Le château de Monte-Cristo au Port-Marly

, , 4 comments
Château de Monte-Cristo
Le 21 septembre dernier, c’était la Fête du Patrimoine, et j’étais à Marly-le-Roi.
En guise de promenade digestive, nous nous sommes rendus au Château de Monte-Cristo, l’une des demeures occupées par Alexandre Dumas.
Ce magnifique lieu n’appartenant pas à l’État mais au Syndicat intercommunal de Monte-Cristo, nous n’avons pas bénéficié de la gratuité d’entrée, mais d’un tarif exceptionnel de 4 € au lieu de 6 €.
Et c’est super généreux parce que le terrain est beau, les panneaux d’information et les légendes très instructifs, la visite passionnante... sans oublier que l’on avait droit à des récits de la vie de Dumas père déclamés par des actrices en costumes.


Du coup, même si je n’ai jamais fini un seul Dumas (en revanche, j’adore le dessin animé Albert, le cinquième mousquetaire, ça compte ?), j’ai été captivée par sa personnalité, sa vie trépidante, sa répartie légendaire. Et bien entendu, par son fameux château d’If qu’il avait fait construire en face de sa demeure pour pouvoir s’isoler et s’adonner à l’écriture et sur la façade de laquelle a été gravé a posteriori le nom de toutes ses œuvres.

Le Château d’If
Dumas entretenait-il une relation conflictuelle avec son chien ?
Ce mélange bois/rococo des plus charmant...




En suivant un petit chemin ou en dévalant les rochers, on atterrit devant le Château en lui-même, d’apparence compacte mais regorgeant de richesses à l’intérieur.

 


À l’intérieur, les photos sont interdites et, comme toujours, j’ai scrupuleusement respecté les règles et me suis insurgée contre tous les contrevenants qui semblaient incapables de laisser leur appareil photo ou leur portable en paix le temps de la visite.
On a suivi l’histoire de Dumas, de ses origines antillaises à sa tumultueuse vie amoureuse (racontée par son épouse, Ida Ferrier), en passant par les repas gargantuesques qu’il offrait (amis végétariens, vous reprendrez un peu de cerf et de pigeon ??) et son train de vie ruineux. Sacré bonhomme.
On est restés assez longtemps devant une reproduction du Panthéon de Nadar et surtout, sans réussir à deviner qui était le monsieur à la mine triste malgré la légende de 10 lignes. Google m’apprendra quelques jours plus tard qu’il s’agissait d’Edgar Quinet.

Le dernier étage était occupé par la charmante partie art contemporain, avec les peintures et carnets de voyage de l’artiste Emmanuel Michel. J’ai eu un tel coup de cœur que si je pouvais me permettre de dépenser quelques centaines d’euros, je l’aurais volontiers fait pour acquérir une belle toile.
D’ailleurs, en ressortant du Château, on s’est attardés sur ses sculptures de Mongols et Hurons.

Sculpture d’Emmanuel Michel
Sculpture d’Emmanuel Michel

Sculpture d’Emmanuel Michel

Sculpture d’Emmanuel Michel
Le tout dans un cadre magnifique, dominé par la flore et riche en grottes, rochers, fontaines et plans d’eau.

En conclusion, si vous passez ou habitez dans la région parisienne, ou mieux, si vous êtes un adorateur de Dumas, ce domaine situé dans les Yvelines se visite très bien en une bonne heure. Dépaysement garanti !


4 commentaires:

  1. En tout cas, ça fait drôlement envie, merci pour la visite !

    RépondreSupprimer
  2. Nous y sommes allés le WE dernier et nous avons bien aimé cette visite :)

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Ah tant mieux :)
      Il y avait toujours une expo temporaire ?

      Supprimer