[Restaurant] Les Affranchis (Paris IX)

, , 2 comments
Source
Il y a une semaine et demie, j’ai invité la tante de monsieur au restaurant Les Affranchis pour la remercier de m’avoir donné un gros coup de pouce pour la passation de mon permis de conduire.
Pour rappel, ce restaurant, c’est celui que j’avais réservé pour monsieur et moi à la Saint-Valentin, sauf que nous n’avions jamais pu y aller puisqu’il y avait eu une coupure d’électricité le jour même. Forcément, j’en suis restée terriblement frustrée et n’attendais qu’une nouvelle occasion de goûter aux plats de cette adresse maintes fois vantée.
Il y a une semaine et demie, j’ai donc pu combler cette frustration de la meilleure des manières car sans suspens, nous nous sommes régalés. Petite présentation des plats que nous avons eu la chance de déguster.

Les entrées

L’œuf parfait façon carbonara. D’après monsieur, il porte bien son nom et c’est d’ailleurs l’entrée signature du restaurant. L’œuf parfait est un œuf cuit à basse température (30°, de mémoire) dont le jaune est bien coulant. Ici, il est accompagné de lardons et d’oignons. Je n’ai pas goûté à l’œuf mais les oignons sont délicieux et bien imprégnés du jus.

La tante de monsieur avons commandé la même chose tout au long du repas et en entrée, ça a été une sorte de timbale aux petits pois (de mémoire, assez faillible). Absolument délicieuse et savoureuse, j’en ai aimé la texture, le goût, les ingrédients frais et la quantité parfaite.


Les plats
Le suprême de volaille aux girolles de monsieur. Je n’y ai pas touché mais ça sentait divinement bon, je dois le reconnaître. La cuisson semblait plus que maîtrisée et les ingrédients se marient à merveille. Simple mais raffiné à la fois.

Pour nous autres, ça a été un dos de cabillaud aux asperges blanches. Je consomme pas mal de poisson et je peux affirmer sans l’ombre d’un doute que celui-ci est le meilleur que j’aie mangé. La cuisson est parfaite : la chair est juteuse et soyeuse, ni trop crue ni trop cuite, d’une texture très agréable. J’en rêve encore… Quant aux asperges blanches, elles accompagnent encore une fois à merveille le poisson, à la fois croquantes et subtiles. La photo ne le montre pas mais elles ont été cuites avec des feuilles de menthe – une association originale et réussie. Bref, un plat délicat et maîtrisé.


Les accompagnements
Le pain est servi dans un sac en papier kraft, ce qui est plutôt original. Le pain, que je n’ai pas photographié, est bon sans être mémorable.

Le jus de pomme tatin Kookabarra était très, très bon et très, très frais. Le goût de pomme tatin est restitué notamment avec de la cannelle et le goût est absolument divin. De l’autre côté de la table, il y avait du vin, qui a été très apprécié aussi.


Les desserts
Le dessert de monsieur était une panna cotta à l’ananas et au coco, avec des copeaux de zeste de citron vert. L’ensemble semblait harmonieux, même si monsieur a été moins convaincu que par son entrée et son plat.

De mon côté, c’était un millefeuille aux fraises et à la rhubarbe. C’était franchement délicieux, même si les fraises n’étaient pas tout à fait sucrées et n’atténuaient pas assez l’acidité de la rhubarbe. Mais ce biscuit… miam !


Conclusion
Les plats sont d’une grande qualité tout en restant simples. On est loin des envolées délirantes de certains restaurants qui multiplient les ingrédients les plus atypiques. Ici, on sent tout ce qu’on mange : c’est frais et c’est bon. Tout est maîtrisé, de l’association des saveurs à la quantité. Côté prix, c’est un poil élevé le soir : 42 € la formule entrée + plat + dessert, 8 € de supplément pour le suprême de volaille, 6 € le jus de fruits et 7 € l’apéritif. C’est le prix de la qualité, même si on peut regretter la flambée des prix dans les bistrots gastronomiques à Paris. Malgré tout, j’ai très envie d’y retourner un midi et de profiter de la formule à 28 €, beaucoup plus abordable. Une belle adresse !


Les Affranchis
5 Rue Henri Monnier
75009 Paris
01 45 26 26 30
Page Facebook

2 commentaires:

  1. Super sympa ce repas !
    Les assiettes sont copieuses, surtout le suprême de volaille j'ai l'impression.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Oui, c’était très bon.
      Ceci dit, maintenant que j’ai testé des restos d’Avignon, dont deux très bons, je trouve vraiment qu’à Paris, les prix sont exagérément élevés. Même si la qualité est là.

      Concernant la quantité, je ne la trouve pas spécialement énorme, sauf le suprême effectivement. Je ne vais pas au restaurant pour me bourrer la panse, hein. Là, c’était la bonne quantité, mais pas « copieux » :) (pour moi)

      Supprimer