[Voyage au Japon] Jour 18/22 : Miyajima – Tokyo

, , 5 comments


Mardi 20 octobre 2015
Passé une charmante nuit mais réveillée par un corbeau bavard. On se prépare en vitesse pour le petit-déjeuner de 8 heures pour découvrir que la veille, on a choisi le petit-déjeuner le plus tardif, celui de 8 heures 30 – on se connaît trop bien. Le personnel nous laisse malgré tout nous installer et on se régale de certains mets (tofu, radis, omelette), on en découvre de nouveaux (diverses choses marinées) et on en aime moins (tout ce qui est à base de pâte de poisson, pour moi). Un couple français non loin de nous nous détaille avec dédain, la femme surtout. Les Anglais de la veille n’en peuvent plus, du poisson, mais je ne sais pas s’ils aiment leur petit-déjeuner occidental.



Ensuite, on retourne dormir une demi-heure puis on fait le check-in à 10 heures (faut pas traîner !) et on règle la nuitée : 52 000 yens. Ouch. La « taxe de séjour » a été remplacée par une « taxe onsen », héhé.



On retourne dans le parc Momiji-dani aux érables, on retourne voir le torii (moins beau mais plus appréciable sans la foule de touristes) (oui, je suis consciente que j’en fais partie). On mange une glace puis une huître au fromage, dans cet ordre, et voilà déjà l’heure de rentrer au ryokan prendre la navette. On a mal pour les pépés successifs qui ont juré de charger nos mastodontes de valises dans l’autocar.








Après cette navette relax, c’est le début de notre long voyage vers le nord : le ferry pour retrouver la gare de Miyajima, un train local pour rejoindre Hiroshima (où on retrouve le gentil couple de Seine-et-Marne qui nous a photographiés devant le torii hier) puis deux Shinkansen : Shin-Osaka et enfin, Tokyo. Évidemment, le plus dur est pour la fin : le métro de Tokyo en pleine heure de pointe. Clairement, on gêne ! Heureusement, j’ai assez dormi dans les trains pour avoir la pêche et ne pas laisser monsieur tout porter, même si une femme qui soulève sa propre valise, ça semble choquer les Japonais.



Pas de galère pour trouver l’Air BnB : plutôt propre mais plutôt à 10 minutes de train qu’à 5 minutes de Shibuya, à Sangenjaya. Hélas, je sens constamment une odeur de caca et la voie express juste en face nous livre un bruit incessant. Après un rapide débarbouillage et du repos, on ressort à Harajuku dévorer les gyozas du Harajuku Gyoza Lou, cette fois avec l’ail et la ciboulette. On ne sent pas une grande différence avec les « normaux », mais ils sont bons, c’est l’essentiel. Le lemon sour rend monsieur joyeux, à mon plus grand désespoir. Malgré tout, on parvient à retrouver le carrefour de Shibuya pour des photos avant de rentrer à l’appartement. La journée la plus hardcore vient de s’achever !

 

5 commentaires:

  1. J'ai un doute: c'est pas la même photo de la cuisine que vos premiers jours à Tokyo ?
    Au départ, j'allais aussi voyager de Hiroshima à Tokyo en un jour et puis ça s'est arrangé autrement, et ce n'était pas plus mal. Surtout avec le changement obligatoire à Osaka parce que quand on a un JRP, on ne peut pas prendre les trains les plus rapides.

    RépondreSupprimer
  2. Nope :)
    Mais c’est tout à fait le même type d’appartement ! Ce qui est absolument identique d’un appart’ à un autre, c’est la salle de bain ! La baignoire monte très haut et tout est en dans une matière qui ressemble au formica...

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. euh, va voir dans le billet du premier jour: c'est le même produit rose et les mêmes poubelles ;-)

      Supprimer
    2. Mais tu as complètement raison, pardon !
      J’ai enlevé la photo du post du premier jour car c’est bien une photo du dernier appart’.
      Merci beaucoup !

      Supprimer