La semaine 2017#04

, , 4 comments
Source
Cette semaine… a encore été riche en nourriture (je préviens, au cas où).
Lundi : essayer de ne pas m’inquiéter du calme relatif dans les commandes / et en profiter pour m’occuper de tâches administratives ô combien divertissantes : échelonnement du paiement de la TVA, inscription à des formations de comptabilité et début de la comptabilité sur logiciel / papoter avec Mayla au téléphone / assister au premier Afterwork thé de l’année, chez Little Bakery / en fin de soirée, remettre le couvert pour faire baisser le stock de thés


Brookie : brownie-cookie au chocolat blanc, miam miam !

Mardi : après la compta de la veille, quoi de plus logique que de traduire les menus d’un logiciel de facturation et comptabilité ?? / écouter d’une oreille distraite ce mix des B.O. des films de Ghibli / recevoir un livre de Fanny Ducassé et ma nouvelle et magnifique coque de téléphone / rejoindre une amie et déjeuner dans le joli cadre de la brasserie du Printemps au rapport qualité-prix très correct / nous offrir quelques livres au passage / comme prévu, me sentir trop lourde après la sieste pour aller à la piscine / travailler en soirée mais être ravie d’apprendre de bonnes nouvelles autour de moi

S’apprécie surtout pour ses magnifiques dessins…
Burrata à la truffe
Soupe à l’oignon
Ravioles du Dauphiné avec fricassée de champignons

Paris-Brest
Mont-Blanc (crème de marrons, meringue, crème vanillée)
Mercredi : après un petit e-mail, voir les commandes reprendre en puissance / apprendre que monsieur a réussi son gros examen, vive lui / après le cours de FLE, travailler chez Colorova / après le cours d’anglais, filer à La Cinémathèque française / la faim me tenaillant, prendre un cake à 3,5 euros (!) / puis découvrir avec plaisir que le serveur m’a déposé une petite tranche bonus par-dessus la grosse tranche / rentrer épuisée avec un bilan du jour mitigé : cours de FLE frustrant, cours d’anglais insatisfaisant, film (Letter From An Unknown Woman de Xu Jinglei) assez quelconque et doté d’un sous-titrage calamiteux

Matcharova : matcha et chocolat blanc croquant
et gelée d’ananas et de fruits de la passion
Jeudi : finir les petites commandes du matin plus tôt que prévu / être un peu tentée de demander à la femme de ménage d’arrêter de violenter ma porte avec l’aspirateur et de ne pas se sentir obligée de faire valser mon paillasson à chaque fois / zut, la librairie locale est fermée / choper au passage le Libération du jour pour sa Une et ses articles spéciaux Angoulême / rejoindre Kleo pour une journée massage-thé-papotage / grandement écourtée pour des raisons indépendantes de sa volonté : décidément, la malédiction nous poursuit ! / ce qui ne nous empêche de ressortir séparément sur un petit nuage après notre massage / vivement la prochaine séance / faire un crochet chez Chantelivre pour m’offrir Idéal Standard d’Aude Picault / déjeuner comme convenu chez Colorova [article à venir] / me réjouir de l’afflux de projets intéressants / sortir du coiffeur avec des cheveux très courts qui semblent avoir leur succès / puis passer « chercher » ma cargaison hebdomadaire de mangas / faire quelques courses à l’épicerie japonaise juste en face / me poser au Starbucks d’à côté pour lire-réviser-bosser / et après tout ça, réussir quand même à arriver en avance pour mon cours de japonais / rentrer vannée et m’endormir à moitié dans un bain diablement efficace : sans lunettes, sans lecture et sans réseaux sociaux – juste le dernier podcast d’On va déguster, spécial oignon

Chiisakobe, Minetaro Mochizuki, Fauve de la série


Vendredi : tiens, il fait presque chaud aujourd’hui / tellement apprécier le cours de FLE que je serais restée gratuitement / par contre, déguerpir de la piscine après mes 30 minutes réglementaires tant il est désagréable de nager dans le couloir des lents, où tout le monde fait un peu n’importe quoi / recevoir ma commande de vêtements Monoprix / faire une soirée sushis-glaces pour fêter la réussite de l’avant-dernier examen de monsieur : plus qu’UN !!! / bosser encore un peu en soirée, décidément / tomber d’épuisement à 23 heures et réussir à émerger 2 heures plus tard pour enlever mes lentilles et m’occuper de la litière des chats, mais pas du tout pour lire


Ouf, grâce à Häagen-Dazs, 25 % de mes besoins
en sucre sont couverts !
 Samedi : faire le ménage du Nouvel An (chinois) / zut, ce magnifique short Monoprix taille très petit ou alors j’ai fortement grossi / apporter mon collier à réparer dans la bijouterie à côté de chez mes parents / me diriger vers chez ma grand-mère mais au lieu d’acheter tranquillement des enveloppes rouges et des desserts, me retrouver coincée dans un défilé de dragons / réussir à m’en extirper au bout de 15 minutes pour rebrousser chemin et faire mes achats dans un magasin plus calme / et atterrir enfin chez ma grand-mère / filer chez mes parents / mais devoir prendre la voiture avec mon père pour emmener monsieur chez SOS Médecins (qui ne se déplace plus dans notre ville) / beaucoup trop manger avec mes parents / rester dormir chez eux au cas où l’état de monsieur empirerait / comme par hasard, fait rarissime : ne pas avoir de livre sur moi / ce qui me fait binge-watcher Broadchurch (au début, uniquement pour David Tennant, avouons-le)

Zou, retour à l’envoyeur
Dimanche : rentrer après le déjeuner avec les parents / conduire sur le chemin du retour / avoir toujours autant de mal à prendre les sorties d’autoroute / terminer la saison 1 de Broadchurch entourée des chats / mourir de rire grâce à l’humour de ce strip de BD dont je ne connais malheureusement pas l’auteur :



Sur ce, je vous souhaite
une belle semaine !

4 commentaires:

  1. J'avais regardé Broadchurch au départ pour David Tennant et puis j'ai découvert une très chouette série !

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Oh oui, dès le 2e épisode, c'était pour… tout !
      Cette série frise la perfection selon moi : crédible (pas de révélation de folie toutes les 5 minutes), réaliste (tous ces personnages), un modèle de sobriété et de retenue. Waouh. Et pourtant, je ne suis pas spécialement friande de série policière.
      Maintenant, j'attends monsieur pour commencer la saison 2 :)

      Supprimer
  2. browkie ? Ici, ça s'appelle brookie (http://www.milkandbrookies.com/). Mais le tien a l'air plus conséquent.

    Super ta coupe !

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Non, tout à fait, tu as raison, c'était aussi un brookie (pris en gros plan, mais généreux quand même). Je n'arrivais plus à reconstituer le mot-valise, étant assez étrangère à ce genre de concepts alimentaires :D J'ai corrigé dans mon article du coup.
      Merci pour ma coupe.

      Supprimer