Révélation (I)

, , 4 comments
Pulp Fiction, image trouvée ici

L’autre jour, alors que je trônais sur mon trône, je me suis littéralement pris la tête entre les mains et j’ai tenté de démêler les fils de mon mal-être. Pas ce mal-être qui assaille et plonge dans la déprime, le mal-être insidieux qui te fait te prendre la tête entre les mains alors que tu es sur le trône, à te demander ce qui cloche.

Et là, surprise, la révélation est venue ! À ma connaissance, aucun rai de lumière n’a émané de mon corps, il n’y a pas eu d’esprit flottant avec malice dans ma salle de bain (tant mieux), je ne suis pas devenue le maître du monde. Mais j’ai enfin mis le doigt sur l’une des choses qui me gênaient.


C’est tout bête, c’est sans doute évident, mais peut-être trop, justement : je me lasse de moi-même car je ne mets plus la barre assez haut dans ma vie (je ne mets plus de barre du tout, d’ailleurs). Or, j’ai toujours fonctionné aux défis et aux objectifs. Certes, il y a mes petits objectifs mensuels mais, même, cela fait quelque temps qu’il n’y a que des objectifs matériels, plus rien pour m’améliorer en tant que personne. Plus rien pour me dépasser.

Les raisons sont multiples. Je suis une petite personne qui aime avoir son confort alors quand il m’a semblé atteindre un certain équilibre dans ma vie, je me suis attardée sur cet état d’esprit pour en profiter. Sauf que j’ai oublié de continuer sur ma voie. C’était confortable comme ça. Alors, à force de patauger, j’en suis venue à m’affadir, sans m’aimer ou me détester, alors que je souffre normalement du syndrome de l’imposteur. C’est pas mal, de vivre sans se détester, alors restons dans cet état d’esprit.

Oui, mais non, je ne marche pas comme ça, ça m’est difficile de rester dans un état d’esprit trop longtemps, c’est même le meilleur moyen pour moi de me contenter du médiocre. Et c’est ce que je faisais depuis une petite année : préférer le bien au mieux, sans faire trop d’efforts. Ça a rendu ma vie terne, morne, un peu vidée de son sens.

Pourquoi cette révélation m’est venue dans mes toilettes ? Sûrement parce que j’avais besoin de calme et d’être seule pour me confronter à des vérités dérangeantes et formuler clairement ce que je ruminais. À partir de là, beaucoup de choses sont devenues plus claires, j’ai arrêté de prendre les décisions les plus simples juste pour me rassurer, j’ai fait plus d’efforts pour être plus agréable avec mon entourage, j’essaie de donner le meilleur de moi-même en toutes circonstances, bref, je suis sortie de ma léthargie.

Une petite révélation, une grande victoire sur moi-même.

4 commentaires:

  1. eh bé, il t'en arrive aux toilettes à toi !
    si ça t'a permis de mettre le doigt (hum...) sur ce qui te mettait en mal être, c'est super.
    je suis contente pour toi que tu puisses t'être retrouvée finalement dans tes valeurs, après cette légère sortie de route.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Ouais je sais... C'est pas la classe, hein.
      Tout ne s'est pas remis en place dans ma tête mais je progresse...

      Supprimer
  2. Peu importe le lieu de l'illumination, pourvu que ça te permette de te sentir mieux dans ta peau et de voir pourquoi tu était dans le spleen. J'espère que ça te permettra de te remettre sur la voie de la bonne humeur et de la joie ;)

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Sans mauvais jeu de mots, j'y travaille.
      Après, les WC, c'est juste que j'ai trouvé ça drôle et il me fallait une image et une intro ^^

      Supprimer