Le manga pour les débutants

, , 19 comments
Source

Lorsque Pauline m’a demandé des conseils en matière de mangas, ça a été le branlebas de combat dans mon cerveau. Je lis des mangas depuis mes 11 ans, je ne sais même plus combien j’en possède, je suis toujours avec enthousiasme les nouvelles licences et pourtant, je n’ai pas l’impression d’avoir le recul nécessaire pour recommander des titres aux profanes. Jusqu’à ce que je commence à parcourir une liste alphabétique de mangas pour en faire une sélection. Que voici.


Pour commencer, je définis un peu ce qui entre dans la catégorie « mangas pour débutants ». Selon moi, ils doivent être accessibles à l’achat : si je propose une super série mais en rupture de stock ou mise au pilon, je générerais au mieux de la frustration ! Ensuite, j’essaie de ne pas parler de séries qui dépassent les 8–10 volumes et je privilégie même les séries déjà terminées : il y a suffisamment de séries courtes pour ne pas avoir à investir des milles et des cents dans 30 volumes. Puis, il faut que la forme manga se justifie, je ne vais donc pas parler de l’adaptation en manga du Protectorat de l’ombrelle ou du Capital de Marx (que je n’ai pas lus, l’un comme l’autre). Enfin, à quelques exceptions près, j’essaie d’écarter les mangas qui « font » très manga, donc qui sont très codifiés manga, toujours dans l’idée de renforcer l’accessibilité.

Partant de là, on comprendra que cette sélection ne concorde pas tout à fait avec ma mangathèque idéale, mais se veut un tour d’horizon de ce qui se fait au Japon et qui me semble bien pour débuter. Mon but n’est pas de proclamer que le manga, ce n’est pas du sexe et de la violence, car il s’agit d’un débat qui me fait lever les yeux au ciel : bien sûr qu’il y a du sexe et de la violence dans ces œuvres, comme dans plein d’autres, et ce n’est pas grave. Il suffit de savoir ce qu’on veut.

Pour vous orienter plus facilement, j’ai classé les œuvres par thème, avec les limites que cette pratique comporte car bien souvent, les mangas sont multi-thématiques. Mais au moins, vous aurez la tendance générale :)


VIE QUOTIDIENNE
1. Pour Sanpei – KÔNO Fumiyo – Kana – Série terminée en 2 volumes
À la mort de son épouse, Sanpei déterre un carnet qu’elle avait laissé à son intention pour qu’il apprenne à se débrouiller seul. À mi-chemin entre la lettre d’amour et le manuel de vie, Pour Sanpei est une courte série très attachante aux dessins très ronds, qui montre une vie très simple et sobre.


2. Une sacrée mamie –  ISHIKAWA Saburô et SHIMADA Yoshichi – Delcourt – Série terminée en 11 volumes
Ce manga devrait être dans tous les CDI ! Et pour cause, on suit la vie d’un garçon avec sa « sacrée mamie », pauvre mais débrouillarde comme pas deux ! Encore une fois, on voit leur quotidien et toutes leurs astuces pour récupérer des légumes gratuitement ou pour assaisonner leur riz. En plus de cela, c’est toute la vie d’un village qui nous est présentée.


3. Barakamon – YOSHINO Satsuki – Ki-Oon – Série en cours, 11 volumes parus à ce jour
Une petite exception à mes propres règles car Barakamon vaut le coup ! On a là l’histoire d’un calligraphe en mal d’inspiration qui part se « ressourcer » à la campagne. Bien sûr, ce qu’il pensait être une punition se révèle finalement une excellente décision car avec les turbulents enfants du village, il ne s’ennuie pas un seul instant et recommence à voir la vie du bon côté. Beaucoup d’humour et de bonne humeur dans ce titre, que je qualifierais d’humain !



HISTOIRE
1. Thermae Romae – YAMAZAKI Mari – Sakka – Série terminée en 6 volumes
Quand un architecte romain du 2e siècle avant J.-C. se retrouve fréquemment propulsé dans le Japon d’aujourd’hui ! Le lien entre les deux ? Les bains romains d’un côté, les onsens ou sources d’eau chaude du Japon de l’autre. Outre les situations hilarantes, outre la grande érudition de l’auteur (qui vit entre autres en Italie), outre les magnifiques dessins, outre... en bref, tout est bon dans Thermae Romae !


2. Cesare – SORYÔ Fuyumi et HARA Motoaki – Ki-Oon – Série en cours, 12 volumes parus à ce jour
Un manga plutôt didactique qui suit l’histoire de Cesare Borgia (on s’en serait doutés, hein). Non seulement l’auteure collabore avec un célèbre historien spécialiste de cette époque, mais en plus, son chef-d’œuvre me semble être une excellente porte d’entrée à l’univers des manga : on se familiarise avec les différents types de personnages, au travail sur les regards, à la narration japonaise... Bref, je ne suis pas à court d’arguments pour vous « vendre » cette belle série qui – je préfère le préciser – risque d’être longue !


3. Bride Stories – MORI Kaoru – Ki-Oon – Série en cours, 7 volumes parus à ce jour
Parce qu’il n’y a pas que l’Italie dans le monde, nous voici cette fois en Asie Mineure, au 19e siècle ! C’est dire la diversité des sujets que peut traiter le manga. Comme son titre le laisse deviner, Bride Stories s’intéresse aux mœurs et aux coutumes de mariage dans différentes tribus, en suivant le destin de différentes femmes. Et pour ne rien gâcher, les dessins sont sublimes, on s’y croirait... À noter que la série est en cours mais que le rythme de sortie est plutôt lent.



CUISINE
1. Mes petits plats faciles by Hana – MIZUSAWA Etsuko et KUSUMI Masayuki – Komikku Éditions – Série en cours, 2 volumes parus à ce jour
En voilà, une série qui ne m’intéressait pas ! En effet, je craignais que la fainéantise de l’héroïne et la facilité des plats me rebutent mais il n’en a rien été ! J’ai été au contraire conquise par son laisser-aller, ses petites danses de la joie, son humour tantôt naïf, tantôt sarcastique. Ce manga n’est pas un livre de recettes en soi, mais un aperçu de la vie de cette Hana pleine de ressources... Enfin, en tout cas, je ne me risquerais pas à tenter ses « recettes faciles », je me contenterai de les lire avec plaisir.


2. Petite forêt – IGARASHI Daisuke – Sakka – Série terminée en 2 volumes
Dans la famille « retour à la nature », je demande Petite forêt ! Culture de légumes locaux, expérimentations culinaires, célébration de la nature, tous les ingrédients sont là pour passer un excellent moment et faire gargouiller son estomac. Les réflexions sur la terre et nos rapports avec elle sont extrêmement intéressantes et font écho aux problématiques actuelles. Je recommande donc chaudement ce titre, qu’il faudra toutefois essayer de se procurer en occasion.


3. Le gourmet solitaire – TANIGUCHI Jirô et KUSUMI Masayuki – Sakka – Série initialement en un seul volume indépendant, mais complétée par un second volume qui paraîtra en mars
J’ai beau être une fan de mangas de la première heure, je n’ai jamais trop aimé Taniguchi, que l’on voit partout, à toutes les sauces. De lui, je retiens deux œuvres, dont la première est celle de ce gourmet solitaire, une sorte de salary-man dont on ne sait pas grand-chose, si ce n’est qu’il déambule d’un restaurant à un autre pour goûter différents plats, sakés et desserts... Une belle promenade gastronomique.



NATURE / AGRICULTURE
1. L’homme qui marche – TANIGUCHI Jirô – Casterman – One-shot (1 volume)
Et voici le second manga de Taniguchi qui a mes faveurs. Le titre annonce la couleur, c’est encore une fois une promenade contemplative, celle d’un homme qui a choisi de ralentir le temps et d’admirer la nature. Il faut bien sûr être sensible à ce type d’œuvres « sans histoire » où il ne se passe « rien », mais c’est tellement beau et apaisant...


2. Silver Spoon – ARAKAWA Hiromu – Kurokawa – Série en cours, 12 volumes parus à ce jour
Les coulisses du monde agricole japonais dans une série qui met de bonne humeur ! Et pourtant, au Japon non plus, la situation des paysans n’a pas de quoi réjouir. Mais l’énergie des jeunes du lycée agricole que l’on suit grâce à cette série est contagieuse, on se met à les accompagner dans leur apprentissage et, parfois, leurs péripéties. L’auteure est surtout connue pour ses séries « shônen », c’est-à-dire des séries d’aventure éditorialement réservées aux garçons, mais avant de se lancer dans le manga, elle était... agricultrice dans la ferme de ses parents, eh oui ! Du coup, je trouve cette œuvre parfaite pour aborder les mangas : on n’a pas encore ce rythme effréné, mais on se familiarise avec ses codes. Et si jamais le nombre de volumes vous effraie, reportez-vous à Nobles Paysans (même auteur, même éditeur), plus lent et plus clairement autobiographique.
  




3. La musique de Marie – FURUYA Usamaru – Sakka – Série terminée en 2 volumes
Un titre que j’aurais pu classer dans la catégorie « OVNI », mêlant mysticisme, mécanique et nature, le tout dans un monde un peu étrange. Ce que j’ai aimé, c’est me laisser porter par le rythme mais retomber malgré tout sur mes pieds avec le second volume, où on assiste à un dénouement assez surprenant. Un manga assez atypique qui, encore une fois, nous interroge sur notre place dans le monde...



SOCIÉTÉ
1. Ikigami - Préavis de mort – MASE Motoro – Asuka / Kaze – Série terminée en 10 volumes
Un manga très profond et effrayant, qui dépeint une société dans le futur où le gouvernement cherche à faire comprendre la valeur de la vie en inoculant à un enfant sur mille un vaccin qui le tuera entre ses 18 et 24 ans. Le lecteur suit l’un des fonctionnaires chargés de remettre le préavis de mort à la famille des futurs décédés et embarque forcément pour des histoires éprouvantes mais dont la violence n’est jamais gratuite. Réflexion au rendez-vous, petite déprime aussi...


2. A Silent Voice – OIMA Yoshitoki et OHIMA Yoshitoki – Ki-Oon – Série terminée en 8 volumes, 6 volumes parus à ce jour
Encore une série très appréciée des CDI, car il aborde la question du handicap en milieu scolaire, et plus précisément celui de la surdité. Beaucoup d’émotions et de justesse dans ce tableau où élèves comme professeurs sont dépassés et se retrouvent à faire du mal. Réflexions fortes sur la société et ses infrastructures.



3. Sunny – MATSUMOTO Taiyô – Kana – Série terminée en 5 volumes, 4 volumes parus à ce jour
De Taiyô Matsumoto, je retiendrais tout simplement toutes ses œuvres mais comme j’ai dû faire un choix, celui-ci s’est porté sur Sunny, qui raconte la vie quotidienne d’orphelins et d’abandonnés avec beaucoup de poésie, mais aussi de dureté. Les dessins si atypiques de l’auteur mettent en avant le côté fragile de ces enfants souvent livrés à eux-mêmes. Une narration intelligente et des personnages touchants viennent parfaire ce tableau.


4. Undercurrent – TOYODA Tetsuda – Kana – One-shot (1 volume)
Un petit bijou que ce manga traitant de la disparition volontaire d’un homme et de la tristesse qu’éprouve son épouse. Tout en subtilité, Undercurrent est dicté par une douce mélancolie et une narration maîtrisée qui en font un chef-d’œuvre.



FÉMININ
1. Complément affectif – OKAZAKI Mari – Delcourt – Série terminée en 11 volumes
L’une des meilleures séries « jôsei » (éditorialement conçues pour les femmes) à mon sens ! En plus des magnifiques dessins, on a droit à une réflexion intelligente sur la condition de la femme japonaise, entre relations amoureuses et carrière professionnelle. Le portrait aurait été effrayant si la poésie d’Okazaki n’était pas venue donner un côté un peu surréaliste et suspendu à cette très belle œuvre, à vous procurer en occasion. Vous pouvez retrouver une vieille chronique ici (où on voit que mon avis a évolué entre-temps).


2. Blue – NANANAN Kiriko – Sakka – One-shot (1 volume)
Superbe œuvre sur la fin de l’adolescence et des illusions chez deux lycéennes qui éprouvent une grande tendresse l’une envers l’autre. Ce manga est parcouru par la mélancolie et se distingue par une grande finesse dans la description des sentiments et de cet entre-deux qu’on peut ressentir juste avant l’âge adulte.


3. Paradise Kiss – YAZAWA Ai – Kana – Série terminée en 5 volumes et également disponible en intégrale
Un titre plus léger pour clore cette section, cette fois dans le milieu de la mode. En plus de dessins magnifiques, regorgeant de détails et sublimés par la belle édition originale de Kana, vous pourrez admirer toute la complexité des sentiments amoureux et amicaux mise en scène par la célèbre auteure de la série Nana (qui a beaucoup pour plaire mais ne s’est pas encore dotée d’une fin). À lire pour son humour, ses belles planches, ses personnages déjantés !



FOLKLORE
1. Onmyoji – OKANO Reiko et YUMEMAKURA Baku – Delcourt – Série terminée en 13 volumes, 7 volumes parus à ce jour
Certes, cette série coûte un peu cher (autour de 15 € le volume neuf) mais elle en vaut la peine ! Je vous dis ça car j’ai été rebutée par le prix à l’époque de sa sortie et je m’en mords un peu les doigts aujourd’hui. Or, on apprend une foule de choses grâce à cette série qui s’intéresse aux esprits mystérieux et phénomènes dits surnaturels, le tout dans un cadre historique et politique bien détaillé. Et que dire de ces dessins qui mettent si bien en valeur les expressions faciales... Non, vraiment, cette série, c’est du costaud !


2. Nonnonbâ – MIZUKI Shigeru – Cornélius – One-shot (1 volume)
Bon, je suis un peu gênée de présenter ce manga culte et classique, car... je n’ai aucun souvenir de l’avoir lu ! Or, monsieur me soutient en permanence le contraire et dit même que je me suis éclatée pendant la lecture. En tout cas, que je l’aie lu ou pas ne change rien au fait que Nonnonbâ fait partie d’à peu près tous les classements de meilleurs mangas et nous fait plonger droit dans le monde des fantômes et monstres japonais, avec tendresse et malice. Une excellente découverte du folklore !


3. Sorcières – IGARASHI Daisuke – Sakka – Série terminée en 2 volumes
L’auteur Daisuke IGARASHI est de retour dans cette liste car non seulement j’adore tout ce qu’il fait, mais en plus, il est doué (bah oui, je pourrais vous parler de navets que j’ai adorés mais ce n’est pas le propos ici). Sorcières est à mon sens son œuvre la plus aboutie ; il s’agit d’un recueil de nouvelles sur les sorcières du monde. Ça commence en Turquie et ça nous emmène jusqu’aux États-Unis, et ça traite au passage de la condition des femmes en général, des sorcières en particulier. Différentes manifestations magiques, différents destins...


Si le sujet du folklore vous intéresse particulièrement, vous apprendrez une foultitude de choses sur le blog d’a-yin, empli de réflexions en la matière. Vous découvrirez aussi des séries géniales mais dont la parution a été stoppée en France et même ailleurs dans le monde, et vous pleurerez un peu, mais globalement, vous allez avoir des heures de lecture passionnante :)


THRILLER
1. Erased – SANBE Kei – Ki-Oon – Série terminée en 8 volumes, 7 volumes parus à ce jour
Si vous commencez à vous intéresser aux mangas, vous avez peut-être entendu parler d’Erased... Ce manga suit les aventures d’un jeune aspirant mangaka qui se découvre le pouvoir de remonter le temps de quelques minutes pour réparer un accident. Un pouvoir ou un poison puisque très vite, il se retrouve projeté... dans son enfance, et tente d’arrêter le psychopathe qui s’en était pris à des enfants et à sa mère. Une série diablement bien foutue et addictive, heureusement pour mon cœur, elle touche à sa fin !


2. Monster – URASAWA Naoki – Kana – Série terminée en 18 volumes
Un titre culte, parfait si le nombre de volumes ne vous rebute pas. Changement de décor, nous sommes dans l’Allemagne avant la chute du Mur, le docteur Tenma décide d’opérer un petit garçon grièvement blessé plutôt qu’un chanteur d’opéra connu, arrivé après. Comme s’il ne suffisait pas qu’il signe la fin de sa prometteuse carrière, il se peut qu’il ait aussi sauvé un monstre qui laisse derrière lui un cortège de morts. À mi-chemin entre le thriller et le policier, Monster est aussi une réflexion sur la vie et les choix que l’on fait... Petite note finale : jetez un œil aux autres séries de cet auteur, notamment Pluto et Billy Bat !



SCIENCE-FICTION
1. Blame ! – TSUTOMU Nihei – Glénat – Série terminée en 10 volumes
Attention : cette série n’est pas forcément la plus accessible qui soit mais si vous recherchez de l’originalité et de la SF hardcore, on y est ! L’auteur était/est architecte et ça saute aux yeux : les méga-structures qu’il a créées en sont une preuve. Pour l’histoire, elle se résume (presque) à la quête d’un cyborg qui déambule dans des couloirs et tue toute créature qui lui est hostile, dans le but de retrouver un virus capable de gouverner le monde. J’ai lu et adoré cette série pour son côté graphique génial plus que pour son scénario, avis aux amateurs...


2. Eden – ENDÔ Hiroki – Panini Comics – Série terminée en 18 volumes
Encore une série longue, certes, mais culte. Ça commence avec une histoire apocalyptique de virus et ça s’étend à de la géopolitique pour finir en apothéose sur une nouvelle humanité. Entre-temps, des personnages très attachants mais aussi beaucoup de cruauté et de misère. Pour ma part, cette série a été comme une claque et la preuve que les mangas ne s’intéressent pas qu’au Japon et aux ninjas. Cette série a les moyens de son ambition et fait réfléchir sur la condition humaine à travers des problématiques politiques, cybernétiques, sécuritaires... « It’s an endless world », comme le dit si bien le sous-titre.


3. Planètes – YUKIMURA Makoto – Panini Comics – Série terminée en 4 volumes et également disponible en intégrale
Quand les éboueurs de l’espace font de la poésie, ça donne Planètes, une belle œuvre sur le sens de la vie, remplie de philosophie et de poésie. Ce qui est bien avec cette série courte (à se procurer si possible dans sa version originale, c’est-à-dire en 4 petits volumes, plutôt que la grosse intégrale qui menace de se disloquer sous le poids des pages), c’est qu’on a à la fois la réflexion et les codes du manga : la narration est assez classique, les péripéties aussi, mais le message est universel et intelligemment mené.


4. La cité Saturne – IWAOKA Hisae – Kana – Série terminée en 7 volumes
Ce titre, je le recommande même à ceux qui sont allergiques à la SF ! Si le cadre est à nouveau celui d’éboueurs de l’espace (sur l’anneau de Saturne comme on s’en serait douté), il aurait pu se situer n’importe où, comme c’est souvent le cas avec les mangas d’ailleurs. Le contexte n’est là que pour servir des personnages qui tentent d’échapper à leur destin. Les dessins tout ronds, contrastant avec la dureté de certains propos, et pleins de poésie offrent à cette série une ambiance merveilleuse, à la fois douce et amère. Beaucoup d’originalité, à tester :)


5. Wet Moon – KANEKO Atsushi – Sakka – Série terminée en 3 volumes
Ambiance SF et noire des années 60. Un petit côté mystique, un petit côté carton-pâte assumé, une inspiration venue de Charles Burns... Wet Moon est difficile à classifier, nous baladant du mystère de la Lune à une enquête policière doublée d’une chasse à l’homme. Les graphismes très reconnaissables de l’auteur confèrent en plus beaucoup de force à cette œuvre atypique.



CLASSIQUES
J’ai un peu hésité à créer cette catégorie, que je connais au final très mal, mais si vous voulez commencer par les bases, commencez par Osamu TEZUKA, qu’on appelle le père du manga. Comme je n’aime pas spécialement ses œuvres tout en reconnaissant sa grande contribution, je me fie à l’avis de spécialistes qui ont beaucoup aimé Sous notre atmosphère (Éditions H, One-shot).

Si vous vous sentez d’attaque, vous pouvez bien sûr plonger dans la célébrissime série de TORIYAMA Akira, Dragon Ball, et tant qu’à faire, dans la version Perfect Edition de Glénat en 34 volumes ! Mauvaise élève, je n’ai moi-même pas encore terminé de lire les aventures du roi-singe, Songoku, mais la bonne humeur, l’humour et la baston sont évidemment de la partie !


En parlant d’Akira, ne boudez pas non plus la série SF tellement culte qu’on n’en parle plus, Akira de Katsuhiro OTOMO ! En seulement 6 volumes chez Glénat, découvrez la référence de bien d’œuvres postérieures et le monument du manga.


Enfin, deux dernières recommandations pour la route : les recueils de nouvelles de Tsukaja HOJO et de Rumiko TAKAHASHI. Le premier est connu pour son City Hunter (Nicky Larson), la seconde pour Ranma 1/2. Le premier ne m’a jamais plu car trop de mélo et la seconde me laisse assez froide, MAIS ne manquez pas la trilogie Le cadeau de l’ange, Le temps des cerisiers et La mélodie de Jenny (éditée à la base chez Tonkam, rééditée par Ki-Oon) d’un côté, et La tragédie de P et Un bouquet de fleurs rouges (chez Tonkam) de l’autre. À la clé : des histoires drôles, anecdotiques, familiales, amusantes, mais surtout très humaines !

 





Je vous conseille de vous tourner vers votre bibliothèque municipale pour lire ces titres parfois difficiles à trouver, parfois très longs !


YAOÏ / YURI 
Une autre catégorie que je ne pensais pas traiter à la base puisqu’il s’agit d’amours homosexuelles. Bien entendu, dans la vraie vie, je ne compartimente pas les gens en fonction de leurs préférences amoureuses et/ou sexuelles, mais au Japon, ces types de manga représentent une catégorie éditoriale à part entière, avec ses propres codes graphiques et narratifs. Et si, a priori, le débutant en mangas ne va pas forcément chercher d’emblée à se spécialiser, il y a quand même trop de perles pour ne pas en parler. D’ailleurs, la courte sélection que je vous présente a tendance à dynamiter ces fameux codes.

1. Love my Life – EBINE Yamaji – Asuka – One-shot (1 volume)
Une histoire pleine de sensualité sur le coming-out d’une jeune lesbienne. Une histoire toute simple sur un moment crucial de sa vie. Une histoire qui s’inscrit dans le quotidien. Love my Life, c’est hyper simple, pas de drame, pas de grands discours, pas de romantisme exacerbé, rien qu’un amour très tendre. C’est peut-être ce qui m’a charmée, on est loin des histoires cucul de copines fatiguées de leur petit ami :) À noter que tous les titres de Yamaji EBINE valent le coup, en particulier Free Soul et Sur la nuit.


2. Tango – EST Em – Éditions H – One-shot (1 volume)
Superbe œuvre sur l’amour et la passion entre un danseur et un acteur, sublimée par les graphismes d’EST Em. Tango dégage une grande sensualité et une sorte de violence retenue, dans les détails, le jeu de regards, la puissance des mouvements. Et c’est une excellente introduction au yaoï !


3. In these words – TOGAI Jun et Narcissus - Neko Kichiku – Taïfu – Série en cours, 2 volumes parus à ce jour
Mon dernier coup de cœur en matière de yaoï ! C’est d’ailleurs une sorte d’OVNI car il s’agit à la base d’une œuvre « amatrice » créée par deux Taïwanaises, qui a remporté tellement de succès qu’il a fini par être édité. Et cette œuvre n’a d’amateur que le nom, tant le scénario et le dessin sont maîtrisés : le premier se joue de nous tandis que le deuxième est une véritable prouesse. Thriller psychologique contenant de nombreuses scènes très crues, In these words n’est certes pas à mettre entre toutes les mains, mais vaut définitivement le frisson !



OVNI
Et une dernière catégorie pour classer les inclassables, ceux à qui je voulais donner une petite place et qui me semblent appropriés lorsqu’on veut sortir des champs pour découvrir toute la richesse du manga !

1. Moyasimon – ISHIKAWA Masayuki – Glénat – Série terminée en 13 volumes, 8 volumes parus à ce jour
Avec Moyasimon, découvrez le fabuleux monde des... bactéries ! Si si, c’est grâce au héros qui les voit à l’œil nu et qui nous mène d’une anecdote à une autre, de l’E. coli au kiviak, le plat inuit fermenté. Pour être tout à fait honnête, je n’ai pas accroché plus que ça à ce manga mais le concept me plaît beaucoup, j’ai adoré voir les micro-organismes s’amuser comme des petits fous, j’ai appris plein de choses de manière ludique, c’est juste au niveau de la narration que j’ai eu du mal. Rien ne dit que je ne reprendrai pas un jour cette série là où je l’ai laissée car elle est quand même bien drôle et originale.


2. Sakuran – ANNO Moyocco – Pika – One-shot (1 volume)
Pour découvrir le monde des geishas et ses codes en un somptueux volume : intrigues, manigances, apprentissage, coups bas et traits d’esprit, tout y est, mené d’une main de maître par l’auteur de séries aux résonances féministes : Happy Mania, Plaire à tout prix ou encore In The Clothes Named Fat.


3. Le piqueur d’étoiles / Le semeur d’étoiles – NAKANO Shizuka – IMHO – Série en 2 volumes
Difficile de rester objective quand j’aborde ce diptyque traversé par le merveilleux et le mysticisme. Deux volumes de nouvelles où on retrouve parfois les mêmes personnages, des appartements où cohabitent des caractères dissonants, un dentiste qui ne veut plus être détesté des enfants, un tatouage qui se prépare dans l’ombre, un écrivain qui rencontre un lutin... Le tout doté d’un graphisme très personnel qui semble mêler collages et trames.
 
 


4. Palepoli – FURUYA Usamaru – IMHO – One-shot (1 volume)
Un dernier recueil de nouvelles dont je retiens avant tout la narration imaginative et audacieuse : les personnages se baladent d’une case à une autre, se perdent à l’infini ou se noient dans des jeux de mots pour donner lieu à des situations absurdes, trash ou incompréhensibles. Le secret, c’est de se laisser porter...




Et c’est la fin de cette liste, j’espère qu’elle vous sera utile !
Pour ma part, j’ai pris beaucoup de plaisir à la concocter et à me replonger dans mes souvenirs (par exemple, je me suis rappelée avec embarras qu’à 11 ans, j’étais allée demander un certain Angel Dick au lieu d’Angel Sanctuary à mon pourvoyeur de mangas de l’époque). Par souci d’objectivité – autant que faire se peut – je n’ai malheureusement pas pu inclure certains de mes titres fétiches, mais justement, j’ai pu jouer le jeu en essayant de me mettre dans la peau de quelqu’un qui veut découvrir le fabuleux monde des mangas.

Il y a forcément des erreurs et des imprécisions malgré mes recherches et surtout, à cause de ma mémoire de poisson rouge, donc n’hésitez pas à me les signaler !

Lecteurs de manga, quelles autres séries recommanderiez-vous ?
Débutants dans le milieu, que recherchez-vous (d’autre) ?
Si vous voulez d’autres conseils, je suis à votre service !

19 commentaires:

  1. Eh bien j'adore ton image, on dirait moi quand je suis dans un magasin de livres XD
    Et à ma grande honte, j'en connais peu que tu cites. Mais je dois avouer qu'en ce moment, je suis bien sur les trucs un peu olé olé adultes ( non je ne suis pas frustrée XD) qui font un peu battre le coeur et mourir de rire. Essaie peut-être "ma petite maîtresse" de yuki yoshihara, humour et débilitude au programme mais moi je me marre bien, c'est ce que je recherche en ce moment ;)
    Akatsuki no yona aussi est vraiment très bien si tu ne connais pas : dessins très beaux et histoire très sympathique avec des personnages tout aussi attachants. Mon homme, qui fuit les shôjo en temps normal, a beaucoup accroché, pour dire XD

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Haha, oui, je suis bien contente d’avoir trouvé cette photo !

      Oh, t’inquiète, je serais bien la dernière à dire que tu es frustrée : que penser des amateurs de films pornos, dans ce cas ? Et pareil pour les fans de yaoï... Je connais de nom Ma petite maîtresse, mais j’avoue ne pas être intéressée. J’ai sûrement tort de mettre tous ces titres olé-olé dans le même panier mais j’ai l’impression que la femme y est rarement à son avantage. Ceci dit, je me garde ces noms dans un coin de la tête.
      Ah si, j’ai lu et bien aimé Darling wa Namamono ni Tsuki, mais pas au point de le mettre dans un top :)

      Supprimer
  2. On voit que ça fait plus de dix ans que je n'en lis plus... Je n'ai que Taniguchi, Urasawa, Yazawa (que j'ai lu en anglais parce qu'à l'époque il n'était pas encore traduit en français) et Hojo, et ne connais guère d'autres mangaka. Ta sélection fait envie, notamment celle sur les titres historiques.
    Pour "Le gourmet solitaire", j'ai appris ces derniers jours qu'une suite était prévue j'ai hâte !
    Ma grande spécialité, c'était les shôjo manga, à l'époque où le marché était très segmenté (en gros, les manga dont étaient tirés nos dessins animés). Là, je retiens Angel Sanctuary, Sailor Moon et La rose de Versailles/Lady Oscar (mais c'est mon côté nostalgique).

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Ah oui le marché a explosé, y a pas d’autres mots. Je le savais déjà mais en constituant cette liste, j’ai pas arrêté de me dire « c’est quoi, ça ? et ça ?? et ça ??? », c’est impressionnant.
      Pour Le gourmet solitaire, on a vu des stickers dans le métro au Japon, on était tout content et on se demandait si le protagoniste avait vieilli, haha.
      J’avais adoré Angel Sanctuary mais je me demande s’il survivrait à une relecture (Ayashi no Ceres, sorti à la même époque, n’a pas passé le test !), j’ai été super déçue par Sailor Moon alors que je pensais adorer, et je crois que je n’ai pas encore fini La rose de Versailles. Ah, ça y est, suis nostalgique...

      Supprimer
    2. Les premières pages de la suite du Gourmet sont dispos en ligne : http://www.casterman.com/Bande-dessinee/Catalogue/ecritures/les-reveries-dun-gourmet-solitaire

      Supprimer
  3. C'est drôle, l'univers des mangas est tellement vaste que malgré quelques titres en communs, je pense que ma liste ne ressemblerait pas trop à la tienne.
    Il y a par contre beaucoup de titres qui m'intriguent dans ton article, prochains emprunts ?

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Y aurait quoi dans ta liste ? Je suis hyper curieuse ^^
      Autant c’est facile de donner son top 10 ou top 25 ou top 100 mais une liste de mangas accessibles, l’exercice n’était pas évident !

      Supprimer
  4. Je n'en lis pas mais belle liste qui donne envie de s'y mettre (toute bien rangée et triées ouaouh!)

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Haha, c’est pas comme ça dans mes placards par contre !
      Eh bien si un jour tu franchis le cap, j’espère que tu trouveras un bonheur ou deux dans cette liste.

      Supprimer
  5. Je connais la plupart des titres dont tu parles, mais pas "Pour Sanpei" qui fera sans doute partie de mes prochains achats, ça m'a l'air d'être tout à fait mon truc! Merci :-)

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Je pense que ça pourrait te plaire, mais comme on a des goûts relativement différents (à quelques chefs-d’œuvre incontestables près ^^), j’espère ne pas avoir donné un mauvais conseil.

      Supprimer
  6. Je ne lis plus vraiment beaucoup de BD, mais j'en ai lu et je retrouve avec plaisir "Love my life" et "Blue" (ainsi que les Taniguchi).

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Oh je ne savais pas que tu les avais lus, ces deux-là.
      Je regrette amèrement de ne plus voir de yuri potables ces temps-ci. Que des trucs vaguement coquins type « je m’ennuie, oh bah tiens, y a une fille » T_T

      Supprimer
  7. Quel billet ! Je me demande combien de temps cela t'a pris pour l'écrire ?!
    Bizarrement j'ai lu peu de manga de ta liste : cesare (que je n'ai pas trop aimé...), monster, ikigami.
    Perso j'ai commencé avec fly, fushigi yugi, rg veda, city hunter, black jack.
    Pour senpei et une sacrée mamie me disent bien, en tous cas j'irai piocher dans ta liste !
    Et Pauline m'a offert la cité saturne dont je vais m'acheter la suite très prochainement car j'aime beaucoup !

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Pas moins de 4 heures ! Je ne regrette pas de m’y être lancée mais pfiou, ça m’a valu quelques couchers tardifs.
      Oh, je « peux » comprendre pour Cesare, mais c’est dommage. Enfin, de mon point de vue, puisque je trouve cette auteure vraiment douée. Tu saurais dire ce qui ne t’a pas plu ?

      J’ai aussi commencé avec Fushigi Yugi ou encore RG Veda (que j’adore !) mais je me pose la question de leur accessibilité au grand public. C’est vrai que je l’ai pas dit mais je vise le/la trentenaire pas forcément très portée sur un sujet en particulier.

      Et cool pour les autres, je serais ravie d’avoir contribué à leur découverte.

      Supprimer
    2. au départ, c'était monsieur qui s'était acheté cette série cesare, perso ça ne me disait pas plus, car l'histoire en manga, avec moi ça passe ou pas.
      et je voyais qu'il a lu le 1er et pas les autres... ce qui ne lui arrive jamais.
      j'ai donc lu, mais je ne sais pas, j'ai trouvé ça long et lent. et j'avoue que le dessin ne me plait pas trop.
      moi j'ai commencé avec ce que j'avais sous la main : monsieur et ses potes avaient déjà ces mangas, puis est venu black jack. et puis à l'époque je n'avais pas internet, je n'avais pas de possibilité de découvrir plus !
      aujourd'hui, c'est complètement différent, je trouve que l'on peut chercher et trouver beaucoup plus par ce que l'on recherche.
      il n'empêche que RG Veda restera pour moi l'un des plus beaux mangas. j'ai d'ailleurs fait un dessins à l'encre de kujaku, qui est dans notre chambre depuis maintenant bientôt 15 ans !

      Supprimer
    3. Ah je trouvais le style de Fuyumi Soryo froid (dans le shôjô Mars) et le début de Cesare est assez didactique, mais après l’intrigue prend de l’ampleur, on s’attache aux personnages (ou pas), bref, c’est très ambitieux.

      À l’époque, y avait moins de choix c’est vrai, mais un esprit plus communautaire entre fans de mangas qu’on ne retrouve plus aujourd’hui.

      Y a moyen de voir ton dessin de RG Veda ??? ^^

      Supprimer
  8. Merci pour cette liste pleine de découverte pour le néophyte que je suis, c'est tout simplement parfait !!!

    RépondreSupprimer