashi-tofu dans un bouillon d’épinards. Première déception : le tofu n’est pas soyeux, les épinards plutôt fades. L’association me paraît assez quelconque, mais soit, c’est un amuse-bouche.

Place ensuite aux entrées. Tartare de saumon roulé dans sa feuille de nori pour mon compagnon, champignons des bois sautés pour moi. Je ne sais pas pour vous, mais nous, quand on lit « roulé dans sa feuille de nori » (algues), on comprend que le saumon est déjà roulé. Pas là : les dés de saumon sont en fait à rouler dans les feuilles d’algue sèches avec du poireau cru émincé. Je me suis marrée en voyant la tronche de mon compagnon, qui déteste mettre les mains pour enrouler des rouleaux de printemps par exemple. Au final, il a trouvé ça bon, sans plus, mais l’expérience le calme. De mon côté, les shiitake, pleurotes et champignons de Paris étaient bons, sans être transcendants. Je n’ai pas regardé s’ils ont été cuits sur la plaque chauffante, le teppanyaki, mais avec de beaux champignons achetés même au supermarché et du gros sel, on pourrait obtenir la même chose. Ça n’empêche pas l’entrée d’être bonne, hein.

Petite pause ensuite avec le chawan-mushi, la tuerie du repas. Il s’agit d’un flan (d’œufs) à la vapeur agrémenté de crevettes et de graines de lotus, servi dans une petite tasse. Je pense que je pourrais m’en gaver tous les jours ! Avec ça, on a repris confiance, malgré le thé très très fade.

Après une petite attente, on nous a servi nos plats. Pour lui, un émincé de porc sauté au gingembre. Pour moi, une grillade de poisson mariné à la sauce miso. Je n’ai pas testé la viande de porc, qui était, paraît-il, bonne, mais mon poisson n’était presque pas bon. Je m’explique : je ne sais pas quelle partie du poisson a été choisie, mais ce n’était clairement pas la meilleure, la chair était tantôt caoutchouteuse, tantôt spongieuse. Au niveau de la texture, c’est donc un zéro pointé. La marinade à la sauce miso était intéressante, mais manquait de subtilité : mon poisson était juste très salé. Les légumes cuits sur teppanyaki étaient bons : pousses de soja, haricots fins et patate douce pour moi, haricots mange-tout et poivrons rouges pour lui, mais il n’y en avait tout simplement pas assez et les accords ne m’ont pas semblé palpitants.

Et ce n’est pas avec la soupe miso et le riz qu’on a pu se rattraper. La soupe était ultra-salée (peut-être est-ce moi qui supporte de moins en moins le sel, ceci dit) et le riz était insuffisant, même avec les petits pickles de concombre. Une grande déception de ce côté, puisqu’ils font partie des accompagnements que j’affectionne particulièrement dans la cuisine japonaise. Je comprends mieux pourquoi il existe une formule avec DEUX plats.

J’avais l’impression de rester sur ma faim mais en attendant d’arriver au dessert, je me suis finalement sentie calée. Pour le dessert, on avait le choix entre un gâteau de la maison Toraya (là où je me suis fait jeter comme une malpropre au prétexte que je venais seule...) moyennement un supplément, un cake au thé vert, une salade de fruits frais (supplément de 3 €...) et une coupe de glace au thé vert et aux haricots rouges. C’est pour cette dernière qu’on a opté. C’est bon, les petits haricots rouges étaient délicieux, on a conclu le repas sur une note agréable.

Bilan pour deux : 95 €. Un prix que j’estimerais correct si la qualité était meilleure et les quantités moins radines. En l’occurrence, le restaurant m’a surtout donné l’impression de se reposer sur sa clientèle et sa réputation acquises. La carte n’est pas d’une diversité folle et surtout, tant de plats sont proposés en menu avec des suppléments hallucinants, allant jusqu’à 10 €. Les plats ne sont pas mauvais, mais pas du tout mémorables.
Je conseille ce restaurant à ceux qui aiment le mélange de saveurs occidentales et japonaises, comme le homard à la sauce ponzu au beurre ou le bœuf wagyu ou qui veulent manger dans un très joli cadre avec un service impeccable. Ceux qui recherchent des plats plus traditionnels ou des prix plus raisonnables peuvent passer leur chemin. Pour ma part, je renonce à y emmener mes parents, je les entends déjà se plaindre :)

Azabu
3 Rue André Mazet — 75006 Paris
Métro : Odéon
Téléphone : 01 46 33 72 05
Du mardi au dimanche, de 12h00 à 14h30 puis de 19h00 à 23h30
www.azabu.fr

0 commentaire(s):

Enregistrer un commentaire