[Voyage au Japon] Jour 6/22 : Kamakura, Roppongi et Tour de Tokyo

, , 22 comments
Temple Hachimangu, Kamakura


Jeudi 8 octobre 2015
Aujourd’hui, on se lève tôt pour ne pas être coincés par le temps ! Et on est super efficaces à Kamakura : temple Enkoji, construit par Ieyasu Tokugawa, temple Tokeiji, refuge bâti au XIIIe siècle pour les femmes souhaitant divorcer... Que de jolis temples, mais le « trésor national » (une cloche, par exemple) est toujours à part, jamais dans le temple lui-même...



 



Au temple Benzaiten, dédié au dieu de l’argent, on déguste de délicieux mochi aux haricots rouges et des kakigôri (glace pilée). On se fait aussi accoster par des écoliers dont l’instituteur a donné pour mission de poser des questions en anglais. On se prête de bon cœur à l’exercice (mais heureusement que Kleo m’avait prévenue, quand même) tandis que monsieur me fait comprendre qu’il est la caution occidentale et moi la rassurante Asiatique.

 





On a même le temps de faire une jolie randonnée, ça monte un peu, pas trop, je suis rassurée de voir qu’en presque un an de sédentarisme, je ne me suis pas complètement empâtée.



Place ensuite à la principale attraction de Kamakura : le Grand Bouddha ou Daibutsu. Tout en bronze, celui-ci ne mesure pas moins de 13 mètres et se visite de l’intérieur ! Je n’y connais pas grand-chose mais je le trouve d’un style plutôt indien et atypique pour le pays. Je me procure quelques omamoris, pour Kleo et pour monsieur et moi.




En sortant du site, on goûte à des dango, soit des brochettes de mochi. Ils sont bons mais un peu écœurants, avec ma bouche quelque peu édentée, je n’en mangerais pas des tonnes.



On suit la Komachi-dori direction le Hachimangu, une série de temples spectaculaires où l’on prie Hachiman, le dieu-singe de la guerre. C’est une très belle expérience que de se rendre d’un temple à un autre avant de contempler une « forêt » de nénuphars près de la sortie.
Sur la route, on achète des chips de légumes (patate douce, gombos, racines de lotus) dans un magasin très design ; le tout est enveloppé dans des furoshikis modernes, des carrés de tissu qui servent à transporter ses effets.






 


Le soir, miracle des miracles, on a même le temps d’aller à Roppongi pendant cette journée qui se goupille si bien ! Bon, c’est au détriment d’Enoshima mais ce sera pour une prochaine fois, le soleil se couche dangereusement vite. Sur les bons conseils du Lonely Planet, on se rend à la Tour Mori, un grand complexe commercial, et c’est l’enchantement total.

Tout d’abord, on nous prend en photo dans la Tour avec pour fond la Tour de Tokyo parée de rouge. La petite photo est gratuite et la grande quelque 1 300 yens : on se laisse volontiers tenter car après tout, on a très peu de photos de nous. Roppongi, c’est chic, et la Tour Mori aussi : sur un étage immense, un bar, un hamac, des livres en libre consultation, une exposition de photos, une chouette boutique, le tout avec une vue magnifique et sur fond sonore de jazz. Sans oublier l’exposition temporaire un étage au-dessus, qui présente les travaux de Dinh Q. Lê.
 
 
 



De l’usage d’armes chimiques


Pris dans notre élan, on se dirige carrément vers ladite Tour de Tokyo pour la voir en gros plan. Le Curry Lab recommandé par le guide étant déjà fermé à 21 h 20, on rentre un peu au pif dans un restaurant du nom de Satsuma, qui propose un Tonkatsu Set, mêlant porc pâné et soba, un peu curieux, pas mauvais, pas transcendant.




On rentre en métro pour notre dernière nuit à Tokyo – c’est la première fois qu’on le prend autant en une journée ! En faisant du rangement et les comptes, je me dis que 5 nuits à 350 €, ça fait quand même 70 € la nuit... ce qui provoque une vérification frénétique et le résultat que l’on devine : j’avais réservé 6 nuits, évidemment. Bonne nouvelle : cela nous laisse encore un jour à Tokyo. Mauvaise nouvelle : tous nos billets de Shinkansen sont (encore) décalés d’un jour. Autre mauvaise nouvelle : j’ai dit à notre hôte Air Bnb qu’on partait « demain » et il a acquiescé ! Gros coup de stress et envoi de mails pour clarifier la situation. On envisage même de faire un jour et une nuit de plus à Kyoto si jamais on voit d’autres touristes débarquer dans l’appartement à notre réveil.
Le stress relatif n’entame cependant pas ma fatigue et je m’endors en me disant que les cours de japonais qu’on m’a envoyés semblent faciles et qu’effectivement, le collant bleu de la Gambettes Box gratte, surtout quand des moustiques ont festoyé sur mes mollets.

22 commentaires:

  1. Très belles photos ! J'avoue, je n'ai jamais mis les pieds à la Môri Tower ni à la Tokyo Tower (la honte), mais la vue a l'air d'en valoir la peine - surtout pour le premier.
    Oh, et juste un détail : je pense qu'il s'agissait d'un menu tonkatsu (porc pané) et non tonkotsu (soupe aux os de porc).

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. On ne s’attendait pas à un tel endroit, dans la Môri Tower, on était ravis !
      Petite astuce pour prendre des photos sans reflet : coller l’objectif contre la vitre et bloquer toutes les sources de lumière autour (en mettant une écharpe sur l’appareil, par exemple). On avait du mal au début puis on a observé les pros ^^
      Cette photo de la Tour de Tokyo, je l’ai prise avec l’iPhone, j’ai été agréablement surprise par le résultat.
      Et oui, c’est tonkatsu ! J’ai remarqué pas mal de mots manquants et de fautes dans mes posts, je les corrige au fur et à mesure, assez horrifiée par ce que j’ai pu écrire.

      Supprimer
  2. je crois que je vais arrêter de lire tes posts... ça me donne trop envie d'y retourner !!

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Le Japon est très magnétique, c’est vrai ^^

      Supprimer
  3. Vous n'aviez pas mal aux jambes en fin de journée ? En général, vers 16h, je n'étais plus capable de faire quoi que ce soit (surtout après Kamakura - tu verras quand j'aurai raconté mes aventures) !

    RépondreSupprimer
  4. Les jambes, ça va, j’avais un peu mal à la plante des pieds, mais s’il y a une chose que je sais faire, c’est marcher, donc voilà ^^
    Tu as commencé à préparer tes posts ? J’ai mis 2 semaines et demi pour le tout, je crois : taper ce que j’ai écrit sur place, mettre en forme, redimensionner les photos (avec un logiciel, je ne me suis pas amusée à faire ça photo par photo) et les intégrer aux posts. A raison de 6 heures par semaine, environ.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. oui, j'ai commencé à préparer mes billets, j'en suis au jour 5... mais j'écris beaucoup plus que toi, je pense. Et après il faudra encore trier les photos. Qu'as-tu utilisé comme logiciel pour les photos ?

      Supprimer
    2. Ah oui, je m’en tiens presque uniquement au factuel et je ne retiens jamais les anecdotes historiques etc ^^;;
      On m’a conseillé Xnview et effectivement, c’est très simple de configurer un redimensionnement en batch (en lot).

      Supprimer
    3. j'aime beaucoup xnview en effet, mais ça n'existe pas pour Mac....

      Supprimer
    4. Sur Mac, j’utilisais Gimp de mémoire.
      Et sur PC, j’alterne entre Xnview et Irfan, qui n’existent tous les deux pas pour Mac, à ma connaissance.

      Supprimer
  5. Quelles belles photos, elles me remplissent de nostalgie XD C'est moi où tu as la bosse du décalage ? ;) Remarque ça fat aussi partie du charme du voyage, l'imprévu et tout ;)
    Et la glace pilée c'est du kakigôri ;) cette fois, ce n'est pas un tic de langage bizarre que j'ai chopé ( je sais je suis tatillonne, flagelle-moi XD) En tout cas vous en voyez des choses, c'est génial. Vu qu'on était en voyage de noce, on avait visité mais quand même été très doucement, on profitait du temps ensemble XD Remarque, le prochaine fois, on va aussi y aller mollo, vu qu'on a les enfants.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Mais d’habitude, je n’ai pas du tout de problème de jet lag ! L’excitation devait être à son comble, là.
      J’ai corrigé pour kakigôri, merci beaucoup. Et au contraire, sachant que j’ai commencé à apprendre la langue, ça m’aide beaucoup. J’ai une très mauvaise oreille, j’ai mis une bonne semaine (ou deux ?) à comprendre "mamonaku" dans le métro et pas "mamoraku". Je ne comprends donc qu’avec le contexte.
      Ce sera plus calme une fois qu’on aura passé Tokyo (après-demain) !
      Oh vous allez être une sacrée tribu :)))

      Supprimer
    2. ce mot, mamonaku, m'a frappée: ça veut dire quoi ?

      Supprimer
    3. D’après le dictionnaire, il veut dire « bientôt ». Donc « on arrive bientôt à... » ou « prochaine station... ».
      Enfin, d’après mes maigres connaissances ^^

      Supprimer
    4. Pour le kakigôri,( et petite faute d'orthographe c'est goori et non gôri, toutes mes excuses) je crois que kaki c'est "mettre dessus" et "goori" c'est le mot "koori" ( glace)avec une diphtongue. Voilà pour le moyen mnémotechnique XD
      Oui, on va voyager à 6 et même des fois à 10 avec mes amis. Ça va faire une joyeuse tribu, ya pas à dire !
      Mamonaku veut dire "très bientôt" "sous peu" littéralement ça veut dire "sans espace"

      Supprimer
    5. Hmm je ne suis pas sûre d’avoir bien compris, c’est kakigoori ou kakigôri ?
      Je croyais que dans la romanisation française, on met un "ô" que ce soit un o long ("ou") ou deux o mais mes profs nous ont dit de ne pas faire attention à ça pour l’instant.
      Et j’ai vu qu’en anglais (américain, du moins), c’est plutôt "ou" ou "ō" pour le o long. Je sais que je me suis pris la tête à ce sujet pour une traduction (anglais > français) une fois, mais faute de temps, je n’avais pas pu approfondir la question.

      Supprimer
    6. Avec le manque de pratique, j'avoue que j'ai eu un doute et que je me suis corrigée tout en me demandant si j'avais raison... Et en fait oui, on fait kakigôri, j'ai revérifié dans mon livre de japonais de première année. Comme quoi, on révise ou apprend tous les jours XD Il faut vraiment que je me remette vite dans le bain, je commence à perdre un peu.

      Supprimer
    7. C’est bien connu que c’est en corrigeant une faute qu’on en commet une au passage ^^
      (ce qui ne semble pas être ton cas hein, juste un truc qui se vérifie régulièrement)

      Supprimer
  6. Tu vas rire mais j'ai aussi pris en photo le joli petit pot avec plein de poissons devant l'entrée du temple des bambous (dont j'ai oublié le nom ^^) Je l'ai trouvé super adorable.
    En fait j'adore Kamakura c'est très agréable (sauf quand y a trop de monde mais ça ...)

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Oui je trouve qu’au Japon (et dans une moindre, dans certains autres pays asiatiques), il suffit de 2 pots, un peu de verdure et hop, c’est tout de suite super beau !
      On avait hésité entre Kamakura et Enoshima, on a choisi ce dernier car on est fan du manga Kamukura Diary (qui s’appelle Umimachi Diary en VO mais se passe bien à/près de Kamakura !)

      Supprimer
  7. quelle journée, vous avez du être crevé !
    le bouddha fait plus indien, mais il est un peu trop dodu quand même !
    le kakigôri m'a toujours ébloui, cette montagne en bol, mais ce n'est que de la glace pilée !

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Ce n’était pas la journée la plus crevante, ou du moins, la fatigue est venue après, à Kyoto (alors que les journées étaient plus légères !). Je t’avouerais que le kakigôri est sympa, sans plus, comme tu dis, c’est de la glace pilée (très finement).

      Supprimer