Le lundi de la mort

, , 6 comments
Source

Longtemps, le mardi a été mon jour maudit car il correspond au jour du décès de mon grand-père. Non mais revenez, on ne va pas sortir les mouchoirs aujourd’hui.
Longtemps, le lundi a été un jour comme un autre, voire même une joyeuse journée de renouveau.
En fait, on va sortir les gants de boxe !


Car lundi, j’ai eu l’immense joie de vivre tout ça :
  • L’Urssaf qui m’a appelée pour me dire qu’elle avait reçu mon laïus (« mes questions, madame », ai-je corrigé très sèchement) (je ne fais jamais ça, d’habitude) mais que je ne pourrais pas me réinscrire comme auto-entrepreneur avant septembre et qu’en attendant, je devrais être travailleur indépendant. La différence ? Oh, 30 points de pourcentage de charges sociales en plus...
  • J’ai coincé un bout de tissu de ma botte dans sa fermeture éclair. 15 minutes à me démener pour m’en extraire, devant une Otak qui m’a paru hilare (si, mon chat sait être hilare).
  • La livraison de mon panier Bioacasa a été reportée à mercredi alors que j’ai déjà fait toutes les courses pour tester une recette de velouté de fenouil et une autre de gratin de chou romanesco.
  • Mon solde de tout compte, dû depuis le 6 février : encore un peu d’attente... logiciel... paramétrages... sinon mauvais calcul... LOL, mon Dieu, l’informatique, cette technologie du diable.
  • En prime, je n’ai pas envoyé la bonne traduction. Pas la fin du monde mais je n’aime pas commettre ce genre d’erreurs.
  • J’ai appris que ma cure de désensibilisation aux graminées durerait 3 à 4 ans. Tous les jours 6 mois par an, pendant 3 à 4 ans.
  • J’ai envoyé UNE info à mes parents, j’ai reçu CINQ questions de toutes sortes de la part de mon père et un ORDRE de la part de ma mère.
  • L’une des plinthes que j’avais amoureusement collées s’est décollée.
  • Et en plus, c’était à mon tour de vider la litière (bon ok, c’est un jour sur deux de toute façon mais ça aurait pu ne pas tomber sur moi !)
Bon évidemment, la plus grosse mauvaise nouvelle m’a été apportée par l’Urssaf — à qui je vais bien évidemment rendre visite — et toutes les autres sont des désagréments qui se sont greffés.

Aujourd’hui, j’aurais pu me plaindre des conneries que j’ai faites pendant ma leçon de conduite, de la tentative de débarquement de mes parents et de Scorpy qui s’est mise à vouloir me mordre quand je lui fais des câlins trop prononcés, mais je préfère voir les choses du bon côté : j’avance plus vite que prévu sur une traduction qui se révèle bien plus intéressante que prévu, je vais tenter le geocaching ce dimanche, j’ai cuisiné des plats pas mauvais...

Renommer les jours de la semaine pour sauter les lundis et mardis, c’est envisageable ou bien... ?

6 commentaires:

  1. 3 à 4 ans ! non mais c'est long ! mais tu seras du coup trnasuille pour tout le reste de ta vie au moins ?
    merci pour le laius, non mais franchement, y'en a qui devraient prendre des cours de sympathie...
    tu sais l'informatique, c'est pour beaucoup l'excuse pour cacher qu'ils n'ont pas fait leur boulot !
    y'a des journées de merde comme ça... trop !

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Normalement, oui.
      C'est progressif, du coup, faut le temps. Disons que j'ai souvent entendu 2 ans, donc le double me paraît énorme.
      Peut-être des cours de vocabulaire sinon ?
      Ah pour l'informatique... moi, je donne les faits ;) je ne me prononcerai pas sur le niveau de professionnalisme quand tu dis ce genre de choses en 2015.

      Supprimer
  2. 3 à 4 ans, pour la désensibilisation, c'est malheureusement "normal". Et c'est la raison pour laquelle j'ai arrêté au bout de six mois (ça et le fait que ma mère me gonflait en me disant que ça ne faisait pas de différence alors que, si, quand même,, un peu).
    Bon courage pour l'Urssaf, je suis de tout coeur avec toi, c'est atroce. Tu devrais demander à Armalite, qui s'y connaît bien mieux que moi, mais je pense quand même que tu as droit à un autre statut.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. C’était une désensibilisation à quoi ? A priori, si je commence, ce ne sera pas pour arrêter, d’autant que mes symptômes se sont aggravés l’année dernière.

      Hum, Armalite et toi, vous êtes à l’Agessa il me semble. En trad « technique », on est en profession libérale.
      Le truc drôle, c’est que je suis en plus à l’Agessa (un autre sac de nœuds à démêler), pour mes sous-titrages.
      J’ai droit à un nouveau statut certes, mais plus auto-entrepreneur (25 % de charges), je dois passer directement en profession libérale (50 % de charges + autres), ce qui était prévu mais dans 2 ans, lorsque j’aurai dépassé le plafond accordé aux auto-entrepreneurs.

      En gros, là, si je ne double pas mon chiffre d’affaires, je me prends 1 000 € de bénéfices en moins... par mois.
      You-pi !

      Supprimer
    2. Ah, mais quelle horreur ! C'est vraiment la merde, ton truc. Et l'Urssaf, ce sont vraiment les rois pour emmerder le monde, de ce que j'ai entendu dire.
      Oui, pour les sous-titres, c'est normal que tu sois à l'Agessa, tu es considérée comme auteur. En revanche, je doute que tu gagnes assez avec cette activité pour devoir leur payer quelque chose (ou alors, vu que tu acquittes déjà des cotisations ailleurs, tu as sans doute droit à la dispense de précompte).

      Sinon, mon allergie, c'est aux graminées. Et ma troisième raison pour arrêter : je ne pouvais plus donner mon sang.

      Supprimer
    3. Oui, mon père a été artisan (taxi) une bonne partie de sa vie professionnelle et je ne voyais que "URSSAF" (suivi d'un point d'exclamation parfois) dans sa to-do list. Maintenant qu'il est à la retraite, je viens prendre la relève visiblement.
      Oui, je suis dispensée pour l'Agessa, encore heureux. Je fais du sous-titrage ponctuellement car j'ai démarché des labos quand j'y croyais encore. J'ai dû faire 2 vidéos corporate et le making-of d'un film d'horreur.

      Pareil pour les graminées, j'ai mon shot tous les matins.
      J'avoue - à ma grande honte - n'avoir jamais osé donner mon sang. C'est bête, j'y réfléchis sérieusement depuis quelque temps mais j'entends évidemment les choses qu'il ne faut pas. Mais tu vois, ça, mon allergo ne me l'a pas dit, pour le don de sang et je ne suis pas sûre que j'y aurai pensé moi-même puisque mes gouttes se déposent sous la langue.

      Supprimer