Bilan 2014 de mes abonnements magazine

, , 7 comments
Source

En début d’année, j’avais fait un récapitulatif des magazines que je lisais. L’objectif était de cibler mes besoins et mes envies pour ne pas passer plus de temps sur des périodiques que sur des romans et BD. Pour faire vite : c’est raté ! Qu’à cela ne tienne, je renouvelle l’expérience en parlant de mes abonnements de l’année et de mes perspectives pour 2015...

Abonnements 2014

En français

  • Kaboom : magazine consacré à la BD, quels que soient ses horizons. C’est ce qui m’a plu car généralement, les publications sont centrées sur la franco-belge, les comics américains ou les mangas/manwhas mais pas tout à la fois. Pour être honnête, tout ne m’a pas intéressée dans les 6 volumes que j’ai lus dans le cadre de mon abonnement, mais tous ont été enrichissants. Comme je me suis malgré tout parfois forcée et que mon abonnement était plus un geste de soutien, j’ai décidé de ne pas me réabonner et d’acheter les numéros qui m’intéressent, comme le dernier qui se focalise sur les orphelins dans la BD, avec une belle couverture de Sunny, de Taiyô Matsumoto et sorti récemment en France.

© Kaboom
  • Neon : magazine que je lis toujours sans déplaisir, je trouve les articles très bien rédigés et généralement intéressants... je dis bien « généralement » car je suis lasse des articles amour/sexe : que faire de son ex, quelle frontière à ne pas dépasser avec son meilleur ami, c’est grave si ça ne marche pas au lit... Je m’en fiche. Je viens de recevoir le dernier numéro paru que je vais lire en 20 minutes mais je ne reconduirai pas mon abonnement.
© Neon
  • Achats ponctuels : feu biomood qui m’a semblé intéressant avec ses sujets écologiques aussi bien pratiques que théoriques, Kaizen qui prône le changement à petits pas, Well Well Well la revue lesbienne, un ou deux hors série du Courrier International (le dernier en date sur la bouffe, comment ne pas craquer ?), le premier numéro d’Humanoïde que je pensais adorer et dont j’ai en fin de compte détesté le ton professoral et j’en oublie sûrement... En revanche, j’ai résisté aux sirènes d’Uzbek & Rica et surtout de L’éléphant.
© Kaizen
© L’éléphant
© Humanoïde

En allemand

  • Missy : magazine féministe et anarchique. C’est ce dernier aspect qui me faisait peur mais finalement, je n’ai entamé aucun des 3 numéros que j’ai reçus. La faute à la maquette que je trouve assez laide et l’omniprésence des sujets musicaux. Je sais, c’est nul de s’arrêter à l’apparence mais c’est un point qui m’est cher. Je rattraperai bien évidemment mon retard de lecture mais je ne suis pas hyper convaincue par mon choix.
© Missy Magazine

En anglais
  • Wired : le magazine hi-tech contient toujours une foule d’informations malgré une qualité rédactionnelle et éditoriale en baisse, mais j’accuse un retard monstre dans ma lecture, si bien que j’ai suspendu mon abonnement pour une durée indéfinie. En effet, je bouffe littéralement les articles sur les sujets qui me passionnent ou m’intéressent (à tout hasard, les drones, les imprimantes 3D ou le big data) mais je traîne lamentablement sur ceux qui m’endorment (à tout hasard, le nautisme, le nautisme et le nautisme), mais il m’est inconcevable de faire l’impasse sur certains articles sous prétexte que ce n’est a priori pas mon truc. Pareil que pour Missy, je vais quand même tout lire même si tous les articles ne seront pas d’actualité, mais je ne me réabonne pas, avec un peu de tristesse.
© Wired
  • frankie : magazine lifestyle australien qui me permettait d’avoir mon bout d’Australie (là où j’ai vécu tant d’émotions en si peu de temps) et des articles variés. J’ai dévoré mes 5 numéros, enrichi mon vocable anglais australien, passé de très bons moments. Mais l’heure est grave : je m’étais dit que j’allais tourner la page (ha-ha) et ne comptais pas me réabonner parce que c’était un peu cher (normal vu la distance que parcourt le magazine, mais j’ai eu des soucis de poste à deux reprises), ça parle de beaucoup de choses qui me sont inaccessibles, j’ai trouvé des équivalents britanniques ou néerlandais... SAUF QUE je viens de recevoir mon dernier numéro, celui de Noël, et il contient des cartes postales, un calendrier mural et des articles encore plus intéressants que d’habitude. Qu’est-ce que je fais ?? #firstworlddilemma
© frankie
  • smith journal : l’équivalent de frankie en plus brut et sans doute plus orienté vers un public mixte. Encore plus cher que frankie, je m’étais abonnée dans la foulée, pour le fun et la découverte. J’ai appris énormément de choses mais la fabrication artisanale de bières, je ne peux plus. Globalement, seuls 50 à 75 % des sujets m’intéressent, donc pas de réabonnement. Comme prévu.
© smith journal


Perspectives pour 2015
Je parle de « perspectives » car je ne reprends pas mes abonnements dès janvier 2015 : trop de vieux numéros à lire, c’est pas le moment. Il me faut donc tout liquider ou presque pour avoir le droit d’entreprendre quoi que ce soit.
Je ne suis pas très satisfaite de mes choix cette année : peut-être encore trop d’abonnements, pas assez de diversité paradoxalement puisque je gobais mes frankie et Neon assez vite, laissant de côté tous les autres. Un air de déjà-vu mais il faut vraiment que je me résolve à des valeurs sûres malgré une production passionnante, surtout en anglais.

Bref, voici les magazines que je compte soutenir à mon échelle.

En français
Au revoir Neon donc, je vais plutôt me concentrer sur de beaux ouvrages à la parution moins régulière mais de qualité, tout en gardant un œil sur Kaizen ou encore dans la même veine, tsugi.
  • Well Well Well : j’ai beau ne pas être le lectorat cible, je trouve les sujets extrêmement intéressants et pertinents (la surmédiatisation de la Manif pour Tous ? mais carrément !). Bon, c’est 15 € (et personnellement, comme j’ai tardé à l’acquérir, je suis passée par leur boutique en ligne et ai dû m’acquitter de 4 € supplémentaires de frais de port) mais c’est pas tous les mois non plus.
© Well Well Well
  • Thinkovery : j’ai réussi à mettre la main sur un dernier exemplaire tout abîmé il y a quelques jours et je suis déjà conquise par ce magazine qui prend la recherche comme source d’inspiration et point de départ. Je m’attendais à des sujets exclusivement axés sur les sciences mais que nenni, il y a tout un volet social des plus intéressant, je suis donc ravie et séduite. Encore une fois, c’est 15 € mais c’est un bon gros trimestriel.
© Thinkovery




En anglais
Choix pléthorique et cornélien ! Si je veux me laisser du temps pour mes autres lectures, il faudrait que j’en aie 2 maxi.
  • Flow / Oh Comely : l’un de ces deux magazines viendrait en remplacement de frankie sur le créneau lifestyle / déco, mais lequel ? Armalite a parlé de flow et c’est aussi elle qui a fait découvrir Oh Comely et les deux me semblent aussi bien. Si, après avoir étudié encore plus en détail leur sommaire, je n’arrive toujours pas à me décider, je vais sérieusement songer à tirer à pile ou face.
© Flow

© Oh Comely
  • Bitch Magazine : mes obsessions restant toujours plus ou moins les mêmes (normal, pour des obsessions), j’aimerais conserver un médium consacré au féminisme. Je ne sais plus comment je suis tombée sur l’Américaine Bitch mais je me tâte encore, après l’expérience Missy.

(c) bitch


En allemand
Le choix de facilité serait de prendre la version allemande de Flow mais le vocabulaire allemand que je voudrais enrichir n’est pas celui du DIY et je risquerais d’être une lectrice passive. Logiquement, je vais donc revenir à
  • Neon : eh oui. Je suis abonnée au fil Twitter du Neon original et je vois défiler des sujets tous plus intéressants les uns que les autres, qui n’ont rien à voir avec l’amour et le sexe. C’est vraiment le magazine qui me prend le plus de temps à lire car je veux tout comprendre et tout retenir, d’où la nécessité de faire du ménage dans mes autres abonnements.
(c) Neon

Bref, ce n’est pas tout de suite, tout ça, j’ai bien dix magazines à lire encore, de manière plus ou moins automatique, et mon abonnement à Wired à reprendre. En espérant que je ne sois pas de nouveau faible et recraque sur mon premier amour. Rendez-vous en mars, au plus tôt !

7 commentaires:

  1. J'ai aussi un peu de mal avec la prédominance des articles amour/sexe dans Neon, et le fait que le magazine s'adresse clairement à un public bien plus jeune que moi. Je le prends encore si j'ai besoin de quelque chose à lire dans le train, mais c'est tout. Si tu hésites entre Flow et Oh Comely, je te conseille plutôt Flow qui est plus varié et plus substantiel.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Oui oui, ça se sent que c'est pour petits trentenaires (parisiens). Niveau âge, je suis donc la cible, mais niveau préoccupations, pas toujours. Avec ta vitesse de lecture, c'est pas en 20 minutes que tu le finis, ce doit être en 10 ^^
      Bien noté, je ferai une dernière vérif mais je pencherai donc pour Flow, merci !

      Supprimer
  2. Je me rappelle avoir ouvert Neon dans ma librairie et en général, dans ces cas-là, j'opte pour un article culturel. Je ne me rappelle plus ce que j'ai lu, mais je me rappelle que ça m'avait fait mal. C'est bien de savoir au fond alors qu'il y avait des choses bien écrites, car celui que j'avais circulé ne l'étais pas trop ou en tout cas, le style un peu smartass recherché n'était pas du tout maitrisé. Je n'étais clairement pas la cible en tout cas.

    Je serais intéressée par un retour plus détaillé sur Thinkovery. Cette année ne fut pas du tout magazine (si on passe Spider-Man) mais l'année prochaine, j'espère pouvoir retourner au National Geographic (je n'ai lu que quelques articles par ci par là cette année). C'est plus ou moins le seul magazine qui arrive à me contenter dans son approche.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Je ne suis pas sûre d'avoir tout suivi... tu parles bien d'un article culturel que tu as lu dans Neon ? Je ne dis pas que c'est littéraire - ce n'est pas le but du magazine - mais je trouve ça bien écrit, oui. Il y a sûrement une recherche de style, mais ça doit dépendre du journaliste ^^

      Ok pour Thinkovery, si j'oublie, rappelle-le moi !
      National Geographic, je n'ai jamais ouvert, sauf numéro spécial sur un pays particulier. Qu'est-ce que tu lis dans ce magazine en général ?

      Supprimer
  3. Oui, c'est plus ou moins ça, j'ai lu un article dans Neon que j'ai trouvé assez mal écrit. Après, c'était juste un article, peut-être que j'ai le nez pour ce genre de trucs, je suis tombé sur The Article mal foutu (ce serait tout à fait moi d'ailleurs). Je ne suis pas sûre de comprendre ton commentaire sur la partie "littéraire" je dois dire.

    Quant au National Geographic, je le lisais de bout en bout. J'ai favorisé la fiction cette année d'où le fait que j'ai délaissé le magazine. Il y a des articles sur l'environnement, les animaux, la civilisation, la science. Il reviennent sur d'anciennes civilisations, il y a des reportages sur différentes cultures, des reportages plus photos, d'autres qui parlent d'exploration ou défi personnel (genre, les mecs qui ont escaladé une montagne ou ce genre de choses). Je sais que cette année, ils ont fait tout du long des articles en rapport avec le problème de surpopulation et les questions alimentaires qui vont avec.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Non, peut-être que ce n'est vraiment pas ton style, Neon, tout simplement :)
      Je trouve le style sympa et dynamique pour un magazine bien que ce ne soit pas de la grande littérature, mais justement, ce n'est pas un magazine littéraire.

      Ça me frustre de devoir choisir entre magazines et romans =/ En cherchant les images qui illustreraient cet article, je suis tombée sur le dernier numéro de Kaizen dont le sujet m'intéresse trop (Peut-on encore manger du poisson ?) mais je ne devrais même pas acheter de magazine, je devrais liquider ce que j'ai ! Le problème avec les magazines, c'est qu'ils ne sont pas là à t'attendre comme des livres =/ Très alléchant, effectivement, National Geographic, j'avoue que je ne le réduisais qu'à des reportages culture/anthropologie.

      Supprimer
  4. Je dois avouer que j'ai un léger doute aussi si c'était bien Neon dont il était question en lisant ce que tu as répondu à Armalite. Ca se trouve, je mélange avec un autre magazine (hihi). Ce serait possible car j'ai peu tenté de me renseigner cette année sur ce qui se faisait dans la presse et les titres peuvent s'être confondus dans ma petite tête.
    Quoi qu'il arrive, un article n'indique en rien la qualité général du magazine dans son intégralité, et j'ai tendance à ne pas me limiter à un, mais après si la ligne éditoriale ne me séduit pas, je ne cherche pas plus loin non plus (et ça semble être le cas avec Neon la dessus).

    Je trouve que le National Geographic a un bon rapport qualité/prix (surtout en abonnement). OK, je l'emprunte, je ne l'achète pas, je suis gagnante sur tout le tableau, mais j'avoue que je me suis déjà arrêtée à ne pas, par exemple, acheter un numéro de ca m’intéresse avec un sujet qui m'attirait à cause du prix.

    Il est vrai autrement qu'il faut faire des choix, c'est inévitable, et pour ne rien arranger, j'ai une très mauvaise gestion du temps.

    RépondreSupprimer