La semaine 2017#32

, , 8 comments
Depuis la plage d’Étretat

Cette semaine…

Lundi : continuer de parcourir l’inventaire des maladies avec des maux de gorge et des nausées pour inaugurer la semaine | devoir me contenter de miel et de thés en sachets puisque je perds l’un après l’autre mes sens | avoir un mal fou à bien dormir, forcément

Quand il ne se passe rien
dans ta journée…

Mardi : passer la nuit à rêver que je tournais littéralement en rond sur le pont d’un bateau | me dire pour la énième fois que ce serait amusant de noter systématiquement mes rêves | angine d’origine bactérienne confirmée par un médecin | accueillir mon beau-père, qui ramène de la tomme de Savoie et nous installe notre second filet de protection – dans mon bureau | vive lui

De quoi aérer un peu mieux la pièce
quand j’y travaille

Englouti à deux en deux repas,
si si…
Mercredi : entendre le retour de la dame-qui-prend-son-pied-le-mercredi-matin | recevoir un chouette colis de Miss Sunalee : merci ! | me traîner jusqu’à la banque pour un RDV plutôt positif pour l’avenir | parler de notre futur budget immobilier à monsieur et le retrouver deux heures plus tard sur maison-container.com

Thé vert aromatisé déjà testé et adopté !

Jeudi : enchaîner coiffure, pédicure et épilation de mes sourcils | sûrement dans le but désespéré d’être certes malade, mais une malade élégante | passer déjeuner chez mes parents | et regretter amèrement d’avoir accepté du travail pour l’après-midi | rattraper tant bien que mal deux semaines de ménage en une petite soirée | en essayant de profiter de la présence d’Otak avant le mini week-end

Pas besoin de légende…
Vendredi : me lever à peu près en forme pour notre week-end improvisé | réussir à arriver presque en retard pour notre train direction Étretat  | prendre notre temps, flâner, bien manger, nous offrir le luxe de dormir entre 18 et 20 heures à l’hôtel | me rendre compte que ma belle-mère normande pratique les quantités normandes

Falaise d’Aval, avec l’Aiguille
 




Beau temps radieux tout l’après-midi
Au Clos Lupin :
raviole de porc sur lit d’épinards
Au Clos Lupin :
bavarois d’artichauts, truite fumée, beurre blanc safrané
Au Clos Lupin :
filet mignon de porc, sauce normande
Au Clos Lupin :
filet de lieu au lard et au cidre
Au Clos Lupin :
nougat glacé au coulis de fruits rouge
Au Clos Lupin :
croustillants de pommes vertes
au caramel au beurre salé
Au Lann Bihoué :
coupe de glace à la pomme verte
(bien) arrosée de calvados

Samedi : hélas, aucune bouilloire ne s’est matérialisée pendant la nuit | sous la pluie, rejoindre le salon de thé de la ville avant de remettre notre nez dehors par un temps plus clément | m’entendre dire « pas de dessert, merci » après un déjeuner léger selon les mœurs locales | attaquer la Falaise d’Amont et peiner à cause de la fatigue, du nez totalement bouché et de la gorge toute sèche | mais quel panorama… | sans parler de la parenthèse enchantée aux Jardins d’Étretat… | acheter quelques bricoles et souvenirs avant de prendre tranquillement la route du retour | mettre le pied dans le métro parisien et entendre une dame à demi-folle brailler tout en découvrant, hébétée, le rassemblement néo-nazi qu’il y a eu aux États-Unis | gros, gros soupir

Ambiance Broadchurch
La malade qui descendait en soufflant péniblement,
c’était moi (30 ans)…
Restaurant La Flotille
Gouttes de pluie, Samuel Salcedo
La forêt mécanique, Greyworld

Gouttes de pluie, Samuel Salcedo
Claude Monet, Wiktor Szostalo

Des canapés et une petite table, Thomas Rösler
 
 
La mini-bambouseraie
Flèche des aviateurs Nungesser et Coli


Dimanche : me lever encore bien malade mais ravie que le ménage ait été fait avant | devenir totalement accro à la saga de fantasy polonaise Le Sorceleur | comprendre enfin que je peux télécharger la BD Root Bound achetée il y a 10 jours | bénies soient les ravioles du Dauphiné prêtes en 2 minutes de Picard


Sur ce, je vous souhaite
une semaine paisible
et non-malade !

8 commentaires:

  1. Merci pour ce grand bol d'air ! Soigne-toi bien <3

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. De rien ;)
      J’essaie de guérir, j’essaie…

      Supprimer
  2. Etretat est dans ma liste des endroits à voir !
    Le jardin a l'air particulièrement sympa en tous cas.
    J'espère que tu as quand même ou en profiter même malade.
    Le calvados ne t'a même pas guérie ?

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Je disais justement à monsieur que ce jardin te plairait ^^
      J’en ai profité, même malade et même si je le paie là maintenant.
      Le calvados ne semble pas avoir de vertus curatives sur moi :(

      Supprimer
  3. Ces têtes dans le jardin... surprenant et génial
    Quant à marcher en ayant rhume et/ou angine, non seulement tu souffles, mais en plus en général, comme les muscles sont moins bien oxygénés tu as l'impression que ton corps tout entier est une épave (en tout cas c'est comme ça pour moi)

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Oui, c’était très amusant de les suivre à la trace et d’étudier leurs expressions, toutes différentes ^^
      Je n’avais pas (encore) l’impression d’être une épave, mais j’avais très mal aux articulations. Sur le coup, j’ai cru que c’était dû à la fatigue, mais il n’est pas impossible que ce soit dû au médicament que je prends pour mon hypothyroïdie - je ne voudrais pas tirer de conclusions hâtives cela dit, mais la presse en a un peu parlé.

      Supprimer
  4. Je ne suis toujours pas allée à Etretat, même si Monsieur est normand et fier de l'être... Tes photos me donnent encore plus envie d'y aller >_<

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Désolée, ton commentaire était en modération !
      Tu n’as pas pu rejoindre Monsieur en le rejoignant en Normandie ? :o
      Sinon, bah ça donnera une bonne raison d’y retourner à deux ^^

      Supprimer