La semaine 2016#32 : Jour 1, Londres

, , 8 comments
Source
Lundi 8 août 2016

Après un réveil plus que matinal, mon père nous emmène en voiture à la Gare du Nord puis nous délivre environ 350 fois des consignes de sécurité : ne pas nous endormir en même temps dans le train pour toujours pouvoir observer la situation, faire attention à ne pas confondre les valises, bien nous couvrir, et autres manifestations paranoïaques.
Sur place, malgré les contrôles, nous arrivons rapidement sur le quai, puis à nos sièges. J’entame La petite boulangerie du bout du monde, gentiment offert par Paulette, auquel j’accroche assez vite, mais malgré la mise en garde paternelle, je sombre dans le sommeil de temps à autre sans consulter monsieur.
Très vite, nous arrivons à St. Pancras, où je parviens à résister à tout dans la boutique Fortnum & Mason, à nous procurer des cartes de transport Oyster Cards et à déjà perdre monsieur dans le métro.

Petit détour par l’hôtel, situé à Earl’s Court, pour déposer nos valises, puis repartir à l’assaut de la ville. Le but de cette visite est purement de prendre notre temps, sans forcément chercher à visiter tous les coins touristiques, mais plutôt de nous balader et de faire du shopping éhonté. Enfin, je dis ça, mais on commence quand même par les classiques Parlement, Big Ben, Westminster Abbey, Buckingham Palace, Green Park, Trafalgar Square… On n’a pas envisagé de visiter un musée et la foule devant la National Portrait Gallery (un lundi !) nous en dissuade.




 





 


On se rend rapidement à Chinatown, où l’on voit des gâteaux bien trop beaux pour être mangés, mais on reste raisonnables car on décide d’aller au M&M’s World, à Leicester Square. Sur 3 étages, les fameuses confiseries à la cacahuète et surtout, des tas de bonshommes disséminés partout dans la boutique. Je ne savais pas qu’ils faisaient l’objet d’un tel culte !
 


Caramba, je suis visible sur le reflet !
 

Comme conseillé par une Instagrammeuse, on se rend à la boutique House of MinaLima, qui a créé les éléments en papier des films de Harry Potter. Bien que je ne connaisse pas la saga, j’adore évidemment tout ce qui est fait de papier, donc j’apprécie la visite autant que monsieur, qui s’amuse à deviner les références et à se remémorer films et romans. Pour ma part, je suis très déçue de voir que, dans une autre section du magasin consacrée aux animaux, on ne voie aucun hippopotame. Malgré tout, on repart avec des cartes postales et des étoiles plein les yeux. J’avais déjà prévu de me plonger dans les aventures imaginées par J.K. Rowling et cette visite a évidemment renforcé ma volonté.


 


 

Ensuite, direction Regent Street et premier arrêt chez Postcard Teas, dont les thés me font de l’œil depuis bien trop longtemps. Après une longue analyse des jolis thés et boîtes, j’opte pour un thé vert japonais, un oolong taïwanais et un long jing. On traîne un peu dans le coin, on visite le fameux magasin Hamley’s, 7 ou 8 étages de jouets en tous genres, des peluches aux Lego, en passant par des pistolets Nerf. Le paradis des enfants ou l’enfer sur terre des parents, j’imagine.






En nous dirigeant vers la boutique Gosh! London, que j’avais déjà visitée lors de mon précédent séjour (2013, en solo, pour le concert de Vienna Teng), on passe devant un salon de thé où le matcha est à l’honneur, le Yum Chaa. Mais priorité à la BD, bien sûr ! On regarde un peu tout, même les affiches, on parle des dernières sorties de comics, et je réussis à ne repartir qu’avec un set de cartes signées Adrian Tomine, un de mes auteurs chouchous (d’autant que je l’ai découvert en Angleterre), et un nouvel opus de la série de mangas culinaires Oishinbo. On retourne sur nos pas pour soulager vessie et jambes au Yum Chaa, qui se révèle un poil décevant : matcha latte un peu fade et gâteau à la banane et aux noix sec et quelconque. Ce qui fait que je ne suis pas tentée par les thés vendus en vrac même si je les hume soigneusement un à un.

 

 

Dernier arrêt de la journée avant le dîner : un petit bout de Covent Garden, où je constate que bien des petits magasins ont été remplacés par des chaînes. On n’arrête pas le progrès, dites donc. Malgré tout, on traîne trop longtemps dans la librairie Stanford’s, que monsieur avait dénichée pour moi car elle est consacrée aux voyages et aux cartes. Trop longtemps car je trouve le moyen d’en repartir avec deux romans (The Vegetarian de Han Kang [La Végétarienne chez Le Serpent à Plumes] et The Guest Cat de Takashi Hiraide [Le chat qui venait du ciel chez Picquier]) et des cartes rigolotes.



Pour le dîner, c’est donc Chinatown, où j’avais repéré quelques adresses chez Le Gastronome Parisien. À ma grande et bonne surprise, la page Internet que j’avais oublié de sauvegarder se charge de nouveau sans Internet, sans problème (soyez pas sceptiques, c’est un exploit pour l’iPhone). Notre choix se porte alors sur Beijing Dumplings, où je coche un peu trop de choses, entre les aubergines au sel et au poivre qui sont réalité frites, le crabe en mue au poivre et au sel, les pâtes de riz sautées au bœuf (non, ce n’est pas végétarien) et bien sûr, les fameux raviolis xiaolongbao qui font la renommée du lieu. Tout est très bon, malgré ma déception auberginesque, que j’aurais voulu sautées. Avec deux plats frits au compteur, on ressort évidemment propulsé par notre propre ventre. Ce qui ne nous empêche pas d’arroser le tout avec un bubble tea rafraîchissant mais pas mémorable.



 
 



De retour à l’hôtel, je constate que (i) diantre, la pollution, c’est quelque chose ici et (ii) c’est ça, un voyage light pour nous ?! Sur ces belles pensées, je m’enfonce dans le matelas trop mou après avoir réglé le réveil pour ne pas manquer le car de demain pour Cambridge.


La suite demain !

8 commentaires:

  1. Eh bien, sacré périple pour une journée, vous êtes au pas de charge !
    Je ne sais pas pourquoi, mais tous ces récits de voyages à Londres( j'en ai lu 1 ou 2 autres) me donnent envie. Peut-être un jour avec les enfants.
    Pour le chat qui venait du ciel, j'avoue que je ne l'ai pas fini car il m'a donné un cafard monstrueux. Ou comment donner envie de lire XD Désolée.
    En tout cas j'ai hâte de lire la suite !

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Le pire ? Même pas xD On n’a pas lambiné hein, certes, mais on n’a pas eu l’impression de faire la course.
      Oui, je lis souvent que Londres avec les enfants, c’est super. Il y a un Legoland pas trop-trop loin, en plus. Mais bon, ce n’est pas donné !
      Le chat qui venait du ciel me semblait mélancolique et le sujet de base n’est pas hyper joyeux, mais je ne me doutais pas que ça serait à ce point !

      Supprimer
  2. Que...quoi ? tu ne connais pas Harry Potter...?

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. N… non :’(
      Quand c’est sorti, j’étais (on était :)) en 6e et j’étais en plein dans une phase où je ne lisais que des romans « réalistes ». Donc la fantasy, penses-tu.
      C’était ma phrase « petite c*nne », je crois.

      Supprimer
    2. Je ne vais pas m'en remettre je crois...

      Supprimer
    3. On… on se voit quand même en octobre ou il faudra soit reporter ça soit que j’aie lu tout HP avant ? :’(

      Supprimer
  3. Ça me rapelle des souvenirs^^
    Le magasin m&ms on était tombees dessus par hasard avec une amie et on avait adoré.
    Je note l'adresse de la boutique papier/hp pour une visite que j'espere prochaine (et pour une amie qui y va bientot, ultra fan de hp).

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Haha, c’est trippant, ces 3 étages M&M’s.
      Et d’avance, bonne visite à Londres.

      Supprimer