La semaine 2018#03

, , 4 comments

Le goût de la nostalgie

Le début de la semaine a été marqué du sceau de la nostalgie : outre les innombrables rêves de banquets familiaux (où je finissais invariablement par cracher toute ma colère (et ma haine ?)), je me suis appliquée à reproduire un potage de mon enfance, celle au crabe, aux asperges et au maïs –  des crevettes se substituant au crabe. Miracle du hasard et de la modestie, tout est absolument parfait, de la texture au goût. Je vais donc pouvoir replonger plus souvent dans un nouveau plat régressif (mot que je dois détester à égalité avec badass). Il faut dire que les souvenirs, je les ai un peu exhumés, sans doute par masochisme après une soirée déprimante avec mes parents, face à ma mère qui marmonne toujours les mêmes inepties quand elle ne s’exprime pas par monosyllabes et mon père qui croit que le monde entier cherche à l’arnaquer. Souvenirs de ma mère qui refusait de me faire la lecture du soir et m’avait enregistré une cassette contenant une histoire unique (Cendrillon, mais en chinois et sans son prince) ou de mon père et de son livre de comptes détaillé jusqu’au centime près. C’est à me demander comment j’ai fait, en grandissant, pour gagner monsieur dans ma vie et avoir de si chouettes amies : Elanor venue en visite à Paris, Kleo toujours partante pour un thé et des gâteaux, Malena que je salue 40 fois et Paulette qui m’offre le plus sympa des coffrets de thé emballé dans le plus kitsch et le plus beau des papiers cadeau – merci-merci !

Côté santé, je m’arrange même si j’ai toujours hâte d’aller me faire réparer par l’ostéopathe et même si mon élan d’enthousiasme s’est trouvé réfréné par un superbe SPM qui s’est prolongé et m’a fait sécher le cours de japonais. D’ailleurs, à la veille du cours de la semaine, je n’ai toujours pas rattrapé mon retard ni fait les devoirs à l’origine de mon séchage ; dire que je me suis entendue dire que j’étais super courageuse de continuer mes cours, je ris sous cape. Les résultats de mes analyses de sang ne sont pas trop mauvais, même si je m’attendais à voir un niveau de ferritine hors du commun et qu’il n’en a rien été. Au moins, le passage au labo m’aura bien fait sourire grâce à ce vieux monsieur résidant « Avenue du Centenaire » et qui ne semblait pas avoir perdu de sa répartie d’antan. Gros contraste avec cette vieille dame, quelques jours plus tard, qui m’a asséné une leçon de politesse à mon insu.

Côté travail, j’ai l’impression d’être poursuivie par la demi-journée manquante avec laquelle je flirte depuis novembre et commence à me demander à quel point je me laisse volontairement du boulot sur les bras pour retrouver une certaine émulation. Visiblement, je suis une très mauvaise marathonienne et préfère les délais ultra-courts (très rassurant et compatible avec l’objectif « traduction d’édition », n’est-ce pas).

Quoi qu’il en soit, les réjouissances ont été nombreuses en fin de semaine et par « réjouissances », j’entends bien sûr « restaurants » (pas moins de trois nouvelles adresses testées en un jour) et « expositions ». Pourquoi écouter mes parents qui voudraient me voir travailler « au moins un jour de week-end » ?! Sur ce, je vous laisse, j’ai une excellente série à poursuivre (Wynonna Earp) et des articles sur le bullet journal à lire…

Passez une bonne semaine !

4 commentaires:

  1. Ohhhhhhhhhhhh <3 merci d'être mon amie et d'avoir été présente !! IL faut qu'on se voie au calme !!! IL y a du changement dans ma vie professionnelle et je vais avoir deux jours de libres par semaine d'ici quelques semaines :)

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. C’est nous qui te remercions !
      Et je suis ravie pour ton changement, si c’est bien ce que tu voulais :) À très vite !

      Supprimer

  2. Alors moi depuis mon passage par Paris je me souviens à nouveau de mes rêves. Cela fait donc un peu plus d'une semaine que je rêve de trucs très intenses à base d'aventure, de sauvetage, de magie et de beaucoup de cache-cache avec la mort. Je te dis pas dans quel état émotionnel je me réveille ;)

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. On s’exprime, dis donc :D
      Bon réveil, hein !

      Supprimer