Coup de gueule

, , 11 comments
Source


La semaine dernière, je suis tombée coup sur coup sur ces trois bribes d’informations :

Écrans.fr

Klaire fait Grr

Yelp


 Forcément, j’ai vu rouge.
Et les deux premières phrases m’ont d’autant plus peinée qu’il s’agit de personnes ou de sites d’information que j’apprécie. Beaucoup, même.

Mon but n’est pas de leur faire un procès d’intention (même à Claire C.), ni de me demander comment ces personnes auraient pu formuler leurs phrases (je passe déjà ma vie à réviser des textes), ni bien sûr de remettre en cause la qualité de leur travail — surtout que le premier titre a été expliqué ultérieurement par son auteur — mais je dénonce la facilité qu’il y a à associer le chinois et le médiocre. Même au nom de l’humour pour le cas n° 2.
Quant à la troisième déclaration, c’est la plus facile à catégoriser : la xénophobie ordinaire classique...

Mais quand on crache sur « le made in China », je m’emporte car il manque au moins un mot !
Les applications made in China ? L’imprimerie made in China ? La roublardise made in China ?
Il y a des applications merdiques partout, les livres français sont — me semble-t-il — imprimés pour la plupart en Italie et je ne saurais dire si le milliard et demi de Chinois qui existe au monde est intégralement et génétiquement roublard.

Je suis bien conscience que les maux sont nombreux en Chine et je m’horrifie des scandales alimentaires, du lait infantile contaminé, des versions pirates de mangas, mais enfin, il n’y a bien que sur la Chine qu’on tape sans arrêt comme ça et sur laquelle tout le monde se croit légitime pour donner son avis. On parle bien de la malbouffe américaine, du machisme italien ou a contrario, de l’excellence scandinave, tous des clichés, mais on s’acharne sur la Chine, son gouvernement, ses habitants, sa politique, ses produits, sa culture, tout, absolument tout. Comme si le tout ne formait qu’un seul bloc monolithique.

Et quand on est d’origine chinoise, ces attaques de toutes parts sont réellement fatigantes.
Donc stop aux généralisations et à l’acharnement systématique.

11 commentaires:

  1. Je te comprends... Moi-même je ne suis pas à l'abri de faire des préjugés et des amalgames, raison de plus pour lutter contre.
    Bel article, en tout cas.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Il m’arrive de dire à l’oral que bon, c’est du Made in China, qualité pas top, et je ne me sens pas plus légitime de le faire parce que je connais un peu le pays, mais parce que c’est un fait (mais les produits fabriqués là-bas ne se fabriquent pas tout seuls, en même temps :s).
      Mais à l’écrit, je trouve les paroles très agressives à force.

      Supprimer
  2. C'est vrai que l'on entend beaucoup parler de rachats de bâtiments/usine par des compagnies/individuels chinois, que l'on trouve beaucoup de made in China et que les médias se font un plaisir d'en rajouter une couche. Je ne vais pas le nier, j'aimerai pouvoir acheter plus de produits fabriqués pas loin de chez moi (circuits plus ou moins courts), je peste lorsque j'entends que du patrimoine est vendu à untel ou untel (je suis plus outrée par le fait de vendre le patrimoine, que par la nationalité de l'acheteur à vrai dire) et je déplore la course au plus bas prix au détriments des individus (mais ça, ce n'est pas chinois en particulier, même si c'est ce que l'on voudrait nous faire croire). Concrètement, comme toujours, ce sont les mêmes qui s'en mettent pleins les poches et les mêmes qui galèrent, et faire une généralité, peu importe le pays, c'est vraiment dommage.
    Le commentaire de Claire C. je le trouve particulièrement gratuit. J'ai en horreur les généralités et les déductions simpliste. La roublardise chinoise ? Génétiquement, je suis donc voleuse, macho et gueularde.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Pour ce qui est des rachats, le Qatar me semble être en bonne position aussi. Je m’en inquiète comme je me demande ce que ça va être pour certains pays africains, dont ce sont carrément les terres et les forêts qui sont achetés/loués par la Chine.

      Si on trouve du made in China, c’est parce que le gouvernement a joué à fond la carte de l’ultra-libéralisation, mais aussi parce qu’il y a eu une demande de la part de multinationales occidentales, ça marche dans les deux sens. Donc, les leçons sur les droits de l’Homme, lorsqu’elles sont mal données, ont aussi tendance à me hérisser le poil (je suis facilement irritable cette semaine, cf. mes 2 prochains posts ^^").

      Quant à acheter des produits fabriqués en France, je suis bien contente de tomber sur des t-shirts ou des cahiers 100 % français, mais un aspirateur, un lave-vaisselle, un frigo français ? Ça n’existe pas forcément et si ça existe, c’est à un prix que je ne peux me permettre de payer.

      Enfin, les commentaires de ce type sur les restos chinois ou les pseudo-japonais sushis, il y en a à la pelle sauf que celui-ci n’est pas tombé au bon moment pour moi (accumulation de commentaires agressifs). Le Français voleur ? Je ne connaissais pas. À ajouter à la longue liste de nos qualités :]

      Supprimer
    2. Je te suis sur tous ces points et j'en reviens à la même conclusion: importance de se faire le plus de marge financière possible et toi en tant que citoyen lambda et bien tu te retrouves avec des choix limités. En fait, ce qui m'énerve avant tout c'est quand tu pourrais théoriquement avoir un produit un poil plus cher et produit plus ou moins localement, mais que c'est le parcours du combattant pour trouver cette alternative. (en même temps si je faisais la liste des choses qui m'énerve elle serait longue, très longue)(arrêtons-nous là).
      Quant aux caractéristiques pseudo-génétique, je suis d'origine italienne (et j'aurais aussi pu ajouter mauvaise joueuse)(oups, ça je crois que je le suis) ^^

      Supprimer
  3. tout cela navigue entre le racisme "ordinaire" et la mauvaise foi, bien française pour le coup.
    en plus de l'ignorance totale de beaucoup, par manque d'ouverture d'esprit, mais tout cela va ensemble.
    les 1ers à râler sont les 1ers à consommer chinois.
    la mondialisation vient des consommateurs qui en veulent toujours plus pour moins chers, on va fabriquer là où ça coûte moins cher (le cambodge est en plein dedans et ça commence à chauffer d'ailleurs).
    les 1ers à râler aujourd'hui seront aussi les 1ers à râler pour payer des produits français dont la main d'œuvre est plus chère, les taxes également, donc le produit.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Oh, la mauvaise foi est universelle pour le coup, il y a un consensus mondial pour une fois ^^"
      Ah oui, c’est pas la joie au Cambodge non plus :s
      Sinon, je suis prête à payer 1,2 à 1,5 fois plus cher, je n’aurais pas trop envie de payer 1,8 fois plus cher et je ne peux carrément pas payer 2 fois plus cher pour le même produit. Or, si on devait tout produire en France, ce n’est pas par 2 que les prix seraient multipliés.
      Tout ça non pas pour dire qu’on n’y peut rien, mais que quand on est monsieur ou madame tout le monde, on est un peu pris dans l’engrenage.

      Supprimer
  4. Je retiens quand même que sans le made in China, beaucoup ne pourraient pas s'offrir régulièrement des vêtements... je me souviens quand ma mère est arrivée ici fin des années 70, elle me disait que la vie était très chère, surtout les vêtements.

    Sinon, je trouve que la pub pour Netflix "En cas de contrôle, je ne comprends pas je suis chinois" m'irrite particulièrement. Surtout qu'en plus, Netflix, c'est hype.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Dans les années 70, il y avait les salaires qui allaient avec, la mondialisation n’était pas aussi généralisée.
      Je suis pas sûre d’avoir compris la pub pour Netflix mais je vais aller me renseigner et m’énerver toute seule. Encore un mauvais point pour eux, en plus des sous-titres faits à la va-vite et payés au lance-pierres. J’ai regardé Daredevil (pas via Netflix, donc) et il me semble que c’était les sous-titres officiels. Bah putain...

      Supprimer
    2. Les salaires, ça dépend pour qui surtout! Or, grâce au "made in China", beaucoup de gens peuvent faire du shopping, changer de garde robe.

      Supprimer
    3. C’est mon père, ex-ouvrier mouleur, ma source :) Mais il a une vision très nostalgique des années VGE, je me demande si ça ne brouille pas son opinion :)
      Je suis déjà tombée sur des blogs où des gens se félicitaient d’avoir acheté leurs fringues en... Inde, ou au Bangladesh. Ensuite, il y a eu le drame des usines brûlées. Plus près de nous, il y a le Maroc.

      Supprimer