Winter Cookbook Challenge – Semaine 2

, , 6 comments


On continue avec le Winter Cookbook Challenge de Miss Sunalee après une semaine de pause. Comme beaucoup, l’objectif était de terminer le maximum de denrées avant les fêtes pour ne pas gâcher. J’ai donc choisi deux recettes nécessitant pas mal de légumes et assez généreuses pour tenir plusieurs jours.


Risotto à la courge butternutÀ boire et à manger, Guillaume Long, Gallimard / Le Monde

Note : évidemment, je n’ai pas réussi à remettre la main sur la BD donc j’ai dû me contenter de la version numérique, disponible ici. C’était la première fois que j’achetais du gorgonzola, un fromage que je trouve trop fort et qui n’a donc pas ma faveur. Je ne me suis servie que d’une moitié de courge, l’autre a servi à faire une soupe, assez délicieuse bien que grasse.
Variantes : pour éplucher et couper plus facilement la courge, je l’ai pré-cuite dans de l’eau. J’ai mis deux KubOr et un reste de bouillon de volaille au lieu d’un cube de bouillon de bœuf.
Goût : pas dégueulasse mais j’ai l’impression d’être passée à côté de quelque chose. Je confirme que le gorgonzola, c’est en toutes petites quantités chez moi. Le risotto était bon, bien imprégné du goût du bouillon, le butternut était tendre et presque sucré. Mais les deux ensemble ? Bof. Mais je suis sûre que ce n’est pas Guillaume Long, c’est moi.
À refaire ? : étrangement, oui si j’ai à nouveau de la courge butternut dans mon panier de fruits et légumes, et sûrement avec des variantes pour rehausser le goût.

 
Bonjour, je ne sais pas essuyer le bord de mon assiette avant de la servir



Gnocchis à la patate douce, sauce 4 fromagesVégétarien vite prêt, Éditions MaraboutChef

 

Note : cette recette n’est pas dans la section « spécial week-end » du livre pour rien car elle est looooongue à préparer.
Variantes : j’ai mis deux patates douces de taille moyenne au lieu d’une grosse, histoire de tout finir. 2 œufs au lieu d’un, histoire de tout finir. Pour les 4 fromages, la recette indique pecorino, parmesan, gruyère et gorgonzola, j’ai opté pour parmesan, gorgonzola, comté et burrata (je sais, c’est contre-nature !). D’ailleurs, j’ai eu le temps de finir de préparer la sauce 4 fromages pendant la cuisson des patates douces. Et c’est là qu’on rigole.
Préparation : une série de ratés ! Déjà, les patates douces ont mis plus d’une heure avant d’accepter de se ramollir, j’ai dû les finir de façon très moche (à la fourchette puis au mixeur) (note pour plus tard : acheter un presse-purée) et enlever les morceaux qui refusaient encore d’être écrabouillés. Ensuite, deux œufs, ça a rendu la pâte trop collante et manque de pot, j’arrivais sur la fin de ma réserve de farine : 400 g à vue de nez, au lieu des 500 requis, sachant que j’avais quand même deux patates. Résultat : impossible de la travailler la pâte que j’ai obtenue, monsieur arrivait hilare toutes les deux minutes pour me verser sur les mains de la farine de... châtaigne, car il ne nous restait que ça. Quand j’ai enfin réussi à former une boule, je n’avais plus du tout le courage de séparer la pâte en quatre, la découper en boudins puis en petites boules de 2 cm pour enfin les écraser sur une fourchette ! Je me suis contentée d’arracher des bouts de pâte à la main, de les façonner, de les mettre sur une plaque et de les écraser légèrement avec une fourchette, histoire de. Le lendemain, j’ai cuit les gnocchis bien plus de 3 minutes, m’attendant au pire...
Juste un petit peu pour tester
Goût : on s’attendait au pire, vu leur gueule, et franchement... c’était pas mauvais du tout (juste très moche) ! J’étais super rassurée de ne pas avoir bossé pour rien. Les « gnocchis » étaient parfois trop gros mais pas aussi farineux que je le craignais et le mélange de farines ne s’est pas senti. Quant à la sauce, elle était bien crémeuse et bien relevée avec le poivre. Comme je n’ai pas eu le courage de travailler toute la pâte, il m’en reste encore, je vais donc pouvoir acheter de la farine pour essayer d’en faire de vrais gnocchis, au moins dans la forme.
À refaire ? : NON !!! Beaucoup trop chronophage pour un résultat aléatoire, bien qu’intéressant cette fois-ci. Je crois qu’une fournée de gnocchis industriels m’aurait tout à fait convenu mais il fallait bien que je termine mes patates douces. Par contre, il n’est pas exclu que je refasse la sauce 4 fromages pour des pâtes. Je pense que j’ai visé un peu trop haut, cette fois...

Seconde fournée, on dirait des madeleines


6 commentaires:

  1. J'ai aussi essayé le risotto à la butternut de G. Long il y a quelques années, et bien que je raffole de tous les ingrédients séparément, le résultat ne m'a pas du tout convaincue!

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Hmm, je l’ai trouvé meilleur cette fois que la première, mais je rajouterais bien un autre ingrédient pour relever le goût du butternut.
      Du coup, tu en fais quoi, des butternuts ? De la sousoupe ? :)

      Supprimer
  2. je comprends mieux ton commentaire de ce matin ;) les miens étaient bons mais manquaient de fermeté, la sauce qui accompagnait était très bonne. Je ne referai pas c'est trop chronophage, je suis néanmoins contente d'avoir tenté de faire des gnocchis moi même.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Pareil que toi, je n’en referai pas ! J’utiliserai mes patates douces autrement ^^
      Les miens étaient assez fermes, même trop, de vraies briques qui tombaient au fond du ventre, même s’ils n’étaient pas mauvais.

      Supprimer
  3. J'ai fait la recette du risotto à plusieurs reprises, mais comme je déteste le gorgonzola, je fais ça au parmesan et à la crème, et c'est très bon. Enfin, selon moi, hein.
    Ta recette de gnocchis est effectivement hyper longue, il ne faut pas avoir autre chose à faire :/

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Je mets toujours du parmesan et de la crème dans mes risotto/risotti et j’ai voulu changer, d’autant que le gorgonzola m’a servi pour la sauce 4 fromages des gnocchi. C’est pas demain que je testerai la fameuse pizza gorgonzola/poires que l’on m’avait vendue.
      J’avais un peu hésité pour les gnocchis, mais fiou, plus jamais.

      Supprimer