Thé box de novembre 2012 : Bohème

, , No Comments
Thé box novembre
© Thé Box

Aspect général : nette amélioration par rapport à la box d’octobre, qui était déjà pas mal, juste un peu austère. Mais bon, quand il m’a fallu une boîte pour renvoyer mon sac Desigual à la bandoulière éternellement déchirée, il était hors de question que je cède la box Bohème et sa belle illustration intérieure. C’est donc la Jazz Box qui y est passée.
En termes de goodies, j’ai été séduite aussi. Un grand carré d’origami au motif de type masking tape, qui me sert de marque-page. Le côté origami est fun, mais le papier est très lisse d’un côté et vu sa taille, donnerait une grue assez géante. La carte postale intitulée « L’amour est enfant de bohème » est bien chouette aussi, sobre et fofolle à la fois. Zou, marque-page, enfin un avantage à lire plusieurs (types de) livres en même temps. Le cahier des saveurs comporte encore quelques coquilles, mais le texte est un poil plus soigné. Et j’en ai préféré la présentation.
Enfin, le petit cahier de la marque « Thé des écrivains » était appréciable, sans casser trois pattes à un canard.

Gourmandises : agaga. Six cuillères-biscuits Poilâne, à tremper dans le thé. Tant qu’il en restait à la maison, il n’y a pas eu un seul jour où je n’y ai pas pensé ^^;; C’étaient des biscuits peu sucrés, avec une pointe de sel. Géniaux.
Le petit pot de confiture citron-Earl Grey de la marque Tea Together m’a laissée un peu perplexe au début, un peu perplexe à la fin. La confiture (marmelade ?) était très bonne, j’ai bien aimé le zeste de citron présent dans le charmant petit pot, mais n’ai pas senti le goût de thé. Malgré tout, la confiture semblait différente de celles que je connais. Je n’en achèterais pas pour autant de cette marque car j’en consomme sporadiquement, le matin, avant de partir au travail, donc l’intérêt serait limité.


Thés
Le Thé des écrivains
 : arghhh, je le savais, qu’elle allait être présente dans une Thé Box, cette marque. Il s’agit en effet d’une marque récente que j’ai « découverte » (cible marketing que je suis d’une campagne savamment orchestrée) dans un magazine gratuit. Le leitmotiv de cette marque est d’associer un thé avec les écrivains d’un pays. Ainsi, le thé japonais contient des notes de cerise. En octobre dernier, j’ai acheté un petit coffret pour un cadeau et pris pour moi un thé des écrivains anglais (en vrac), aux notes de rose et de caramel, pas mal du tout.
Dans la box, j’ai eu le thé français, au bleuet, qui a du goût sans être mémorable. Mais je l’ai trouvé bien meilleur que le Bouddha Bleu de Mariage Frères, par exemple, que j’ai du mal à finir.
Ensuite vient le fameux thé japonais à la cerise et relevé au marasquin (de l’alcool, pour ceux qui n’y connaissent rien), très bon aussi, mais que j’aurais aimé plus corsé.
Le thé Claude Monet promettait oolong, ananas, coco, céréales, fleurs de tiaré, de tomate et de cerisier. Heu... mon propre plant de tomates dégage plus d’odeur. Pourtant, je laisse infuser longtemps... tellement que je bois mon verre de thé avec le sachet au fond en général. Très déçue après tant de promesses, donc.
Le thé américain, c’est le seul que je n’ai pas testé, car c’est un thé glacé. Glagla quoi. Et un sachet, ce n’est pas suffisant pour faire une carafe de thé glacé. Intérêt limité.
En fin de compte, je me dis que les thés de cette collection doivent plus embaumer lorsqu’ils sont en vrac qu’en sachet. Dommage, j’aurais bien aimé avoir le thé italien (figue, coing, noisette, raisin) ou le thé russe (vodka, orange, pamplemousse).

Compagnie Coloniale : le nom fait un peu hérisser mes poils, mais passons.
Le Chine Extra porte bien son nom. C’est du thé fumé Lapsang Souchong, du Panyong et du Grand Yunnan. Exit le goût de bacon, on se retrouve avec juste un thé bien corsé qui n’accompagne pas bien tous les plats mais est autrement très appréciable.
Le Thé de Noël promet amandes, cerises et bleuets et tient ses promesses. Du thé de qualité, on sent très bien la cerise sans qu’elle ne soit écœurante. Je valide, c’est mon préféré.

Dilmah : valeur sûre !
Que ce soit avec le Ceylan rose et vanille ou le Ceylan fruits rouges, j’étais aux anges. Goût subtil, sachet qui dure, thé tout doux. Du vrai bonheur. Le thé noir d’Assam d’Inde m’a laissée un peu plus indifférente, je n’ai pas senti la différence avec un thé noir classique. Enfin, le thé aux fleurs de jasmin, je l’ai trouvé un peu fade, mais sûrement parce que je suis gustativement amoureuse de mes sachets de thé au jasmin à trois francs à six sous et auxquels je suis hyper habituée. Mon jugement n’est donc pas très objectif. C’est comme le Tieguanyin qu’on m’a offert dans un Palais des Thés, il pourrait contenir des truffes, il ne vaudrait pas mes petits sachets de thé de Hong Kong ^^;;

L’Infuseur : un généreux paquet refermable de plantes et fleurs en vrac nommé Bonne humeur. Il s’agit d’un mélange de verveine, marjolaine, rose, grué de cacao, coquelicot, vigne, souci, bleuet, orange et framboise. Il sent trop bon lors de l’infusion. Mais je n’ai pas réussi à distinguer autant de saveurs à la dégustation. En fait, j’ai beau forcer sur la quantité de feuilles, je trouve cette infusion relativement fade. C’est la principale déception de la box mais malgré tout, le niveau est là, je me retrouve à le consommer tout au long de la journée sans interruption. Mais je me méfie des associations de x ingrédients dorénavant.

Salus : quel packaging sobre ! Un simple emballage plastique transparent et l’étiquette qui accompagne le sachet est juste triste.
Je me suis jetée sur le thé blanc à la pivoine et pomme et aux fleurs de sureau et de trèfle rouge. Il est très très bon, j’aurais voulu troquer mes Green Masala contre d’autres thés blancs, mais il n’y a aucune senteur de pivoine ou de pomme :D Le parfum était inidifentifiable, mais ce n’est pas bien grave.
Le Green Masala est très typé aussi, un peu acidulé (à peine) et plein d’agrumes, mais on sent surtout la réglisse. Je regrette juste de ne pas avoir un simple thé indien à la cardamome, qui parfume si bien les thés à elle seule. En tout cas, il s’agit d’un thé très rafraichissant (réglisse, quoi).

Dammann Frères : ah, je connaissais de nom, pour une fois.
On a une élégante boîte genre paquet de cigarettes classe, avec à l’intérieur 5 sachets individuels. Le Jardin bleu, dont j’ai lu que de bonnes choses dans la blogosphère, censé associer des saveurs boisées et un goût chocolaté, en plus de fruits rouges, se sirote lentement avec un bon bouquin à la main. L’Oriental, un thé vert à la pêche de vigne, au fruit de la passion et à la fraise des bois, est hyper efficace. J’en redemanderais bien mais Dammann, c’est pas donné malgré le code réduction qu’il y avait. La Tisane du Berger (tilleul, verveine, citronnelle, menthe et fleur d’oranger) est... heu une tisane efficace, pas de théine pour ceux qui la redoutent sans pour autant être fade, très cool. Le Christmas Tea est vraiment bon, pour le coup, j’ai senti l’orange, l’ananas et le caramel annoncés. Ouf, pas de cannelle ou d’odeur lourde pour « faire Noël ». Le Rooibos Citrus est un rooibos, donc j’ai moyennement apprécié. Heureusement que les odeurs acidulées masquaient assez bien le goût caractéristique du « thé rouge ».

Bilan
Eh bien, je crois que je deviens difficile ^^;; Gros bon point de cette box : la diversité des thés et de leurs parfums. À l’approche de Noël, j’avais peur d’avoir de la cannelle partout, heureusement que mes craintes étaient infondées. Je suis également ravie d’avoir découvert la marque Dammann pour de vrai, avec la qualité au rendez-vous.
Je reste plus mitigée vis-à-vis de certains mélanges, surtout ceux qui promettent des saveurs que j’adore : pomme, noisette, amande, ananas... Pas évident de discerner tout ça. Ceci dit, je fais la fine bouche, mais il n’y a rien eu de dégueulasse, c’est un vrai plaisir de partager ces petits sachets. Simplement, à part le Thé de Noël de la Compagnie coloniale, aucun ne m’a transportée au 7e ciel.
Heureusement, tout a été sublimé par les cuillères Poilâne :)

0 commentaire(s):

Enregistrer un commentaire