Le yoga, essai peu concluant aux conséquences inattendues

, , 2 comments
Source


En octobre 2014, j’ai testé pour la première fois de ma vie le yoga. Franchement, j’ai juste sauté sur un cours pas loin du travail, sans même chercher à savoir quel type de yoga c’était et quel public était visé. Je recherchais en revanche quelque chose d’assez dynamique, me remémorant mes cours de kung-fu dont l’échauffement constituait en un enchaînement de yoga assez physique, la méditation du soleil (ou un truc du genre). J’ai eu droit à la place à un cours de respiration, de réflexion et d’allongement au sol. Si je n’ai pas foncièrement détesté, j’ai su que je ne pourrais pas faire ça toute l’année : je ne suis pas encore à un stade où je peux m’allonger sur un tapis avec 10 autres bonnes femmes à côté, à m’écouter respirer.

En revanche, là où c’est intéressant — et je ne m’en suis pas rendu compte tout de suite — c’est que le professeur nous incitait à nous imaginer dans un endroit bien et à y faire le vide. J’ai toujours été tristement dépourvue d’imagination et je n’avais jamais réussi les exercices de visualisation (dont parle par exemple Armalite), mais bizarrement, cette unique séance de yoga semble avoir débloqué des choses en moi. Ainsi, pendant le cours, j’ai réussi à visualiser de chouettes endroits, comme ceux que je collectionne sur Pinterest, qui sont généralement des endroits fermés avec une petite vue sur l’extérieur... ce doit être mon côté félin. Ça m’a étonnée sur le coup, puis je n’y ai plus pensé.

Mais depuis, je me suis surprise à réussir très facilement à m’isoler (mentalement) dans des endroits qui me déplaisent, les transports en commun d’abord, mais aussi les lieux trop bruyants car je suis de plus en plus sensible au bruit et aux cris, les lieux trop lumineux, et ainsi de suite. Les yeux fermés ou non, je me transporte dans une chambre silencieuse, douillette, remplie de coussins, de livres et de thés. Je fais le vide et ça va mieux. Lorsque je « reviens » sur Terre, je suis plus tranquille et moins stressée.

Soyons clairs : ce n’est pas une expérience mystique et ça n’a pas changé ma vie, mais c’est agréable et rassurant. Et ce n’est déjà pas mal.

2 commentaires:

  1. effectivement le yoga n'est pas "bougeant" et n'est pas fait pour ça !
    respirer est la base, mais ça va beaucoup plus loin. par contre, le début est bien celui de respirer !
    moi aussi j'ai commencé par là (sans les 10 bonnes femmes autour car je préfère être seule) et ça m'a fait beaucoup de bien, notamment en période de stress, ou de mal de tête.
    faire des exercices de visualisation, je n'ai jamais eu de souci, je construits d'ailleurs des trucs de fou, et c'est vrai que ça aide bien en cas de besoin.
    même si l'expérience ne t'a pas plu, tu as pu découvrir une nouveau moyen de t'isoler, ça peut servir, c'est cool !

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Oui, je me suis rendu compte qu'il y avait plus que le fait de s'allonger et de respirer mais je ne me sens pas prête. A la limite, seule, chez moi, oui. Avec des gens, j'ai l'impression d'être un livre ouvert ^^
      Mais qui sait, un jour peut-être ^^

      Supprimer