[Voyage au Japon] Jour 15/22 : Koya-san

, , 2 comments


Samedi 17 octobre 2015
Aujourd’hui, Koya-san dans la foule, puisque c’est samedi. On ne prend pas le train à la bonne station et d’ailleurs, on ne prend même pas le bon train puisqu’on se retrouve chacun avec un billet combo train-bus illimité de près de 6 000 yens dont on n’a pas besoin puisqu’une partie du trajet peut se faire en JR je crois (si vous le savez, dites-le-moi mais en douceur s’il vous plaît). Je décide tout de même de ne pas me miner pour 45 € (à multiplier par deux, certes), ce sont les aléas des vacances, après tout.

Sur place, on est obligés de se taper une de ces cafétérias joliment décorées qui proposent des currys ou des pâtes dans un plat minuscule. On choisit des spaghettis à la carbonora... et à la japonaise, donc légèrement différents de ce qu’on a l’habitude de voir. Ce n’est pas mauvais du tout, c’est juste que la faim nous tenaille après le repas. Dire qu’on n’a même pas pensé à acheter des onigiri avant de venir car les Japonais ne mangent pas en marchant et très peu à l’extérieur, et on ne tient pas à détonner. Heureusement qu’il est permis de boire et on ne se prive pas de boissons chaudes à 800 mètres d’altitude, où il fait 5 bons degrés de moins qu’à Osaka.



Le Koya-san ou mont Koya est très très beau mais quelque part, je suis rassurée d’avoir revu très légèrement mes attentes à la baisse : un tel site m’aurait mis la larme à l’œil au sortir de l’aéroport, mais après plusieurs jours de nature et de temples, je suis « juste » enchantée, pas émerveillée.
Le cimetière est un incontournable de la région. Pas glauque pour un sou, il offre au contraire une balade reposante entre les innombrables statues de Jizo. Du moins, avant que des autocars ne déversent des foules de mamies japonaises prêtes à tout pour faire leur pèlerinage.








On choisit de visiter le temple de Daishi Kyokai et le temple principal, le Kongobu-ji.
Si vous visitez le site, je vous conseille toutefois de regarder à l’avance ce qui est susceptible de vous intéresser car vous ne pourrez pas tout faire. Et si l’expérience vous intéresse, passez la nuit dans un temple ! Avec nos grosses valises qui ne rentrent même pas dans toutes les consignes de gare, cela aurait été franchement compliqué et gênant, donc on se réserve ça pour une prochaine fois.






Au retour, le train est tellement lent que je m’enfile une bonne cinquantaine de pages des aventures d’Alexia Tarabotti. Une fois à Osaka, monsieur se sent comme investi d’une mission et nous mène droit vers le Mandarake sans GPS, seulement armé de quelques captures d’écran pourries et des notions de hiragana, l’un des alphabets japonais, qu’il a appris il y a environ 65 ans. Vive lui, nous pouvons être plusieurs à le lui dire car nous trouvons des perles rares à bas prix, le tout juste avant la fermeture : des mooks Saint Seiya devenus rares et chers pour un ami, une figurine de Cocodain (Dragon Quest) pour lui, l’art book de Banana Fish en deux exemplaires pour a-yin et moi-même et l’art book de l’auteur Fusako Kuramochi, pour moi. Certains sont très difficiles à trouver, même en occasion, ce qui justifie le V de la victoire qu’on fait en sortant.

 






On visite ensuite une deuxième fois le très chouette quartier de Dotonburi, bien animé ce samedi soir. Pour le dîner, on atterrir dans une cantine ouverte 24 heures sur 24 peuplée de salarymen et de jeunes fauchés mais amoureux. Un cafard gît sur le sol, incapable de se remettre à l’endroit, et les serveurs s’emploient tous soigneusement à l’ignorer pour ne pas mettre la main à la pâte :D






Dernier soir dans le taudis d’Osaka ! On localise l’hôtel à Hiroshima et on refait nos valises. Ouch...


2 commentaires:

  1. Manger en marchant ou dans la rue, on savait pas que ça se faisait pas mais on l'a vite compris... Les regards des gens pour une fois ne sont pas très discret...
    Dormir dans un temple avec des valises énormes, on l'a fait en Corée, c'est un sacré sport c'est certain... surtout quand il y a une cote et environ 10 000 marches entre l’arrêt de bus et le temple...

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Ha, navrée pour vous. Je crois l’avoir lu dans un guide de voyage, que ça ne se fait pas.
      Ouiii ça avait l’air d’être génial, votre nuit dans un temple ^^

      Supprimer