10 livres qui m’ont marquée

, , 13 comments
Source
Sitôt dit, sitôt fait... je pique un tag de Kleo !

La règle : faites une liste de dix livres qui vous ont marqué(e) d’une manière ou d’une autre. Ne réfléchissez pas trop longtemps et surtout ne pensez pas au « bon » ou « mauvais » livre.

Dans le désordre :
  • Un ange est passé, Frank Ronan
  • Lolita, Vladimir Nabokov
  • Orlando, Virginia Woolf
  • Îles à la dérive, Ernest Hemingway
  • Les bébés de la consigne automatique, Ryu Murakami
  • Le portrait de Dorian Gray, Oscar Wilde
  • Les quatre filles du docteur March, Louisa May Alcott
  • L’assassin royal (saga), Robin Hobb
  • L’attrape-cœurs, J.D. Salinger
  • Lorenzaccio, Alfred de Musset
Il y a du récent comme du vieux, un Français, cinq Américains, un Irlandais, deux Anglais et un Japonais, des choses que je ne relirais plus bien qu’elles m’aient marquée (Les bébés de la consigne automatique et Les quatre filles du docteur March), d’autres que j’ai lues trouze mille fois et que je relirai encore...

13 commentaires:

  1. Ah "Les bébés de la consigne automatique" c'est marrant, j'en parlais tout à l'heure avec des amies. J'ai beaucoup aimé ce livre, même si c'était un peu l'équivalent d'un coup de poing dans le bide.
    Quant à Louisa May Alcott, je crois que je connais son roman phare par coeur (d'ailleurs, j'ai décrété que Laurie ne pouvait pas avoir épousé Amy, c'était trop horrible).
    Une jolie sélection, dont j'ai à peine lu plus de la moitié.

    RépondreSupprimer
  2. Oui, c'était un coup de poing (c'était peut-être mon premier roman japonais, même !) mais il ne résiste pas à une relecture en 2014, à mon sens. Les personnages que je trouvais fascinants m'énerveraient au plus haut point aujourd'hui =/
    J'empruntais et ré-empruntais les 4 Filles... c'était un peu la famille idéale pour moi (ah, la jeunesse et sa candeur). Ne lis JAMAIS la suite par contre (à moins que ce ne soit déjà fait).
    De ta sélection, je ne connais... rien, voilà voilà...

    RépondreSupprimer
  3. Mon premier roman japonais c'était pas mieux, c'était "Bleu presque transparent", du même Murakami. Autant dire que c'était très évocateur. C'est vrai que ça a vieilli, mais je le garde dans son contexte (j'ai étudié l'oeuvre à la fac, alors forcément c'est pas pareil).
    Dans ma liste, il y a une romance (pas forcément ma préférée mais une des premières vraies bonnes romances qui me soit passée entre les mains), un roman historique (dont j'ai chroniqué l'auteur la semaine dernière) et un roman pour enfant. Pas ce qu'il y a de plus intellectuel, mais des histoires qui m'ont marquée à un moment donné.

    RépondreSupprimer
  4. le portrait de dorian gray m'a beaucoup marquée, j'ai longtemps imaginé comment je le mettrais en scène si j'étais réalisatrice ! ainsi que l'attrape coeur.

    RépondreSupprimer
  5. Kleo > j'ai fini très péniblement "Bleu presque transparent". Tu l'as étudié dans quel cadre ? Étude de la jeunesse ? Je dis peut-être n'importe quoi, j'en ai peu de souvenirs. Et ne parlons même pas de "Miso Soup" (rôh les regards dans le métro avec la couverture, les gens sont trop facilement choquables).
    C'est quoi, ta romance préférée ?

    Titite > si tu aimes le trash, Will Self a fait une belle réécriture de Dorian Gray (tout simplement intitulée "Dorian"), c'est très très chouette à lire.
    Et je pourrais citer tout Salinger, mais bon, ça n'aurait pas été très varié. Dire que certains trouvent "L'Attrape-cœurs" dépassé !

    RépondreSupprimer
  6. Tiens, il faudra que je le fasse ce "test" XD
    Les bébés j'i lu 1 page et je l'ai refermé aussitôt. Pareil avec "bleu presque transparent" trop trash pour moi
    OUah Kleo tu as étudié "bleu..." à la fac ? Je trouvais déjà que "stupeur et tremblement" était une épreuve, mais alors du Murakami...

    Autant je connais le reste, autant je ne les ai pas lus ou juste étudiés à l'école, comme Dorian Gray que j'ai beaucoup aimé. Mais il faut que je me plonge dans l'assassin royal.

    Mon premier livre japonais était de Mishima "le tumulte des flots" en parfaite contradiction de feu mon professeur qui idolâtrait Sôseki et qui le dénigrait dès qu'il devait prononcer son nom ( du bout des lèvres) pas mal mais ne m'avais pas tant marquée que ça, une histoire somme toute assez banale, mais plutôt en adéquation avec ma vision bisounoursesque du monde.

    RépondreSupprimer
  7. Mayla : en fait, j'ai dû mal m'exprimer, j'ai étudié "Les bébés..." à la fac. J'étais à l'Inalco, et c'était mon cours de littérature en licence (équivalent actuel de la L3). On a travaillé sur l'incipit en VO, c'était assez trash. Honnêtement, je n'ai pas lu beaucoup d'autres oeuvres, je trouve que Murakami se répète trop.
    Un de mes auteurs japonais contemporains, c'est Tanizaki. Si tu ne connais pas, je te recommande chaleureusement "Un amour insensé", ou comment découvrir qu'en fait, le Japon aussi a vécu les années folles.

    Shermane : je n'ai pas lu "Miso soup", je le reconnais. L'étude de Murakami à la fac, c'était plutôt dans le cadre de la "nouvelle génération" d'auteurs des années 80-90.
    Ma romance préférée... ouh là, c'est compliqué. Je pense que c'est "Romancing Mr Bridgerton" de Julia Quinn, une des meilleures auteurs de romance historique actuelles. C'est le quatrième tome d'une série de huit, mais ça peut se lire indépendamment.

    RépondreSupprimer
  8. Kleo, oui j'avais bien compris, j'ai moi aussi étudié "Stupeur et tremblement" en cours de japonais ( je devais le traduire en japonais, une véritable épreuve) Je connais Tanizaki mais je n'ai jamais lu un de ses livres. Pour Ryu Murakami, je dois dire que j'ai lu "Kyoko" et franchement j'ai adoré. Un beau roman sur le voyage initiatique d'une japonaise sur le nouveau continent. Danse, homosexualité et autre sont abordés sans le trash des autres livres de Murakami.
    Je dois dire que j'ai aussi beaucoup de mal avec Haruki Murakami, trop étrange et abstrait à mon goût. Je trouve que ses romans n'ont ni queue ni tête. J'aime par contre beaucoup Banana Yoshimoto et Sawako Ariyoshi, je te les conseille.

    RépondreSupprimer
  9. Je suis très fan de Banana Yoshimoto, mais je n'ai rien lu de Sawako Ariyoshi. Il faudra que je me renseigne.
    Un de mes auteurs contemporains préférés à l'heure actuelle, c'est Yoshimura Akira, même si ça n'est ni joyeux ni léger.
    Qu'est-ce que tu as fait comme études de japonais si c'est pas indiscret ? Quant à traduire Amélie Nothomb... beurk, je compatis.

    RépondreSupprimer
  10. Mayla : du coup, tu as aimé quand même, Stupeurs et tremblements ?
    C'est le seul Nothomb que j'ai lu - de mémoire - mais justement, j'ai l'impression que c'est toujours la même chose. J'avais adoré, ceci dit.
    Je me note Kyoko pour le jour où je voudrai renouer avec Murakami.

    Quant à l'autre Murakami, je dirais que ses romans ont généralement une tête, mais pas forcément une queue.
    Je me suis toujours demandée si sa langue était étrange ou si c'est la traduction (sachant que j'ai eu cette même impression avec 2 traductrices françaises et 1 américain). Peut-être pourrez-vous éclairer ma lanterne ?
    Toujours est-il que j'ai adoré Au sud de la frontière, à l'ouest du soleil et ses nouvelles (bref, pas les œuvres majeures), je n'ai pas réussi à finir La fin des temps et je me suis forcée à lire le 3ème et dernier volume de 1Q84. La Balade de l'impossible, La course au mouton sauvage et Autobiographie de l'auteur en coureur de fond m'attendent chez moi (très appréciés par mon compagnon qui dit pourtant en avoir terminé avec cet auteur).

    Ah, Banana Yoshimoto, il faut que je relise ce qui est sorti en français (peu .___.) et la néophyte que je suis note Sawako Ariyoshi, dont elle n'a même jamais entendu parler (re .____.)

    Enfin, je me rends compte que je n'ai pas cité Rendez-vous secret de Kobo Abe, un livre qui met bien mal à l'aise, surtout quand on le lit... ado !

    RépondreSupprimer
  11. Kleo : Tu vois je ne connais même pas Akira Yoshimura. Je suis un peu moins dans la vague des auteurs japonais en ce moment. J'ai un peu ( en fait vraiment beaucoup) moins de temps pour moi et je suis un peu débordée. Je ne lis presque plus de mangas non plus d'ailleurs...
    J'ai fait une maîtrise LLCE japonais à Lyon ( c'était à la veille des master) ainsi qu'un DESS bilingue japonais/anglais de communication en entreprises.
    Je te conforte dans ton idée : traduire Nothomb en japonais est une véritable torture psychologique...

    Shermane : J'ai abhorré Stupeur et Tremblements de sa première lettre à son point final... Je n'ai vu qu'une nana qui se pointe en terrain conquis, joue sur ses acquis ( bien maigres) de la culture nipponne et qui s'offusque quand on ne s'adapte pas à elle... Bon, certes les gens peuvent avoir un peu de compassion, mais quand on va dans un pays, on apprend ses coutumes et on fait en sorte de comprendre et de s'adapter. ( j'ai tout autant détesté Lost in Translation pour ça d'ailleurs. On se met dans sa bulle d'étranger et on juge d'après ses propres critères sociaux, mais c'est différent, c'est comme ça) En outre, je trouve son style lourd et pompeux au possible. J'ai longtemps hésité à en faire un autodafé, c'est dire... Mais je l'ai juste donné.

    Murakamu Haruki me sort par les trous de nez, mon ex ( japonais) ne jurait que par lui et je me suis forcée à lire ( en français) un de ses livres alors que le résumé ne m'inspirait pas. C'était la Balade de l'impossible. Je n'ai as réussi à comprendre la "poésie" de l'histoire et me disant que ça devait être un raté, j'ai tenté "chronique de l'oiseau à ressort" je n'ai rien compris, je n'ai pas pu me mettre dedans. Je l'ai donc banni à jamais de mes lectures. Alors je n'ai jamais tenté en japonais, vu que j'avais déjà été échaudée, mais je pense que c'est Murakami lui-même qui a un style bien particulier.

    Sawako Ariyoshi a eu 4 oeuvres traduites ne français : Le miroir des courtisanes, Les dames de Kimoto, Kae ou les deux rivales ainsi que les années du crépuscule. Mes deux préférées sont "le miroir des courtisanes" où on découvre la vie des geishas et la différence entre elles et les prostituées à travers la vie de l'une d'entre elles, vendue enfant par sa propre mère.
    Kae où les deux rivales parle d'un éminent professeur japonais, inventeur de l'anesthésique ( véridique) qui a sa mère et sa femme qui se disputent ses faveurs.
    Les dames de Kimoto parle de plusieurs générations de femmes. Une sorte de choc des cultures intergénérationnel.
    Et les années du crépuscule évoque la maladie d'Alzheimmer.

    Je me rends compte que je n'ai pas tant lu que ça de livres japonais. J'ai étudié le dit du Genji, Matsuo Bashô, Akiko Yosano mais peu d'oeuvres contemporaines. Je sais exactement dans quel ordre il faut effectuer les gestes pour se faire seppuku, mais en fin de compte on en a peu appris sur le Japon actuel.

    Bon, je crois que j'ai pondu un bon roman bien indigeste, je m'en excuse v_v

    RépondreSupprimer
  12. Mais ne t'excuse pas, c'est passionnant à lire et j'apprends plein de choses :)

    Autant j'ai détesté Lost in Translation (la scène de la douche avec Bill Murray, pour dire que les Japonais sont petits... alors qu'il aurait suffi de remonter le porte-pommeau de douche ! Et même si c'était vrai... et alors ?), autant j'ai adoré Stupeurs et tremblements. J'ai l'impression au contraire qu'elle a fait des efforts, infructueux, et qu'elle en rit. De façon très nothombienne certes, mais j'aime bien. D'ailleurs, il me semble qu'elle a passé une certaine partie de son enfance au Japon (même si les éléments de sa biographie à ce sujet sont flous), enfin, tu connais mieux que moi !

    Je sais exactement dans quel ordre il faut effectuer les gestes pour se faire seppuku, mais en fin de compte on en a peu appris sur le Japon actuel.
    Pardon, mais j'ai ri.

    Si tu lis encore quelques mangas, je recommande chaudement Le Pavillon des Hommes (Fumi Yoshinaga) ^^

    RépondreSupprimer
  13. Désolée, je réponds 2 ans plus tard pour cause de déménagement XD
    Pour Lost in Translation, je suis désolée, mais mon homme fait 1m85 et quand on est allés là bas, il n'a pas râlé à ce sujet... C'est dire si cette scène est nulle et inutile... Je dois dire que j'ai un mal fou avec le syle de Nothomb, je ne sais pas un style qui ne me convient pas et me hérisse. Elle a véu au Japon en ambassade de Belgique jusqu'à ses 3 ou 4 ans je crois, et elle était persuadée d'être Japonaise...

    Pas de souci pour l'éclat de rire sur le seppuku, je dois dire que moi-même j'en ri XD

    Il faudra que je jette un oeil sur le pavillon des hommes mais il est vrai qu'en ce moment, je suis un peu moins dans me move manga. Mais je dois m'y remettre.

    RépondreSupprimer