La semaine 2016#23

, , 13 comments
Source

Cette semaine, c’était la première depuis longtemps où monsieur et moi ne nous sommes pas couchés côte à côte la nuit venue. Rassurez-vous, ni lui ni moi n’avons migré vers le canapé ou mon bureau, il est simplement parti en Isère dans le cadre de sa formation. Quant à moi, ça m’a donné l’occasion de vivre « en célibataire », ce qui n’a pas été la fin du monde, puisque nous avions commencé notre relation à distance, pendant un an, il y a *hum* neuf ans.
Bref, parenthèse momentanément fermée, cette semaine…

Lundi : me faire mon petit avis sur la série Preacher, dont j’ai trouvé le pilote très fouillis mais la distribution intéressante (Ruth Negga est surprenante après avoir été chiante dans Agents of S.H.I.E.L.D., Joseph Gilgun était le choix évident avant même la genèse de la série et pour Dominic Cooper, cela reste à voir), sauf que je n’arrive pas à détacher cette histoire de son contexte si 90’s / me réveiller avec le cerveau embrumé le matin / tandis que monsieur part avec sa demi-tonne de matériel sportif / ô surprise, recevoir mon intéressement 2015 / recevoir un appel indésiré mais réussir à l’expédier / tenter des pancakes au matcha (recette ici) avec une farine de châtaigne à l’odeur douteuse / jeter les pancakes au matcha cuits à l’odeur définitivement douteuse / finir la soirée sur la série animée Archer et son humour irrévérencieux

« Je constate qu’on ne parle pas jamais de moi, je pue, peut-être ?! »
(as a matter of fact…)

Mardi : réserver l’hébergement à Marrakech, en septembre-octobre prochains / rencontrer de nouveaux problèmes avec ma connexion Internet / avoir tout le temps l’estomac dans les talons / faire une commande-test chez Ekyog / me trouver un super rythme sans monsieur, pardon monsieur / m’intéresser à la lettre japonaise au lieu de réviser pour de vrai ledit japonais / baver devant les photos que monsieur m’envoie, dans les désormais célèbres « Georges du Tarn » (comme l’a prononcé par erreur un de ses camarades)




Mercredi : traduire un texte indigeste sur les selfies / recevoir mon sac Sabrina, hésiter un peu sur la couleur qui fait un peu mamie mais l’adopter en fin de compte / me rabattre sur un parfum L’Occitane à la pivoine en apprenant que le parfum pamplemousse-rhubarbe créé avec Pierre Hermé, que j’ai vu à la gare d’Avignon, était une édition limitée en rupture de stock à Paris depuis fin 2015 / ça m’apprendra à ne pas faire mes emplettes dès que j’en ai l’occasion, tiens / acheter des BD, pour changer / passer dîner avec mes parents / faire de la résistance lorsqu’ils me proposent de dormir chez eux pour ne pas être seule (haha !) / mais pourquoi avoir cliqué sur le hashtag « Scorpy » sur Instagram ?!


Jeudi : traduire un texte dont il n’y a rien à tirer et d’une platitude extrême (auquel il a quand même fallu apporter du relief) / apprendre que mon projet mensuel est annulé ce mois-ci / devoir passer un appel en allemand / préparer vite fait des raviolis surgelés au lieu du risotto que je me réjouissais de cuisiner depuis des jours / changer x fois de tenue avant de partir / rejoindre des blogueuses thé pour le « vernissage » du salon de thé Thé-Ritoires à St-Germain-des-Prés / suivre l’événement très chic d’un œil distrait depuis la cour du salon / découvrir en rentrant un e-mail professionnel qui ne m’arrange pas / en gros, j’ai connu des journées plus faciles

Vendredi : me réveiller avec des bribes du rêve de la nuit : Gainsbourg se présentant à la présidence française / toujours rien d’intéressant au micro de France Inter / profiter d’une promotion pour acheter des tabourets de bar avant que les nôtres ne nous lâchent tous / espérer que le passage du très gentil technicien Bouygues est bel et bien le dernier / être plutôt ravie des vêtements Ekyog / apprendre avec soulagement que le problème de la veille est résolu / mais attendre toujours cinq paiements, dont sûrement une arnaque que j’avais vu venir / participer pour la première fois à la Chinese Food Week et avoir déjà hâte d’être à l’année prochaine / comprendre que la fatigue des jours passés est due à l’arrivée de mes règles : effectivement, l’arrêt de la pilule remet en place certains symptômes / halluciner en voyant les pubs Uniqlo, visiblement très fan de Novak







Samedi : recevoir un appel familial qui me met anormalement de mauvaise humeur / et ne comprendre pourquoi qu’en me l’écrivant / heureusement, Scorpy ne ménage pas ses câlins et ses poils pour me remonter le moral / continuer mes rêves étranges / ne pas réussir à faire mousser mon matcha, crotte / réviser jusque très tard mes cours de japonais avec du thé et un cake au matcha, réussi cette fois

Ainsi qu’une infusion aux chrysanthèmes

Dimanche : faire l’exposition Dans les mailles du filet dans un Musée de la Marine quasi-désert / enchaîner avec un brunch qui me fait rentrer le ventre en avant / recevoir un SMS de mon père, qui me souhaite le traditionnel joyeux non-anniversaire du 12 juin / tomber malgré moi dans le lit aux draps tout frais / continuer mes révisions (six mois de dilettantisme, ça se paie) / terminer la journée devant Arte, qui a le bon goût de diffuser Le vent se lève et Akira, sur le vélo d’appartement dont j’ai resserré les boulons

Le fameux risotto aux asperges blanches

Et vous, cette semaine,
c’était comment ?

13 commentaires:

  1. Je ne peux que compatir à la fatigue et autres désagréments.

    Et bonnes révisions.

    Bref, heureusement qu'il reste toujours la bouffe pour se mettre de bonne humeur.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Oui, je vois que tu subis la même chose !
      Le blues de la veille de l’arrivée, c’est un classique (même si j’ai mis du temps à l’accepter). Mais les douleurs… je n’ai jamais eu des règles très douloureuses, donc je n’ai pas fait l’association.

      Pour les révisions, ça va, ça pourrait être mieux, mais en deux jours, pas de miracle. Ça m’apprendra à lambiner !

      Oh, pour la bouffe, je mets le holà depuis un bon mois ^^" Et j’essaie de ne pas la voir comme une récompense (ou comme l’unique), sinon je mangerais encore plus.

      Supprimer
    2. J'ai toujours un mal de chien, certaines fois c'est plus violent que d'habitude (genre là, j'avais tellement mal que ça m'a réveillé). Par contre le blues ça m'arrive 2 fois par ans et du coup c'est là où moi je fais pas toujours l'association.

      Pour la bouffe, c'est simple, c'est l'été, je meurs de chaud, j'ai pas faim quand j'ai chaud. Ca me désespère d'ailleurs.

      Supprimer
    3. Et les antidouleurs n'y font rien ? Je prends de l'Antadys quand c'est nécessaire.

      Pareil pour la bouffe l'été, sauf que - tu le sais peut-être - il fait un temps POURRI en France actuellement. On a 18 degrés dans le meilleur des cas, ce qui ne me coupe pas la faim. Quand il fait vraiment chaud, je me nourris plus que de fruits, thé froid et... soupes. Hum.

      Supprimer
    4. Si si, les antidouleurs (les français hein, sinon c'est pas marrant) font quelque chose, sauf que j'essaie de m'en passer le plus possible.

      Je continue à manger normalement mais moins. Ce qui est pas plus mal cela dit.

      Supprimer
    5. Pfff.
      Nous on a été surpris par l’efficacité de l’équivalent japonais du Doliprane, qui a su faire passer nos maux de tête en un temps record !

      Supprimer
  2. Oh moi aussi j'ai acheté un sac Sabrina pendant les soldes privées ! :) En Bleu Royal le modèle Claudie !

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Ah j'ai beaucoup hésité à prendre un sac couleur bleu royal et puis je me suis dit que ça n'allait avec aucune de mes fringues ! Il était soldé à combien si c'est pas indiscret ?

      Supprimer
    2. Je l'ai payé 62 euros mais je ne me souviens plus de son prix de départ. C'est un petit modèle hein. J'étais un peu déçue car je n'ai su que trop tard que j'aurais pu avoir 10 euros de réduc supplémentaire en me faisant parrainer ...

      Supprimer
    3. D’après le site, il est normalement à 120 € et actuellement soldé à 72 € :)
      Tu peux peut-être t’inscrire avec une autre adresse la prochaine fois ?

      Supprimer
    4. J'ai du le payer 72 euros alors et pas 62 ... je sais plus du coup !!

      Supprimer
  3. Heureusement que nos poilus sont là des fois, pour nous réconforter...
    Mon syndrome prémenstruel est super fort perso : fatigue, irritabilité, gonflée de partout. Et dès 10 jours avant. Le rêve !
    Donc je suis infecte 1/3 du mois. Youpi ! Et après je suis pliée en deux. Les joies de la féminité.
    Cake, pancake matcha, miam ! La farine de châtaigne était gâtée ?
    Bonne semaine !

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Ah ouais, c'est violent ! Tu as déjà consulté à ce sujet ?

      Oui je pense que la farine était gâtée, car la recette est parfaite !

      Supprimer