Seconds (Bryan Lee O'Malley)

, , 1 comment
Source
Après le best-seller Scott Pilgrim dont je n’ai vu que la sympathique adaptation cinématographique, Bryan Lee O’Malley nous livre un très beau Seconds.
Paru en France chez Dargaud, le troisième opus de cet auteur qui mixe habilement comics et influences manga suit Katie, chef cuisinier qui, à l’approche de ses 30 ans, voit sa vie partir en sucette. Alors, lorsque l’occasion lui est donnée de réécrire l’histoire avec des champignons magiques — des vrais, ce n’est pas une expression — elle s’en empare... sans pouvoir s’arrêter. Mais jusqu’où Katie va-t-elle faire dégénérer ses multiples vies ?


Aller dans le passé, refaire l’histoire, gommer ses erreurs... En voilà une notion éculée, que l’on reste dans le registre du sérieux ou que l’on s’aventure du côté de l’humour. Sans la chronique élogieuse de Morgan, je n’aurais pas été tentée par Seconds. Les mots qui m’ont fait succomber ?
Plus vraiment la vingtenaire intrépide et idéaliste, pas encore vraiment la trentenaire posée et les pieds sur terre, Katie se retrouve à une étape cruciale de sa vie, où tout semble à ce point important qu’elle ne peut accepter aucun échec.
Avec mes idées préconçues, je n’envisageais même pas que Katie puisse déconner... et c’est bien ce réalisme qui m’a attirée. Intransigeante et exigeante, elle est tout sauf l’héroïne parfaite, mais elle est une héroïne attachante.

Mignonne déjà, grâce au graphisme d’O’Malley, tout en rondeur et couleurs chaudes. Car oui, il y a de la couleur cette fois ! Un choc après la version originale de Scott Pilgrim, mais il faut dire que cette colorisation numérique est tout à fait réussie. Entre les cieux bleu nuit et les teintes marron, brique, rouge, orange, il ne reste plus qu’à se faire un bon chocolat chaud et se caler entre coussins et chats pour dévorer d’une traite ce bel objet de 336 pages.

Seconds, c’est l’histoire de la seconde entrée dans la vie adulte : les amis qui s’éloignent, les rêves qui ne sont pas aussi dorés que prévu, les relations foireuses. Des questionnements très en phase avec notre époque, qui travaillent notre Katie. Au lieu d’aller à l’origine de ses maux, elle se contente de reboucher les trous un à un après les avoir creusés, sans se douter qu’elle ne fait que s’enfoncer.

Source


Heureusement, pour reprendre sa vie en main, elle peut compter sur la présence réconfortante de Hazel, la fille la plus cool qui ait jamais existé sur papier :
Source
La toute jeune Hazel est la porte d’entrée du lecteur sur le mystique et les divinités du foyer. Car oui, sans aller jusqu’à parler de magie pure, Seconds nous fait aussi entrevoir un monde un peu mystérieux fait de légendes anciennes.

Source
Avec cette part de mystère, l’histoire n’en est que plus prenante car on ne sait pas où l’auteur va nous entraîner, entre les strates de la vie de Katie. Les dialogues, très naturels et bien traduits, contribuent aussi à ce dynamisme général, tandis que la narration, elle, se fait une voix plus posée.

Et c’est ainsi que page après page, on se met à espérer le meilleur pour Katie, qu’elle affronte enfin la réalité pour continuer sa vie.

Conte urbain sur le difficile passage à l’âge adulte, Seconds est une œuvre subtile et intelligente, pas moralisatrice pour un sou, mais qui fait réfléchir sur nos choix, nos décisions, nos erreurs...
Un excellent moment, servi par de magnifiques dessins et une narration rythmée.
Une œuvre chaudement recommandée !

1 commentaire:

  1. Même si je n'ai pas du tout aimé Scott Pilgrim, cette bédé-là pourrait m'intéresser, je vais y jeter un coup d'oeil :-)

    RépondreSupprimer