Au café des chats (Paris)

, , 4 comments
Hier soir, je me suis laissée entraîner dans un café à chats, même si j’ai déjà un bar, une cafetière et des chats chez moi. Je ne connaissais le principe que vaguement et il me semble qu’il vient du Japon où les propriétaires d’appartement ne sont pas toujours autorisés à héberger des animaux chez eux. Je m’attendais à un endroit où l’on paye sa présence à la demi-heure ou à l’heure, dans un environnement un peu clinique, avec des chats de partout. Rien ne me préparait donc à un véritable salon de thé avec des chats disséminés partout...



Nous sommes arrivées aux alentours de 19h30 et comprenons vite qu’il aurait fallu réserver, même un soir de semaine. Malgré tout, on nous propose assez aimablement de revenir à 21h pour en profiter 1h30, ce que nous acceptons. Après un petit repas libanais « léger », retour sous la pluie pour voir de petits compagnons à quatre pattes.

La réceptionniste nous débite à toute vitesse les consignes : se nettoyer les mains avec du gel hydro-alcoolique, interdiction de réveiller les chats et de les prendre dans ses bras, photos autorisées mais sans flash. Fair enough, cela me semble être le minimum pour leur bien-être.

Le rez-de-chaussée semble plutôt sympathique mais déjà pris d’assaut, on descend au sous-sol pour découvrir la beauté du lieu : pierres, plafond haut, poutres en bois, mur en bibliothèque trompe-l’œil, canapés moelleux... Ambiance plutôt cosy, bien qu’un peu sombre. On déambule un peu — il y a effectivement des chats un peu partout, presque tous en train de s’adonner à leur activité favorite — avant de se fixer sur la table « Léopard ». Les sièges (chinés ou tout comme) sont plutôt raffinés mais ma banquette vachement molle, parce que je voulais être à côté de cette merveille :

On caresse quelques chats (qui sont tout sauf petit !) et puis on étudie la carte. Je suis agréablement surprise de retrouver les thés bio du Chapelier Fou dont j’entends souvent parler. Il y a aussi des thés Kusmi, du chocolat chaud, du café évidemment, des sodas, des salades hors de prix, divers plats salés et des muffins ou autres fondants au chocolat. Bien que le contenu du thé gourmand ne m’intéresse pas, je le prends à défaut de mieux. J’opte pour un Tea for Anarchists (noir à la mangue et à la papaye) et les gourmandises consistent en un mini-fondant au chocolat, un macaron à la vanille et une demi-tarte au citron meringuée qui a été incompréhensiblement mais aimablement changée par une demi-tarte aux framboises et à la pistache.

Le thé est très sympathique et la marque décalée fait partie de celles auxquelles je m’intéresserai quand j’aurai un peu écoulé mes stocks, mais malheureusement, cela se voit que l’eau qui m’a été servie a été chauffée à 100°, beaucoup trop pour un thé noir donc. Les mignardises sont sans grand intérêt et je n’avais pas très faim à vrai dire, après le restaurant libanais. Bref, c’est du surgelé mais correct, à un prix qui ne me paraît pas démentiel.

De toute façon, on est là pour les chats et le cadre :) Comme ils dorment presque tous, l’interaction est limitée. Même réveillés, ils ne cherchent pas spécialement le contact humain et se désintéressent des jouets qu’on leur brandit. Ils reprennent vie à l’heure des croquettes et jouent mollement sur leur arbre.

Je suis surprise par leur calme : 12 chats sur 2 étages qui ne me paraissent pas énormes, sans se marcher dessus, chacun mangeant dans sa gamelle, aucune course-poursuite, aucun miaulement, on dirait presque des peluches. J’imagine qu’ils sont hyper blasés et mon côté hippie se sent légèrement mal à l’aise, du coup, je ne cherche pas plus que ça à jouer avec.

Ce qui est sûr, c’est qu’ils sont tous très beaux. J’aurais presque du mal à croire qu’ils ont été abandonnés ou près de l’euthanasie mais le café se veut un refuge pour chats en détresse, comme le détaille la carte des chats maculée d’une substance marron que j’espère être du chocolat. Je suis un peu frustrée par l’absence d’explications concernant les normes sanitaires, le bien-être des chats, leur alimentation... peut-être suffisait-il de demander aux serveurs mais ce n’est pas dans mes habitudes de déranger des gens qui travaillent. J’en apprendrai plus tard sur le site du café.

De même, l’aspect caritatif de l'initiative — qui me semble tout de même important — je ne l’apprendrai que sur le site : une part des bénéfices du Café est reversée à la protection féline et une cotisation retraite est prévue pour chaque chat. Pas plus de précisions sur la part ni sur le type de retraite, mais c’est sûrement toujours mieux que rien.

Après 1h30 à grignoter et à parler, on prend le chemin de la sortie et on paye. Pas le temps pour ma part de demander si les thés du Chapelier Fou sont vendus (ils l’auraient été en sachets, de toute façon), je paye, lis rapidement le Livre d’or et on y va.

En conclusion, je ne sais trop que penser de l’endroit. Pour les personnes qui aiment les animaux de temps en temps ou qui ne peuvent en avoir chez eux, l’endroit me semble indiqué, même si j’aurais préféré un simple refuge payant et sans consommation. Pour ceux qui ne supportent pas de voir des chats enfermés ou servant un but lucratif ainsi que les maniaques de l’hygiène et autres poilophobes, il faut oublier le Café.

Pour ma part, je suis mitigée : l’intérêt me semble limité (mais je dis sûrement ça parce qu’après une journée avec mes chats, j’ai la flemme d’aller en voir d’autres ^^) mais l’initiative est sympathique, le cadre très beau et la carte correcte sans être fantastique. C’est du marketing mêlé à un amour des chats, qui ne conviendra pas à tous. Et qui ne me convient pas spécialement, donc je n’y retournerai pas de mon propre chef.



Le Café des Chats
16 Rue Michel le Comte
75003 Paris
Ouvert du mardi au dimanche de 12h à 22h
Réservation conseillée
Site Internet

4 commentaires:

  1. les bars à chats, ce n'est pas trop mon truc je pense. je n'ai pas trop le feeling avec les chats.
    en tous cas, c'est dommage que celui-ci ne mette pas plus en avant le côté associatif et "bonne cause".
    je vois bien ce genre d'établissement tout revêtu de velours rouge, de bois, de plantes.
    ce genre de concept marche bien au japon, car ils sont frustrés de ne pas avoir d'animaux de compagnie, mais après, je trouve que cela devient n'importe quoi. après les chats, les lapins et maintenant les hiboux. si les chats sont des animaux domestiques adaptés pour ce genre d'établissement, les lapins et a fortiori les hiboux, là je ne comprends pas.

    RépondreSupprimer
  2. Même en l'ayant, je ne sais pas si on peut réellement apprécier.
    J'ai pas fait gaffe mais il ne me semble pas qu'il y ait de plantes (pas assez de lumière !).
    Des lapins, des hiboux ?? Autant visiter une ferme.
    Sinon, au Japon toujours, il y a un bar où officie un singe xD Il distribue des bières, des choses comme ça, 3 heures par jour si je me rappelle bien.

    RépondreSupprimer
  3. Le concept est effectivement japonais.
    Quand ce café a ouvert (ou alors il s'agit d'un autre, mais vu tes descriptions, ça y ressemble), il y a eu une petite polémique sur les conditions d'accueil des chats et les tarifs pratiqués, mais d'après ce que tu dis, il semblerait que ça se soit amélioré. Je pense que j'aurais eu la même réaction que toi : pas hyper enthousiaste, même si je ne refuse jamais une occasion de papouiller une bête poilue qui ronronne.

    RépondreSupprimer
  4. Je pense qu'il y aura toujours polémique, quelle soit justifiée ou non.
    Mon thé gourmand a coûté 8,50 €, correct quoi.
    Mais je ne connais effectivement pas les détails de l'adoption de ces chats : apparemment, le Café travaille avec des assoces.

    RépondreSupprimer